nouvelles (1)

Newsletter

Recherche en bref – The Lancet Infectious Diseases

Niveaux de base de l’antigène SARS-CoV-2 liés à la gravité de la maladie

Une étude a révélé que la quantité d’antigène SARS-CoV-2 mesurée dans le sang des patients hospitalisés avec COVID-19 est associée à la gravité de la maladie et à d’autres résultats cliniques. Des taux élevés d’antigènes sanguins étaient également corrélés à certains facteurs de risque connus d’aggravation de la maladie, comme le fait d’être un homme. L’essai ACTIV-3 a recruté des personnes hospitalisées avec COVID-19 entre août 2020 et novembre 2021 aux États-Unis. Les participants ont fourni un échantillon de sang de base et ont ensuite été répartis au hasard pour recevoir soit un traitement expérimental COVID-19, soit un placebo. Tous les participants ont reçu le remdesivir antiviral sauf contre-indication. Dans cette analyse de suivi, les chercheurs ont examiné 2540 échantillons de sang de base des participants pour les niveaux d’antigène SARS-CoV-2.

Anticoagulation à dose complète chez les patients COVID-19

L’anticoagulation à dose complète réduit le risque de complications de la coagulation sanguine par rapport à l’anticoagulation prophylactique à dose standard, selon un essai clinique chez des patients COVID-19 gravement malades aux États-Unis. Chez 390 patients assignés au hasard à un traitement d’anticoagulation, le risque de complications de la coagulation veineuse ou artérielle était de 44 % inférieur chez les patients ayant reçu la dose complète par rapport à la dose standard. Une hémorragie mortelle ou mettant la vie en danger, le principal critère d’évaluation de l’innocuité, est survenue chez quatre patients du groupe à dose complète par rapport à un patient du groupe à dose standard.

Les combinaisons antivirales COVID-19 sont prometteuses

Les chercheurs ont trouvé de nouvelles combinaisons thérapeutiques antivirales prometteuses contre le COVID-19 dans des expériences de culture cellulaire. Ils ont testé la sensibilité de différents virus SARS-CoV-2 omicron et delta à des combinaisons des quatre médicaments antiviraux actuellement approuvés – remdesivir, molnupiravir, nirmatrelvir et aprotinine – avec l’interféron bêta 1b, un antiviral produit naturellement dans le corps. Ils ont découvert que les combinaisons d’interféron avec le molnupiravir, le nirmatrelvir et l’aprotinine étaient beaucoup plus efficaces que les combinaisons d’interféron avec le remdesivir. Les chercheurs ont déclaré que les combinaisons d’interféron avec les trois autres antiviraux devraient être testées cliniquement.

ART à base de dolutégravir efficace pendant la grossesse

Une étude a révélé que les thérapies antirétrovirales (TAR) à base de dolutégravir pour le VIH-1 étaient plus efficaces chez les femmes enceintes que certains autres régimes de TAR. L’étude observationnelle a comparé l’utilisation du dolutégravir pendant la grossesse avec l’atazanavir-ritonavir, le darunavir-ritonavir, le raltégravir et l’elvitégravir-cobicistat, qui sont des schémas thérapeutiques de TAR couramment utilisés aux États-Unis et en Europe. Environ la moitié des participants ont commencé l’ART avant la conception. Lors de l’accouchement, 96·7 % des participants ayant reçu du dolutégravir présentaient une suppression virale, contre 84·0 %, 90·1 %, 89·2 % et 89·8 % de ceux ayant reçu de l’atazanavir-ritonavir, du darunavir-ritonavir, raltégravir et elvitégravir–cobicistat, respectivement. Des données limitées sont disponibles sur l’efficacité et l’innocuité du dolutégravir pendant la grossesse, un régime à prise unique quotidienne qui s’est avéré moins susceptible d’induire une résistance que les autres ART.

Nouveau traitement potentiel contre le VHB et le VHD

Un nouveau traitement contre le virus de l’hépatite B (VHB) et le virus de l’hépatite D (VHD) a montré de bons résultats dans des modèles animaux. Le traitement comporte deux étapes : un vaccin à base d’ADN est administré qui active les anticorps et les lymphocytes T contre les deux virus, puis des doses répétées d’un vaccin à base de protéines sont administrées. Lorsque le traitement a été administré à des souris porteuses de parties du VHB et du VHD, ce qui ressemble à une infection chronique par le VHB, les animaux ont produit des anticorps et des lymphocytes T à des niveaux élevés. De plus, les anticorps des souris traitées ont pu protéger les souris porteuses de cellules hépatiques humaines contre une infection simultanée par le VHB et le VHD, et ces anticorps ont pu protéger les souris atteintes d’une infection chronique par le VHB contre l’infection par le VHD.

Tecovirimat potentiellement efficace pour le monkeypox

Le tecovirimat antiviral semble être efficace dans le traitement des symptômes du monkeypox et des lésions cutanées d’après des recherches menées sur 25 patients atteints du monkeypox qui ont reçu l’antiviral. En moyenne, les patients de l’étude présentaient des symptômes ou des lésions pendant 12 jours avant de commencer le traitement antiviral. Les patients ont été traités pendant 2 semaines, à l’exception d’un patient qui a été traité pendant 21 jours. Au jour 7 du traitement, 40 % des patients avaient des lésions cicatrisées. Au jour 21, 92 % avaient guéri et n’avaient plus de douleur. L’étude n’incluait pas de groupe témoin et le délai entre l’apparition des symptômes et le début du traitement antiviral variait selon les patients.

Traitement antituberculeux injectable de longue durée

Une formulation injectable à action prolongée du médicament antituberculeux rifabutine a été mise au point et, dans des modèles animaux, une injection a duré au moins 4 mois. Le traitement standard actuel nécessite un régime médicamenteux quotidien. Les chercheurs ont combiné la rifabutine avec des polymères biodégradables et des solvants non toxiques qui se solidifient dans le corps après une injection sous-cutanée et ils ont ajouté un composé pour augmenter la quantité de rifabutine pouvant être incluse. Dans les modèles de souris, un implant solidifié s’est lentement érodé au cours de 16 semaines. Il a également empêché l’infection chez les souris exposées à la tuberculose.