Nouvelles Du Monde

Santé osseuse et ostéoporose : quelles sont les causes d’un risque accru d’ostéoporose après la ménopause

Santé osseuse et ostéoporose : quelles sont les causes d’un risque accru d’ostéoporose après la ménopause

Le bien-être général d’un individu dépend en grande partie d’une bonne gestion des os ; plus encore dans la vieillesse. En ce qui concerne les femmes ménopausées, l’un des problèmes de santé cruciaux dont elles devraient s’inquiéter est la possibilité de développer l’ostéoporose, car cela entraîne un affaiblissement des os et un risque accru de fractures. L’œstrogène est vital dans la prévention de l’ostéoporose car il protège la densité osseuse et donc lorsqu’elle diminue après la ménopause ; l’os est trop réabsorbé, ce qui entraîne un risque accru d’ostéoporose.

La prévention de l’ostéoporose se concentre sur le nombre de changements alimentaires et de mode de vie. Pour garantir une consommation suffisante de calcium et de vitamine D, les experts recommandent de suivre un régime alimentaire comprenant un apport quotidien de 1 200 mg de calcium et de 800 à 1 000 UI de vitamine D (avec d’abord une consommation alimentaire, suivie de suppléments, si nécessaire). L’enrichissement des aliments, les légumes à feuilles vert foncé et les produits laitiers sont de bonnes sources de ces nutriments.

Lire aussi  Carence en vitamine D en hiver : qu'est-ce qui aide ? | NDR.de - Guide

L’exercice régulier est crucial – en particulier les activités de mise en charge et de résistance. Des activités telles que la marche, le jogging ou l’exercice avec des poids contribuent à améliorer la densité et l’équilibre osseux, réduisant ainsi les risques de fractures et de chutes. Il est important de maintenir un bon poids corporel, car les personnes en surpoids ou en insuffisance pondérale sont sujettes aux fractures.

Les traitements pharmacologiques sont également indiqués pour les personnes diagnostiquées avec l’ostéoporose ou présentant un risque élevé. Les bisphosphonates tels que l’alendronate et le risédronate sont couramment prescrits pour prévenir une perte osseuse supplémentaire. Les THS et les SERM peuvent imiter les actions des œstrogènes sur les os ; néanmoins, en raison d’effets indésirables potentiels, le THS n’est généralement utilisé que pour les symptômes gênants de la ménopause. D’autres alternatives thérapeutiques incluent le dénosumab, qui est un anticorps monoclonal, et des médicaments anabolisants comme le tériparatide, qui sont utilisés pour améliorer la formation osseuse.

Lire aussi  Un homme trouve une pierre à souhaits en or et découvre une météorite rare

Toutes les femmes ménopausées devraient subir régulièrement des tests de densité osseuse et celles qui présentent des facteurs de risque comme un faible poids corporel, des antécédents familiaux d’ostéoporose ou des fractures devraient particulièrement prendre les mesures clés de modifications alimentaires, d’exercice physique et d’un diagnostic et d’un traitement précoces pour garder l’ostéoporose sous contrôle.

(Article avec l’aimable autorisation du Dr Varshali Mali, consultant principal en obstétrique et gynécologie, hôpital super spécialisé Surya Mother and Child, Pune)

2024-05-24 20:30:00
1716573270


#Santé #osseuse #ostéoporosequelles #sont #les #dun #risque #accru #dostéoporose #après #ménopause

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT