nouvelles (1)

Newsletter

plus d’argent de Bruxelles vers la Hongrie

PNA

Nouvelles de l’ONShier, 19:56

  • Kysia Hekster

    Correspondant Union Européenne

  • Kysia Hekster

    Correspondant Union Européenne

Pas un centime de plus de l’argent de l’UE ne devrait aller à la Hongrie tant que ce pays n’aura pas instauré l’État de droit. Ce conseiller trois professeurs, dont le Néerlandais John Morijn, au Parlement européen. Les trois disent que l’arrêt de toutes les subventions bruxelloises est le seul moyen de protéger correctement le budget de l’UE.

La Hongrie abuse des fonds de l’UE depuis plus d’une décennie et il n’y a pas de contrôle indépendant de ses dépenses, indique le rapport. Le danger est que toutes les subventions bruxelloises soient utilisées à mauvais escient, indique le rapport.

La Hongrie est le premier bénéficiaire de subventions

La corruption en Hongrie est une épine dans le pied de Bruxelles depuis des années. Fin avril, la Commission a commencé pour la première fois, une procédure qui pourrait conduire à la fin des subventions de l’UE au pays, le soi-disant «mécanisme de l’État de droit». Cela est possible si l’état de droit et avec lui les milliards bruxellois d’un pays sont menacés.

La Hongrie est le plus grand bénéficiaire net de l’Union européenne en termes de taille de son économie. Le pays reçoit des milliards de Bruxelles chaque année. L’avis juridique est clair comme de l’eau de roche: la Commission ne devrait plus débourser tous ces milliards.

La Commission n’est pas obligée d’adopter l’avis, mais doit faire une proposition de réduction aux 27 États membres de l’UE. Après cela, une majorité de ces pays doit soutenir la proposition. Cela devrait prendre au moins quelques mois.

Prise en charge de gauche à droite

Parmi les eurodéputés néerlandais, il y a un large soutien pour le conseil d’arrêter les subventions. Il peut compter sur l’enthousiasme de gauche à droite. Thijs Reuten (PvdA): “Tant que l’UE financera Orbán, nous faciliterons sa soif de pouvoir sans bornes.” Malik Azmani (VVD) est d’accord. “Il appartient maintenant à la Commission européenne d’aller de l’avant et de suspendre les paiements. Précisément pour protéger la coopération européenne.”

Tineke Strik (GroenLinks) insiste sur l’importance de l’arrêt de toutes les subventions. “Si la Commission décide maintenant de ne geler qu’une toute petite particule, cela aura l’effet inverse. Alors la Hongrie sait qu’elle est libre de faire ce qu’elle veut, alors elle se sait en toute impunité.”

Manque d’amour

Les relations entre la Hongrie et l’Union européenne sont difficiles depuis des années. “Pourquoi ne quittez-vous pas l’Union européenne ?”, lançait Mark Rutte à son homologue hongrois Viktor Orbán en juin dernier, à cause de la loi dite anti-gay, qui stipule, entre autres, qu’aucune “publicité” ne peut être faite d’homosexualité aux mineurs.

Le manque d’amour entre Bruxelles et Budapest est réciproque. Le soir de sa réélection début avril, Orbán a déclaré: “Notre victoire est si grande que vous pouvez la voir de la lune. Et depuis Bruxelles. La Hongrie d’abord. Vive la Hongrie, vive les Hongrois.” Si la Commission retient effectivement de l’argent plus tard cette année, cette relation sera encore testée.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT