Nouvelles Du Monde

Sadorski, le policier corrompu et antisémite qui a conquis le « noir » français

Sadorski, le policier corrompu et antisémite qui a conquis le « noir » français

2023-12-09 12:53:56

Romain Slocombe (Paris, 1953) est un écrivain français chevronné et renommé, notamment dans le genre du roman policier. Egalement dessinateur de bandes dessinées et d’illustrations, cet artiste aux multiples facettes a publié plus de 25 romans. Il s’est imposé comme l’un de ces auteurs respectés par la critique et appréciés des libraires. Sa série sur l’inspecteur Sadorski s’est vendue à plus de 120 000 exemplaires en France, où six tomes ont déjà été vendus et l’écrivain prépare déjà le septième. Le roman ‘L’étoile jaune de l’inspecteur Sadorski —le deuxième de la série à succès— récemment arrivé dans les librairies espagnoles de la maison d’édition Malpaso. Slocombe parle d’elle et de cet univers littéraire mettant en vedette ce méprisable policier dans cette interview avec El Periódico de Catalunya, du groupe Prensa Ibérica.

Comment décririez-vous Sadorski, le protagoniste de votre série de romans policiers se déroulant dans le France occupé par les nazis ?

Sadorski est vraiment un fils de pute. Son travail consiste à diriger une escouade de police anti-juive et à arrêter les Juifs français. Il croit à l’ordre et au maréchal Pétain et considère les résistants comme des terroristes. C’est un personnage très antipathique, mais sans pour autant être un monstre.

Qu’est-ce qui fait de lui un être humain malgré tout ?

Il a des réactions très humaines. Dans « L’Étoile jaune de l’inspecteur Sadorski », il est amoureux d’une adolescente de 15 ans. Même s’il veut lui faire l’amour, il veut aussi la protéger. Tout au long du roman, il se rend compte de la souffrance des Juifs. Et elle le perçoit à travers l’expérience des femmes ; elle s’indigne que les plus faibles soient les premières victimes. En réalité, le crime le plus dangereux est le meurtre bureaucratique. Ces décisions prises par des managers hiérarchiques et que des hommes ordinaires finissent par appliquer.

Le crime le plus dangereux est le meurtre bureaucratique

Vous avez décidé de placer votre protagoniste du côté des bourreaux plutôt que des gentils. Parce que?

Parce que c’est plus original et je pense que la période de l’Occupation est beaucoup plus comprise du côté des bourreaux. Son point de vue nous montre les rouages ​​de cette société et comment les Juifs furent la principale victime d’un système réclamé par les Allemands, mais que les Français appliquèrent avec un certain plaisir. Je voulais placer le lecteur derrière un homme de droite, dont l’opinion correspondait à celle des gens de l’époque. Ils ne savaient pas que les camps de concentration étaient en réalité des camps d’extermination. Lorsqu’ils voyaient des Juifs être emmenés dans des bus ou des trains, leur perception n’était pas très différente de celle que nous avons aujourd’hui lorsque les forces de sécurité démantelent des camps de réfugiés tsiganes ou afghans. J’ai voulu montrer les points communs qui existent avec notre époque.

Lire aussi  Banlieues et résistance : essayer de ne pas devenir fou

Contrairement aux clichés et aux représentations cinématographiques, l’Occupation n’était pas seulement une période triste et sombre. Les gens se sont bien amusés

Quels sont les points communs entre la période de l’Occupation nazie et aujourd’hui ?

Un aspect que la France actuelle partage avec les années 1930/40 est l’immigration. Après la Première Guerre mondiale, les vagues de migrants sont nombreuses. D’abord les Italiens qui ont fui la dictature de Mussolini, puis les Allemands, dont de nombreux Juifs, qui ont fui le nazisme. Egalement de nombreux migrants venus des pays d’Europe de l’Est, comme la Pologne ou la Roumanie. La France, qui est un pays riche, est confrontée à une immigration massive qui génère des problèmes dans le monde du travail. De nombreux Français se plaignent du fait que les étrangers leur prennent leur emploi. Il y a eu une réaction xénophobe semblable à celle qui se produit aujourd’hui.

Romain Slocombe, le créateur de l’Inspecteur Sadorski. CPE


Au-delà de ces similitudes avec le présent, qu’est-ce qui vous intéresse dans les années de la Seconde Guerre mondiale ?

Je suis né après la guerre, mais mes parents ont vécu cette période et m’en ont toujours beaucoup parlé. Mais ils n’étaient pas à Paris pendant le conflit et j’avais envie de découvrir à quoi ressemblait la capitale française pendant l’Occupation. Contrairement aux clichés et aux représentations des films, ce n’était pas seulement une époque triste et sombre. Même s’il y avait une pénurie d’essence et que de nombreuses maisons n’avaient pas de chauffage, les gens s’amusaient beaucoup. Hitler a fait de Paris une sorte de lieu de villégiature pour les soldats allemands. Les spectacles musicaux étaient nombreux, le cinéma et la mode française de ces années-là étaient passionnants. De plus, les valeurs morales étaient inversées. D’une part, il y avait un rationnement dans les magasins d’alimentation. D’un autre côté, il existait un marché parallèle et les hommes d’affaires et ceux qui avaient de l’argent devenaient très riches.

“L’Étoile jaune de l’inspecteur Sadorski” se déroule entre le printemps et l’été 1942, période même où a lieu le raid du Vel d’Hiv. Quelle était l’importance de cet événement ?

Lire aussi  Märtha Louise à propos de l'incident avec sa fille Emma, ​​​​14 | Dame suédoise

Nous interprétons maintenant cette période à travers notre perspective contemporaine dans laquelle nous savons ce qui s’est passé avec l’Holocauste. Mais alors la notion de génocide n’existait pas et de nombreux Français ignoraient les persécutions subies par les Juifs. L’été 1942 fut pourtant un choc pour les Parisiens. Lors du raid du Vel d’Hiv, ils ont été choqués de voir comment la police française a sorti de chez eux des enfants, des femmes et des personnes âgées juifs et les a emmenés dans des bus et des trains. Tout cela a changé l’image que les Parisiens avaient des nazis. Les attaques de la Résistance communiste ont commencé à se multiplier. Les Français comprirent alors que l’Occupation n’était pas du tout amusante et que la guerre n’était pas terminée en juin 1940.

La moralité littéraire réside dans l’authenticité. Le fait de diffuser des épisodes comme le raid du Vel d’Hiv fait déjà de moi un écrivain engagé

Malgré le choc de l’époque, le raid du Vel d’Hiv est resté pendant des décennies un sujet tabou dans la France de l’après-guerre.

Oui, cet événement a disparu de l’histoire officielle au cours des premières décennies de l’après-guerre. Le général Charles de Gaulle comme les communistes ont construit la légende selon laquelle 90 % des Français résistaient aux nazis et que les seuls à collaborer étaient une minorité, réprimée après le conflit. Cette vision était très présente dans les films diffusés dans les années 1950 et 1960 lorsque j’étais enfant. Mais cette belle image a progressivement commencé à se fissurer avec des films comme “Nuit et brouillard” d’Alain Resnais ou “Pitié et chagrin” de Marcel Ophüls, dont la diffusion a été interdite pendant des décennies à la télévision publique française. Avec ces productions artistiques qui ont suscité de grandes polémiques, on est passé d’un extrême à l’autre : de la légende de la Résistance à une vision honteuse de l’Occupation.

Qu’apporte le roman policier à la description de cette période ?

Avec cette série de romans, j’ai voulu dresser un portrait de la société française pendant l’Occupation. La figure du policier me semblait idéale pour cela. Il a son badge et peut entrer n’importe où. Étant armé, il exerce un pouvoir coercitif sur les gens. Je suis un écrivain réaliste et le genre policier a toujours semblé être une manière fiable de voir le monde. En outre, la période de l’occupation nazie de la France est susceptible d’être décrite à travers les romans policiers. Même les romans littéraires de Patrick Modiano – prix Nobel de littérature 2014 – se distinguaient par leur tonalité sombre car ils reflétaient l’atmosphère de cette époque.

Lire aussi  La longue marche dans le cul de sac

Les personnes les plus dangereuses sont celles qui sont incapables de voir les choses sous différents angles. Je suis bien plus préoccupé par le manichéisme que par le relativisme.

Le fait de réaliser une série littéraire sur un inspecteur de police antisémite et collaborationniste entraîne-t-il une responsabilité morale de la part de l’écrivain ?

Comme Simenon, je ne juge pas mes personnages. Je décris ce qu’ils font et pensent. Je pense que les écrivains ne devraient pas trop s’impliquer au niveau politique, surtout s’ils ne veulent pas se lancer dans des mécanismes de propagande. Je considère que la moralité de l’auteur repose sur le fait qu’il doit montrer des faits réels et ne doit pas tromper ou déformer la réalité au profit de ses idéaux. La moralité littéraire réside dans l’authenticité. Le fait de diffuser des épisodes comme le raid du Vel d’Hiv fait déjà de moi un écrivain engagé et sert à enthousiasmer le lecteur. Il n’est pas nécessaire d’y ajouter de la théâtralisation ou du misérabilisme.

Mais décrire les collaborateurs nazis avec une ambiguïté morale ne risque-t-il pas de tomber dans un excès de relativisme moral ? Je vous pose cette question en pensant à toute la polémique née du roman de Julie Héraclès sur le rasage de Chartres, la femme photographiée par Robert Capa dont les cheveux ont été coupés en représailles à sa collaboration avec le nazisme.

Je pense qu’il est toujours préférable de se mettre dans la tête des autres et d’essayer de comprendre ce qui les motive. Les gens sont généralement convaincus qu’ils prennent la bonne décision et agissent de la meilleure façon possible. Les soldats SS allemands qui ont exécuté des Juifs en Ukraine étaient des gens fanatiques, mais fondamentalement normaux. Ils n’ont pas tué par cruauté, mais parce qu’on leur avait dit que les Juifs étaient nuisibles. Ils envisageaient de les réaliser comme une opération de santé publique. Comme s’ils nettoyaient une propriété avec un insecticide. Les personnes les plus dangereuses sont celles qui sont incapables de voir les choses sous différents angles. Je suis bien plus préoccupé par le manichéisme que par le relativisme.



#Sadorski #policier #corrompu #antisémite #qui #conquis #noir #français
1702130946

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT