nouvelles (1)

Newsletter

Plus de mères ont l’intention de vacciner les filles que les garçons contre le VPH, et beaucoup sont indécises – une nouvelle étude montre

De nouvelles recherches publiées aujourd’hui ont montré que les mères sont plus susceptibles d’avoir décidé de faire vacciner leurs filles contre le VPH que leurs garçons, et plus de 45 % sont indécises quant à la vaccination de leurs enfants contre le VPH.

La recherche, financée par le Fonds de recherche sur les enfants et les familles du ministère du Développement social, visait à comprendre les intentions des mères de faire vacciner leurs enfants contre le virus du papillome humain (VPH).

La recherche s’est appuyée sur les informations de près de 4 500 mères et de leurs enfants de huit ans dans le Grandir en Nouvelle-Zélande étude longitudinale.

Les résultats surviennent au milieu d’une préoccupation croissante concernant les faibles taux de vaccination contre le VPH à Aotearoa en Nouvelle-Zélande, malgré une efficacité prouvée dans la prévention du cancer et une innocuité démontrée du vaccin.

Selon le professeur Cameron Grant, pédiatre au Starship Children’s Hospital d’Auckland et responsable de la recherche pour
Grandir en Nouvelle-Zélande, il était préoccupant qu’une proportion aussi élevée de mères soient indécises au sujet du vaccin, car l’intention des parents est étroitement liée à la vaccination.

«Nous avons trouvé un nombre important de mères indécises au sujet du vaccin contre le VPH. Le pourcentage de mères indécises était plus élevé pour les garçons (50 %) que pour les filles (43 %), mais élevé pour les deux. La recherche a montré que sept pour cent des mères n’avaient même pas entendu parler du vaccin. Une plus grande proportion de mères maories (12 %) et du Pacifique (14 %) que de mères non maories et non du Pacifique (6 %) n’avaient pas entendu parler du vaccin contre le VPH, ce qui est préoccupant car ces groupes ont des taux plus élevés de cancer du col de l’utérus et mortalité.”

Le professeur Grant dit qu’il faut sensibiliser davantage le public à l’efficacité et à l’innocuité du vaccin contre le VPH.

« Le vaccin contre le VPH peut aider à sauver des vies et à protéger les enfants maintenant pour leur avenir. Nos recherches montrent que pour que la Nouvelle-Zélande augmente les taux de vaccination contre le VPH, il faut faire davantage pour améliorer la diffusion d’informations aux soignants sur l’efficacité et l’innocuité du vaccin contre le VPH, en mettant particulièrement l’accent sur les mères de garçons et les mères de Maoris et du Pacifique. enfants.”

La recherche a montré :

  • La proportion de mères déclarant vouloir faire vacciner leurs enfants de 8 ans contre le VPH était plus élevée chez les filles que chez les garçons (41 % vs 32 %), tandis que la proportion de mères indécises quant à la vaccination contre le VPH était plus élevée chez les garçons que chez les filles (50 % contre 43 %).
  • Les mères dont les filles étaient d’origine maorie ou pacifique ou dont les fils étaient d’origine pacifique étaient moins susceptibles d’avoir décidé de faire vacciner leur enfant contre le VPH.
  • Pour les mères des filles et des fils, la réception de vaccins infantiles programmés antérieurs était associée à l’intention que leur enfant reçoive le vaccin contre le VPH.

Le professeur Grant espère que les résultats aideront les organisations de soins de santé primaires et les services de distribution de vaccins à développer des interventions spécifiques au contexte pour accroître la sensibilisation et améliorer la confiance dans la vaccination contre le VPH, et pour développer des stratégies d’engagement spécifiques à la communauté.

© Scoop Media

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT