Nouvelles Du Monde

NANCY REAGAN REGARDE EN RETOUR AVEC COLÈRE

NANCY REAGAN REGARDE EN RETOUR AVEC COLÈRE

MON TOUR Les Mémoires de Nancy Reagan Par Nancy Reagan avec William Novak Random House. 384 pp. 21,95 $ À bien des égards, je pense avoir servi de paratonnerre ; et en tout cas, j’ai réalisé que même si Ronald Reagan était un président extrêmement populaire, certaines personnes n’aimaient pas beaucoup sa femme. Quelque chose chez moi, ou dans l’image que les gens avaient de moi, semblait les heurter dans le mauvais sens. . . Je n’ai pas été la première première dame à être attaquée par les médias, mais personne ne se souvient de quoi que ce soit qui ressemble de loin à la mauvaise presse que j’ai endurée au cours de cette première année. . . J’ai gagné haut la main le concours d’impopularité. À la fin de 1981, j’avais un taux de désapprobation plus élevé que n’importe quelle autre première dame moderne. — Nancy Reagan, tirée de la jaquette du livre My Turn SHE IS RIGHT bien sûr. Et la question est pourquoi ? Qu’est-ce qui fait que les gens ne l’aiment pas si intensément chez cette femme ? Un récent sondage NBC/Wall Street Journal montre que le taux d’approbation de Barbara Bush est de 58 pour cent, contre 19 pour cent pour Nancy Reagan. Pourtant, Ronald Reagan est peut-être l’un des présidents les plus populaires de l’histoire. Elle semble complètement déconcertée par cela, et soit pas équipée, soit pas disposée à faire un effort pour le comprendre. Elle devrait lire son propre livre. Soigneusement. On pourrait probablement dire qu’il existe désormais un genre de livres sur la Première Dame. Lady Bird Johnson, Betty Ford, Rosalynn Carter et maintenant Nancy Reagan ont toutes écrit des récits de leurs années à la Maison Blanche – tout comme certaines Premières Dames précédentes, comme Eleanor Roosevelt. Quel est le but de ces livres ? (En dehors de l’argent, bien sûr. Nancy R. aurait reçu 2 millions de dollars pour le sien de Random House.) Les livres de la Première Dame devraient être avant tout anthropologiques. Il n’est pas nécessaire qu’ils soient littéraires, historiques ou politiques, même si ce serait bien aussi. Ce qu’ils devraient vous dire, c’est ce que ça fait de vivre à la Maison Blanche, ce que ça fait d’être Première Dame. Si tel est le cas, alors Nancy Reagan a échoué : My Turn vous dit ce que c’est que d’être Nancy Reagan. Pendant des années, Nancy Reagan a expliqué que lorsqu’elle était tendue ou bouleversée, son cou et ses épaules devenaient tendus et douloureux. J’ai lu son livre en un week-end et lorsque je l’ai terminé dimanche soir, mes épaules et mon cou étaient pratiquement en spasme. C’est une personne très en colère. J’ai commencé à retourner les coins des pages où elle parle d’être en colère, furieuse, indignée, irritée ou agacée. En 370 pages, j’ai retourné 42 coins et ce n’étaient que des références à sa propre colère. Il y en avait beaucoup d’autres décrivant son mari et d’autres personnes également en colère. Mais même cela ne suffisait pas à Nancy. “Franchement”, écrit-elle, “ça me mettait parfois en colère que Ronnie ne se fâche pas plus souvent…” Alors, de quoi est-elle folle ? Pratiquement tout et tout le monde. Elle est furieuse contre Don Regan. Elle est aussi en colère contre Al Haig, Jimmy Carter, Jerry Ford, John Sears, Mike Deaver, Ed Meese, David Stockman, Bill Safire, Raisa Gorbachev, Stu Spencer, Nelson Rockefeller, Barry Goldwater, Joan Didion, moi (je cherchais l’astrologue Joan Quigley dans l’index, je le jure !), mon mari, son mari, son beau-père, Fritz Mondale, Geraldine Ferraro, John Poindexter, Ollie North, George Bush, les médecins à la télévision, dans la presse, ses beaux-enfants Maureen et Michael et sa fille Patti. Je suis sûr que j’ai oublié certaines personnes, mais vous comprenez. S’il s’agissait uniquement des politiques et de la presse, cela serait compréhensible. (Elle est en colère contre moi, par exemple, à cause d’un profil que j’ai fait d’elle.) Mais ce qui est épouvantable, c’est la façon dont elle s’attaque à son propre enfant. C’est si blessant, si douloureux, si embarrassant, si pathétique que cela vous coupe le souffle. Et cela ressort, du moins pour moi en tant que parent, comme la section la plus révélatrice du livre. Patti est un « bébé difficile dès le début ». Elle refuse d’avaler ses haricots. Nancy quitte la pièce, revient dans une heure et demie et Patti est “toujours assise là avec ces foutus haricots dans la bouche…”. “C’était une enfant avec son propre esprit. Elle était provocante, voire en colère, dès le début… Je crois maintenant que la colère de Patti envers moi vient de ses sentiments non résolus à l’égard de son père. Je crois aussi que Ronnie et moi étions trop indulgents avec elle ; nous avons cédé trop souvent et lui avons prêté trop d’attention. Ce n’est pas un début très prometteur et à partir de là, la situation se dégrade. La section Patti est une litanie d’affronts de neuf pages : Patti était assise aussi loin que possible de sa mère dans le parking de l’école. Quand elle avait 14 ans, elle a essayé de s’enfuir avec le lave-vaisselle de l’école. Elle vivait ouvertement avec un guitariste d’un groupe de rock. Elle fut bouleversée lorsque son père fut élu gouverneur. Elle était active dans le mouvement antinucléaire. Elle ne s’avancerait pas sur la photo de famille. Puis elle a écrit un livre que sa mère a lu avec « chagrin et colère. C’était un roman autobiographique à peine déguisé, s’apitoyant sur son sort ». Et, cerise sur le gâteau, elle n’est pas allée aux funérailles de sa grand-mère. “Quand ma mère est décédée, il n’y a eu ni visite, ni appel, ni fil, ni fleurs, ni lettre, rien. Ma mère méritait bien mieux que cela, et la mère de Patti aussi.” Même si Patti est un monstre, je ne veux pas l’entendre de la part de la mère de Patti. Il y a presque quelque chose d’anormal là-dedans. Contre qui n’est-elle pas en colère ? Des gens qui étaient d’accord avec elle ou qui ne lui faisaient pas obstacle. Des petites personnes qui n’étaient ni une menace ni une compétition pour elle ou Ronnie, ou des grandes personnes qui pouvaient l’aider ou aider Ronnie. Dans le département d’autojustification, il existe de nombreux témoignages sur l’amour des gens pour elle. Ronnie écrit constamment des notes d’amour. S’il l’aime, elle doit être une bonne personne. La femme du jeune Ron, Doria, écrit également ses notes d’amour. Son infirmière à l’hôpital dit qu’elle est la meilleure patiente qu’elle ait jamais eue. Et Bob Strauss lui dit qu’elle est “une sorte de large”. Je suis revenu et j’ai relu tous les livres récents de la Première Dame la semaine dernière pour avoir quelque chose avec lequel comparer celui-ci. Ce qui me frappe le plus, c’est la différence de ton entre leurs livres et celui de Nancy Reagan. Le livre de Lady Bird Johnson est chaleureux et sympathique, un journal très bavard. Celui de Betty Ford est léger et ludique. Rosalynn Carter est respectueuse et consciencieuse. Ces trois livres ont un ton généreux. Généreux envers leurs familles, le peuple américain, leur personnel et leurs amis. Il n’y a ni vengeance, ni colère, ni attaques personnelles. Le livre de Nancy Reagan porte sur les règlements de comptes. Ce n’est pas impossible d’écrire un livre comme celui-là et de le faire fonctionner s’il est drôle. Vous pouvez même parfois être vicieux et vous en sortir si vous avez écrit avec humour. Mais le ton de ce livre n’a rien d’amusant. Elle est très sérieuse. C’est son tour, par Dieu. Ce livre a-t-il des qualités rédemptrices ? En le lisant, je me suis retrouvé aux côtés de Nancy bataille après bataille. Elle pense qu’Al Haig est un désastre. Elle pense que David Stockman est déloyal. Ed Meese aurait dû démissionner bien plus tôt. Bill Clark n’est pas qualifié. Et nous savons tous ce qu’elle pense de Don Regan. Selon elle, sa plus grande réussite a été de faire changer d’avis son mari à propos de Gorbatchev et de l’empire du mal. Allez, Nancy ! Mais attendez. D’ailleurs, à qui appartenaient ces idées ? Celui de Nancy ou de ses astrologues, dont Joan Quigley ? (Selon des sources proches des Reagan, tous deux auraient consulté des astrologues bien avant de venir à la Maison Blanche.) De toute façon, qui dirigeait réellement le pays ? Nancy affirme qu’elle n’a commencé à consulter Quigley qu’après que son mari ait été abattu et dit que c’était une béquille, sa façon de faire face. Mais elle affirme également qu’elle ne lui parlait qu’une ou deux fois par mois. Quigley a déclaré qu’elle parlait avec Mme Reagan deux ou trois fois par jour, et CBS rapporte qu’elle avait Quigley avec une provision de 3 000 $ par mois. (Pensez à tous les vêtements qu’elle aurait pu acheter avec ça. Au moins une robe Galanos et demie !) Quigley affirme que ce sont ses conseils à Nancy au sujet de la carte de Gorbatchev qui ont persuadé Ronald Reagan d’entamer des relations plus étroites avec les Russes. Sans parler des conseils de Quigley sur le timing de tout, depuis les décollages et atterrissages d’Air Force One jusqu’à la signature des traités. Il se trouve que je m’intéresse à l’astrologie, mais si Quigley dit la vérité, la dépendance de Nancy Reagan, et finalement celle du président, est effrayante et choquante. Pas moins que si l’épouse du président était totalement dépendante des conseils politiques d’un prêtre. LA MEILLEURE et la plus intéressante partie du livre est celle sur Gorbatchev et l’Union soviétique. Lorsqu’elle ne prend pas de photos de Raisa et des Russes ou ne fait pas sa promotion, c’est fascinant et instructif et vous donne une idée de ce dont elle aurait été capable si elle n’avait pas eu l’intention de se venger. Il y a deux omissions flagrantes dans ce livre qui m’ont frappé. La première est que nulle part Nancy Reagan ne dit quelque chose de positif à propos de Barbara Bush – une femme qui était extrêmement populaire et appréciée à Washington et qui est délibérément restée en retrait pendant huit ans pour ne pas éclipser Nancy. La seconde est l’absence de presque toute mention de son projet de drogue, dans lequel elle aurait passé huit ans de sa vie impliquée. Vous vous souvenez de « Just Say No » ? Nancy ne le fait pas, dans son livre, en tout cas. Lorsqu’elle s’est lancée dans le trafic de drogue après une première mauvaise année de publicité, il a été écrit qu’elle ne le faisait que pour redorer son image. Bien entendu, cela a été catégoriquement nié. Aujourd’hui, elle écrit ses mémoires sur ses huit années à la Maison Blanche et en parle à peine, sauf de la manière la plus superficielle. (Elle s’est également récemment retirée de son implication dans un centre de désintoxication pour toxicomanes à Los Angeles.) À présent, la plupart des gens ont lu les extraits de My Turn dans Newsweek, et si vous l’avez fait, vous avez à peu près une idée. Le livre ne vous en dit pas beaucoup plus, il se contente de développer. Si vous cherchez des trucs juteux, ne vous embêtez pas. Rosalynn Carter, dans son livre, dit que « le rôle de Première Dame est difficile – et parfois presque impossible à remplir ». Il ne fait aucun doute que les huit années de Nancy Reagan en tant que Première Dame ont été difficiles. Elle avait plus de crises à gérer que la plupart. La tentative d’assassinat, l’opération du cancer de son mari, son opération du cancer du sein, la mort de sa mère, le scandale Iran-contra. Intelligemment, elle commence le livre par la tentative d’assassinat, créant une ambiance sympathique qu’elle parvient malheureusement à surmonter assez rapidement. Si elle avait décidé de prendre la grande route, d’être généreuse et aimable et de ne pas utiliser son livre pour régler des comptes, elle aurait pu avoir un livre merveilleux, passionnant, instructif et très sympathique. Au lieu de cela, le livre est un élan de venin, de fureur et de vengeance. C’est l’exemple parfait de la raison pour laquelle vous devriez attendre le lendemain matin pour poster cette lettre de colère. Pourquoi est-elle si en colère, se demande-t-on. Elle cite un poème que Reagan a écrit pour son annuaire de lycée : Je me demande de quoi il s’agit, et pourquoi nous souffrons autant, quand de petites choses tournent mal ? Nous faisons de notre vie un combat, Quand la vie devrait être une chanson. “Cette attitude est la raison pour laquelle, dans ma prochaine vie”, dit-elle, “j’aimerais revenir sous le nom de Ronald Reagan”. Elle poursuit en disant : “Il peut aussi être difficile de vivre avec quelqu’un d’aussi optimiste. Il y a eu des moments où son optimisme m’a mise en colère, ou où j’ai senti que Ronnie n’était pas réaliste et j’avais envie qu’il montre au moins ” ” Un peu d’anxiété. Et au fil des années, je pense que je suis devenu encore plus inquiet qu’avant parce que Ronnie ne s’inquiète pas du tout. Il semble que je m’inquiète pour nous deux. ” Ronald et Nancy Reagan semblent être un exemple classique de ce que les psys appellent l’identification projective. Comme le décrit le livre de Maggie Scarf, Intimate Partners, « la personne qui est particulièrement dépourvue de colère, ne peut prendre conscience des sentiments de colère que tels qu’ils existent chez quelqu’un d’autre – chez le partenaire intime, de manière plus prévisible. . . Il ne saura pas qu’il est en colère, mais il sera merveilleusement habile à déclencher une explosion d’hostilité et de colère chez son épouse. Nancy Reagan est fière d’avoir abandonné sa carrière pour l’homme qu’elle aime. Mais ce faisant, elle ne s’est laissé d’autre choix que d’accepter de vivre à travers lui et, par conséquent, elle a également adhéré à sa colère. En effet, elle s’est permise d’en devenir le canal. Tout ce qui est un affront pour lui est un affront pour elle et elle ne peut ou ne veut pas se séparer de lui. Cela lui a évidemment causé beaucoup d’angoisse dans sa vie, ce qui est plus qu’évident dans ce livre. Mon tour était l’occasion pour Nancy de se justifier. Pour prouver une fois pour toutes à ses détracteurs qu’elle n’était pas la personne froide, calculatrice, colérique et vindicative qu’elle semblait être. Au lieu de cela, malheureusement, le livre n’a fait que confirmer les pires soupçons de chacun. Sally Quinn est journaliste et auteur d’un roman intitulé “Regrets Only”.

Lire aussi  Gilbert et Nancy Walker fêtent leurs 50 ans

1989-11-05 11:00:00
1708479383


#NANCY #REAGAN #REGARDE #RETOUR #AVEC #COLÈRE

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT