Nouvelles Du Monde

Pilar Aymerich : « Le féminisme a encore beaucoup à faire. Pour commencer, ne les laissons pas nous tuer. »

Pilar Aymerich : « Le féminisme a encore beaucoup à faire.  Pour commencer, ne les laissons pas nous tuer. »

2023-11-29 09:49:55

Pilar Aymerich raconte que, comme Robert Doisneau, elle ne part jamais à la chasse aux photos, mais plutôt à la pêche. “Ma technique a toujours été la même : arriver très tôt sur le lieu où vont se dérouler les événements, vérifier la lumière, essayer d’être invisible puis attendre.” Elle explique également qu’elle avait toujours un poudrier dans son sac lors des manifestations et que lorsque les policiers commençaient à charger, “je me tenais dans un coin pour mettre du rouge à lèvres et ils passaient toujours devant moi”. “J’ai remplacé la force par la délicatesse”, confesse le grand photographe des mouvements sociaux des années 70 et 80 en Catalogne. Aujourd’hui, il rassemble 50 ans de clichés, de portraits emblématiques, de souvenirs et de confessions intimes occasionnelles dans “La Barcelone de Pilar Aymerich” (Comanegra, en librairie aujourd’hui). Elle ouvre également une exposition, « Los vintages de Pilar Aymerich », à la galerie Rocío Santacruz.

Comment s’est passée l’expérience de réunir 50 ans de La photographie dans un livre ?

Nous tous qui nous consacrons à la photographie avons un côté possessif. Au fil des années, vous finissez par avoir des tiroirs remplis de photos de personnes que vous avez aimées. Vous réalisez également que vous avez écrit un morceau de l’histoire du pays. Cela m’est arrivé avec ceux qui revenaient d’exil, j’ai eu la chance de pouvoir les mettre en scène. La plupart d’entre eux ont disparu peu de temps après.

Avez-vous une photo préférée?

Cela a été passionnant de retrouver Montserrat Roig, Fabià Puigserver et les trois déportés des camps nazis : Ferran Planes, Joan Pagès et Joaquim Amat-Piniella. Lorsque je les faisais poser en rang, comme sur le terrain, leurs visages changeaient complètement en quelques secondes. Je me sentais mal de leur avoir fait subir cette souffrance, mais je pense que la photo parle d’elle-même de l’énorme souffrance qui a refait surface 40 ans plus tard. La photographie de Montserrat enceinte, au repos, alors qu’elle écrivait l’essai sur les déportés est également l’une de mes préférées. Elle avait peur que les horreurs que lui racontaient les survivants n’affectent le bébé. Si elle voyait son fils Roger aujourd’hui, elle serait très fière.

Il défend une photographie faite avec délicatesse et réalisée « avec des yeux de femme ».

Lire aussi  "Actors on Actors" de Variety enregistre un record de 35 millions de vues TikTok en deux semaines

Oui, elles ne sont ni meilleures ni pires que celles d’un homme. Mais mon point de vue est différent parce que j’ai reçu une éducation différente. Lorsque vous prenez des photos, vous choisissez quelle partie de la réalité vous choisissez de montrer. C’est un métier délicat car on joue avec les gens. La photographie a toujours une part de violence, c’est une agression que j’essaie d’adoucir. Pour photographier, il faut être fidèle à soi-même et ne pas se laisser emporter par une image qui, même si elle est belle, ne correspond pas à la réalité. Il est important de rappeler que les photographes ont le pouvoir de changer la réalité.

Dans le livre, il raconte comment il a appris à se développer avec son oncle, en France.

Oui, il m’a appris à respecter la photographie, il a travaillé la couleur d’une manière très particulière. J’étais très technique et j’en ai hérité : tous mes négatifs sont impeccables, j’ai toujours été très soigné dans le développement. Je viens de vivre dans un grenier à Londres, où j’ai découvert ce qu’était la liberté. Je voulais mettre en scène du théâtre. J’ai quitté Barcelone très perdu, je n’avais aucune stimulation ici, les perspectives étaient très grises. La ville était très déprimante.

Montserrat Roig, interprété par Pilar Aymerich. PILAR AYMERICH


Bon nombre des clichés qu’elle a pris du mouvement féministe aux États-Unis Transition Ils sont devenus des icônes aujourd’hui, comme celui de la mère avec son petit fils et l’affiche avec la phrase « Jo sóc adúltera », vous souvenez-vous de cette manifestation ?

À la perfection. Toutes les manifestations sont comme des pièces de théâtre, elles ont un point culminant, surtout si on entre. J’ai suivi longtemps cette mère et son fils et finalement est apparue cette image complice qui explique une réalité et un moment. A cette époque, l’adultère d’une femme était passible de six ans de prison, ce n’était pas une blague.

L’image des barrages de Trinitat est également très forte.

Je l’ai réalisé peu de temps après la sortie de prison des religieuses du Christ Roi. Ils ne permettaient pas aux prisonniers de porter des pantalons, de lire la presse, ils censuraient leurs lettres… c’était une sorte de torture psychologique, ils les infantilisaient. La plupart étaient en prison pour adultère ou pour avoir avorté. Nous avons organisé des manifestations pour réclamer des femmes gardiennes de prison et en 1978, nous avons fait partir les religieuses. Ils ont pris les clés de tous les placards, il n’y avait même pas de draps. Les prisonniers se débrouillaient seuls et c’était un beau moment de voir comment ils s’organisaient dans les équipes de cuisine, les ateliers, le ménage…

Lire aussi  42% des femmes managers ont retardé ou renoncé à une maternité

La photographe Pilar Aymerich, chez elle. FERRAN NATATION


La photographie a des pouvoirs de guérison, dit-il.

Oui, ça guérit parce qu’on redonne à quelqu’un son identité. C’est quelque chose que j’ai vu en photographiant les prisonniers et que j’ai ressenti à nouveau en photographiant les enfants du camp de réfugiés de Chatila, à Beyrouth. Ou le portrait des premiers transsexuels venus à Barcelone pour se faire opérer, comme un chauffeur de camion de Cordoue que j’ai rencontré au Dôme de Vénus. Elle changeait de sexe et je lui ai proposé de se faire jolie pour que je puisse prendre des photos qui n’ont jamais été publiées car, bien sûr, c’était en 1979. Pour faire des choses comme ça, il faut y aller sereinement, faire voir que l’on n’y va pas. pour les attaquer et que vous n’allez pas les ridiculiser. . J’ai toujours aimé montrer des mondes marginaux, inconnus.

Prisonniers de la prison de Trinidad, en 1978. PILAR AYMERICH


Comment vivez-vous le nouveau bonjour féministe?

Le féminisme s’est dégonflé comme une « soufflée » dans les années 80 et pendant des décennies, les seuls à manifester étaient rares et âgés. C’est pourquoi j’étais enthousiasmé lorsque, le 8 mars 2018, j’ai vu des milliers de femmes envahir le Passeig de Gràcia. Je suis allé au Palau Robert pour prendre une photo parce que je n’y croyais pas. J’ai pensé : eh bien, au moins toutes les luttes de tant d’années n’ont servi à rien, il y a une génération qui va continuer. Il y a beaucoup à faire. Pour commencer, ne les laissons pas nous tuer.

Ses photographies des Journées de la femme sont également historiques.

Lire aussi  Gérone bat presque tous les records et enchaîne 17 matches sans défaite

Eh bien, ils me les ont demandés des décennies plus tard. Lorsqu’elles étaient célébrées, le féminisme n’intéressait personne, encore moins les journaux. Montserrat Roig a toujours dit que lorsqu’elle disait qu’elle était féministe, il y avait un silence autour d’elle. Elle s’est sentie comme un vase quand, après la mort de Franco, toutes les tables rondes progressistes et de gauche l’ont appelée parce qu’elles avaient besoin d’une femme. Ils continuent toujours à le faire.

La photographie était-elle un monde d’hommes à vos débuts ?

Oui, mais dans mon cas, par exemple, cela s’est bien passé parce que la police n’a jamais pensé qu’une femme pouvait se consacrer à cela. J’allais aux manifestations bien habillé et maquillé. Ils ne m’ont jamais arrêté et j’ai pu me faufiler dans des endroits où un homme n’aurait pas pu entrer.

Comme chez Josep Pla, non ?

Oui, c’était à l’époque où il était déjà très vieux. Montserrat Roig était allé l’interroger et à la fin de la conversation, elle lui a demandé des conseils pour rédiger. Il l’a regardée de haut en bas et lui a dit : « Mademoiselle, avec ces jambes, vous n’avez pas besoin d’écrire. Quelques jours plus tard, je me suis faufilé chez lui et me suis fait passer pour un admirateur venu lui apporter des livres à photographier.

La photographe Pilar Aymerich, chez elle. FERRAN NATATION


Comment vivez-vous la résurgence de Montserrat Roig ?

Après sa mort, sa silhouette semblait quelque peu abandonnée… mais il existe désormais une toute nouvelle génération de jeunes qui se sentent très identifiés à elle. Il y a des filles qui m’appellent pour me dire qu’elles ont lu un de ses livres, c’est quelque chose qui continue de m’impressionner.

Que manque-t-il pour photographier ?

Beaucoup de choses! Je dis toujours que je mourrai avec mes bottes. J’aimerais photographier les enfants immigrés parce qu’ils sont l’avenir de ce pays.

Comment vous entendez-vous avec Instagram ?

Je suis un désastre, faute de temps. Et à cause de la paresse. Je n’utilise qu’une seule application et c’est pour visualiser des photos et des vidéos de chats, ce que j’adore.



#Pilar #Aymerich #féminisme #encore #beaucoup #faire #Pour #commencer #les #laissons #pas #nous #tuer
1701252279

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT