Nouvelles Du Monde

– Qui prendra le boulot de merde ? – E24

– Qui prendra le boulot de merde ?  – E24

On s’attend généralement à ce que la banque centrale américaine doive continuer à relever les taux d’intérêt malgré de grands troubles dans le secteur bancaire. – La question est de savoir quelle part du fardeau la Réserve fédérale (Fed) doit assumer, déclare l’économiste en chef.

Le chef de la banque centrale Jerome Powell aux États-Unis tient mercredi une réunion sur les taux d’intérêt, où il est prévu que le taux directeur soit relevé de 0,25 point de pourcentage. Après la récente crise bancaire dans le pays, les attentes en matière de taux d’intérêt ont chuté en peu de temps.
Publié : Publié :

Il y a moins de 20 minutes

– Toutes les banques centrales sont désormais dans le doute, déclare l’économiste en chef Harald Magnus Andreassen de Sparebank 1 Markets.

Mercredi, le décor est planté pour une réunion sur les taux d’intérêt à la banque centrale américaine, la Réserve fédérale (Fed). Le chef de la banque centrale, Jerome Powell, a dû réfléchir davantage après la tourmente bancaire qui a frappé les États-Unis et le reste du monde.

Récemment, il y a eu des problèmes dans plusieurs banques, qui ont commencé avec l’effondrement de la Silicon Valley Bank (SVB). Il a également pris d’assaut la banque suisse Credit Suisse. Dimanche, la nouvelle est tombée qu’UBS rachète Credit Suisse pour 3 milliards de dollars.

Lire aussi  « Et le 1-0 ? Quel est le problème ?

Les troubles ont conduit à encore plus de tension sur ce que les banques centrales du monde vont faire maintenant, et ont fait monter et descendre les taux d’intérêt à court terme chaque jour qui passe, dit Andreassen.

– La Fed doit examiner la situation. C’est une politique rationnelle lorsque les circonstances sont ce qu’elles sont, dit Andreassen.

Lire sur E24+

Pål Ringholm après l’effondrement de la banque : – Je ne pensais pas que ça pouvait exister

L’économiste en chef Harald Magnus Andreassen de Sparebank 1 Markets estime qu’il y a maintenant un doute quant à savoir qui supportera le poids du refroidissement de l’économie américaine – la banque centrale ou les autres banques.

Powell a précédemment déclaré qu’il ferait le nécessaire pour ramener l’inflation (croissance des prix) à l’objectif de 2 %. En février, la hausse des prix s’est établie à 6 %. Il s’agit d’une baisse par rapport à 6,4 % en janvier.

– Sur la base de ces indicateurs, l’économie n’a pas subi autant de dégâts que souhaité, déclare Andreassen.

Afin de refroidir suffisamment l’économie, l’inflation doit être réduite et le marché du travail doit devenir moins tendu.

Lire sur E24+

Troubles après l’effondrement d’une banque : voici ce que vous devriez faire avec vos actions maintenant

– Problèmes sérieux

Andreassen explique qu’avant la crise bancaire, la Fed était prête à calmer l’économie à elle seule – mais maintenant, il se peut que les banques y contribuent.

Lire aussi  Capcom supprime le logiciel anti-piratage Denuvo de Resident Evil Village pour avoir causé des problèmes de performances

– Il pourrait y avoir de sérieux problèmes dans les banques, et la Fed sait qu’elles ne savent pas ce qui va se passer, dit Andreassen.

– Qui doit accepter le travail de merde ? La banque centrale ou les banques ?

On se demande donc quels acteurs seront responsables du poids principal du refroidissement de l’économie américaine, estime-t-il.

– La question est de savoir quelle part du fardeau la Réserve fédérale doit assumer, dit Andreassen.

Dans le même temps, Andreassen souligne que nous ne sommes probablement pas confrontés à une crise financière majeure.

– On ne craint pas aujourd’hui une vilaine crise financière. Il n’y a que des doutes sur la contribution des banques au refroidissement, déclare l’économiste en chef.

– À ce jour, nous n’avons aucune indication que les choses vont mal tourner, mais la banque centrale le fait vétérinaire non, ajoute-t-il.

Andreassen qualifie la banque centrale de “bouchon intermédiaire” du monde du football, qui doit toujours régler les choses. Dans ce cas, dans des défis économiques nationaux et souvent mondiaux.

Pas sûr du “dot plot”

L’économiste principal Knut A. Magnussen de DNB Markets écrit dans un rapport que la Fed augmentera probablement les taux d’intérêt en raison de chiffres macroéconomiques solides.

Si, d’un autre côté, la banque centrale devait faire une “pause” dans la hausse, “elle pourrait signaler qu’elle craint un ralentissement important du marché qui fera probablement baisser l’inflation”, écrit Magnussen.

Lire aussi  Mécaniciens et vendeuses automobiles recherchés

Mais l’analyste doute que cela se produise.

lire aussi

C’est le chaos bancaire

– Au contraire, nous pensons que la Fed signalerait plutôt que les mesures mises en place par la Fed, le Département du Trésor américain et FDICFDICFonds de garantie des banques d’Étatempêchera la contagion, et qu’il est nécessaire de resserrer davantage pour ralentir l’inflation, écrit Magnussen.

Il est plus incertain quant au « tracé à points » de la banque centrale, ou trajectoire des taux d’intérêt, à l’avenir. Il montre ce que les membres du directoire de la Fed pensent des perspectives des taux d’intérêt dans les mois à venir.

– En décembre, le « complot » a montré un niveau maximal de 5,1 % à la fin de cette année, et avant l’échec du SVB, nous avons estimé qu’il était probable que ce niveau serait encore augmenté. Maintenant, il semble plus probable que le niveau soit maintenu ou même abaissé quelque peu, poursuit-il.

Probablement avec “un seul coup”

Selon Groupe CME le marché évalue à environ 80% la probabilité que Powell augmente les taux d’intérêt de 0,25 point de pourcentage, contre une probabilité de 20% d’un taux directeur inchangé. Les chiffres ont beaucoup fluctué récemment, et tôt lundi, il y avait 50% de chances pour chacun des deux résultats.

Magnussen pense également que la banque centrale augmentera le taux d’intérêt de 0,25 point de pourcentage.

Le taux directeur se situe désormais dans un intervalle compris entre 4,5 et 4,75 %.

Lire sur E24+

Milliarddramaet dans la Silicon Valley

La semaine dernière, la Banque centrale européenne a défié les turbulences du secteur bancaire et a annoncé une nouvelle hausse des taux d’intérêt pour la zone euro, augmentant le taux d’intérêt directeur pour la troisième fois consécutive de 0,5 point de pourcentage, une soi-disant double hausse des taux d’intérêt, à 3,0 pour cent. C’était comme les analystes l’avaient prévu à l’avance.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT