Nouvelles Du Monde

Naufrage d’un migrant grec : des questions entourent le procès de neuf Égyptiens

Naufrage d’un migrant grec : des questions entourent le procès de neuf Égyptiens

Source de l’image, Garde côtière grecque

Légende de l’image, Le navire surpeuplé a été photographié à plusieurs reprises avant que la tragédie ne survienne.

  • Auteur, Nick Beake
  • Rôle, correspondant Europe
  • Reportage de Kalamata, dans le sud de la Grèce
  • 21 mai 2024

    Mis à jour il y a 2 heures

Alors que neuf Égyptiens sont jugés en Grèce, accusés d’avoir causé le pire naufrage de migrants en mer Méditerranée depuis une décennie, la BBC est en mesure de révéler les principales divergences dans les accusations portées contre eux.

Les accusés risquent la prison à vie s’ils sont reconnus coupables de trafic d’êtres humains et d’avoir causé le naufrage du bateau de pêche en juin dernier, au cours duquel jusqu’à 600 personnes se seraient noyées.

L’acte d’accusation obtenu par la BBC montre que les accusés sont poursuivis sur la base de preuves qui ont déjà été contredites par au moins six survivants qui nous ont déclaré que les garde-côtes avaient fait chavirer leur bateau et avaient ensuite fait pression sur eux pour qu’ils accusent les Egyptiens.

Des groupes de défense des droits humains, dont Amnesty International et Human Rights Watch, ont exprimé de fortes réserves quant à l’intégrité de l’enquête et des preuves grecques et se demandent si les accusés bénéficieront d’un procès équitable.

Les garde-côtes grecs ont constamment nié les actions qui ont provoqué la catastrophe et les autorités ont rejeté toutes les allégations d’actes répréhensibles ou de dissimulation.

Jusqu’à 500 personnes seraient perdues en mer

Les neuf accusés, égyptiens et âgés de 20 à 41 ans, ont été jugés mardi dans la ville côtière de Kalamata, dans le sud de la Grèce.

Les hommes étaient tous à bord du bateau de pêche « Adriana » qui a coulé dans les eaux internationales, mais dans la zone de sauvetage délimitée par la Grèce, dans l’une des parties les plus profondes de la Méditerranée, le 14 juin de l’année dernière.

Quatre-vingt-deux corps ont été retrouvés, mais les Nations Unies estiment que 500 personnes supplémentaires, dont 100 femmes et enfants qui se trouvaient dans la cale du bateau, pourraient être mortes.

On estime que le bateau transportait jusqu’à 750 migrants lorsqu’il est parti près d’une semaine plus tôt du port de Tobrouk en Libye.

Lire aussi  Il est temps que Trump souhaite à tout le monde un « bon vendredi saint »

Les garde-côtes grecs suivaient le bateau depuis au moins sept heures avant le naufrage, mais ont déclaré plus tard qu’ils n’avaient pas tenté de le sauver parce que le navire naviguait en toute sécurité à une « vitesse constante » et sur une « route régulière » vers l’Italie et que les passagers n’étaient pas en danger.

Lorsque la BBC a soumis nos allégations au Premier ministre grec en novembre dernier, Kyriakos Mitsotakis a déclaré qu’une enquête était en cours mais que la culpabilité incombait aux passeurs.

“Nos garde-côtes ont sauvé des dizaines de milliers de personnes en mer et nous devrions être reconnaissants pour le travail qu’ils accomplissent”, a déclaré M. Mitsotakis.

L’état du bateau est au cœur du dossier des poursuites

L’acte d’accusation obtenu par la BBC révèle que les procureurs grecs accusent les neuf Egyptiens d’être à l’origine du désastre en pilotant un navire extrêmement surpeuplé dont ils savaient qu’il représentait un danger évident pour la vie.

On y lit : “Le bateau de pêche n’était pas en état de naviguer car il était vieux et mal entretenu et inapte à transférer un si grand nombre de personnes, en particulier sur une si grande distance, alors qu’il n’y avait pas de gilets de sauvetage.”

L’accusation affirme que chacun des accusés dirigeait le navire à tour de rôle et qu’ils étaient tous conscients que le grave surpeuplement sur le pont et dans la cale affectait gravement la stabilité.

L’été dernier, les garde-côtes grecs ont répondu aux vives critiques de leur incapacité à faire davantage pour aider le navire en insistant sur le fait que le bateau de migrants était en sécurité et se dirigeait régulièrement vers l’Italie et qu’il n’avait donc pas besoin d’être secouru.

Mais aujourd’hui, près d’un an après la catastrophe, les poursuites grecques reposent sur un argument qui contredit directement le récit officiel des garde-côtes.

Source de l’image, Garde côtière grecque

Légende de l’image, Cette photo du bateau de pêche quelques heures avant son naufrage a été publiée jeudi par les garde-côtes.

Les accusés égyptiens ont été accusés d’être accusés

L’acte d’accusation indique également que les neuf hommes égyptiens faisaient partie d’un gang de passeurs et facturaient à chaque passager entre 4 000 et 8 000 dollars (3 100 et 6 300 livres sterling) pour une place sur le bateau.

Lire aussi  Suivi météorologique : de violentes tempêtes frappent les États-Unis alors que Delhi s’étouffe dans une intense vague de chaleur | Météo aux États-Unis

Les accusations portées par l’accusation s’appuient sur des entretiens, menés par les garde-côtes eux-mêmes, avec neuf autres survivants dans les jours qui ont suivi la catastrophe.

Aucune preuve provenant des 95 autres survivants ne semble avoir été soumise au tribunal.

Deux hommes syriens, que nous avons appelés Ahmad et Musaab pour protéger leur identité, nous ont dit que les garde-côtes leur avaient demandé de garder le silence sur les autres facteurs de la catastrophe et de rejeter la faute sur ces neuf hommes.

“Ils ont été emprisonnés et accusés à tort par les autorités grecques de tenter de dissimuler leur crime”, a déclaré Musaab.

Lors d’entretiens séparés à Athènes, quatre autres survivants nous ont dit qu’ils pensaient que les Égyptiens payaient des passagers comme eux et qu’ils avaient été piégés.

Mais d’autres survivants auraient déclaré avoir effectivement été maltraités par certains des accusés, surnommés les Neuf de Pylos, en s’inspirant du nom de la ville grecque de Pylos proche du lieu du naufrage.

Les allégations contre les garde-côtes grecs ne sont pas mentionnées dans l’acte d’accusation

Dans les semaines qui ont suivi la catastrophe, plusieurs survivants ont affirmé qu’un patrouilleur grec avait en fait fait chavirer le bateau de migrants lors d’une dernière tentative bâclée de remorquage.

Cette allégation n’est mentionnée nulle part dans l’acte d’accusation du tribunal, même si les Nations Unies affirment que ces affirmations méritent une enquête indépendante.

Le tribunal naval grec enquête sur d’éventuels actes répréhensibles de la part des garde-côtes, qui ont toujours nié toutes les allégations.

Ahmad et Musaab, que nous avons interviewés l’année dernière, ont affirmé avoir été réduits au silence et intimidés par les autorités grecques après avoir suggéré que le patrouilleur était à l’origine du naufrage.

“Ils ont attaché une corde depuis la gauche. Tout le monde s’est déplacé vers le côté droit de notre bateau pour l’équilibrer”, a expliqué Musaab. “Le navire grec s’est éloigné rapidement, provoquant le retournement de notre bateau. Ils ont continué à le traîner sur une assez longue distance.”

Légende de l’image, les survivants Ahmad et Musaab ont affirmé que les garde-côtes leur avaient demandé de garder le silence sur d’autres facteurs responsables de la catastrophe.

Lire aussi  Séoul s'attend à ce que la foule atteigne 170 000 personnes pour le réveillon du Nouvel An

Les preuves de téléphone portable n’ont pas été examinées

Aucune vidéo à bord de l’Adriana n’a jamais été publiée, encore moins le moment du naufrage.

Les garde-côtes ont déclaré que leurs propres caméras de haute spécification n’enregistraient pas.

Certains survivants ont déclaré qu’ils filmaient parfois à bord, mais que les garde-côtes ont confisqué leurs téléphones portables peu de temps après leur sauvetage.

Ces téléphones auraient ensuite été perdus avant d’être retrouvés près d’un mois plus tard dans un sac à bord du seul navire des garde-côtes présent lors du naufrage.

Les avocats de la défense avaient demandé que certains téléphones soient examinés à la recherche de preuves potentiellement utiles, mais des documents judiciaires obtenus par la BBC montrent que le juge d’instruction a jugé l’année dernière que cela serait un exercice futile car une « conséquence évidente » de la chute du migrant à la mer. c’est que leurs téléphones auraient tous été endommagés de manière irréversible :

“L’eau de mer a pénétré dans les téléphones confisqués, ce qui a rendu impossible l’extraction de tout type de données numériques stockées et, par conséquent, [attempting to extract data] est inutile. »

Enquête militaire grecque en cours

L’enquête distincte du tribunal naval sur la responsabilité potentielle des garde-côtes s’est ouverte dans les semaines qui ont suivi la catastrophe, mais elle en est encore au stade préliminaire.

Les groupes de défense des droits de l’homme estiment que cela devrait être conclu avant tout procès pénal des accusés égyptiens.

Christos Dimopoulos, directeur d’Amnesty International Grèce, a déclaré : « Le tribunal pénal disposera probablement d’informations incomplètes pour évaluer la culpabilité des accusés. Il existe un risque réel que le procès repose sur des preuves incomplètes et/ou douteuses.

Le gouvernement grec, qui s’est engagé à demander des comptes aux passeurs et à réprimer les passages illégaux, a déclaré que justice serait rendue.

Judith Sunderland, directrice associée pour l’Europe et l’Asie centrale à Human Rights Watch, a déclaré :

« Une responsabilité crédible et significative dans l’un des pires naufrages de la Méditerranée doit inclure une détermination des éventuelles responsabilités des autorités grecques. »

2024-05-21 10:24:03
1716284640


#Naufrage #dun #migrant #grec #des #questions #entourent #procès #neuf #Égyptiens

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT