nouvelles (1)

Newsletter

Moscou furieux contre les raids ukrainiens sur des églises dans le cadre d’une enquête sur la collaboration

Reuter

Nouvelles de l’ONSaujourd’hui, 13:36Modifié aujourd’hui, 14:31

Le service de sécurité ukrainien SBOe a fouillé plus de 350 églises dans le cadre d’une enquête sur des activités subversives. Le service craint que les paroisses de l’Église orthodoxe russe ne soient utilisées pour diffuser des voix pro-russes et abriter des personnes soupçonnées d’avoir des liens étroits avec la Russie.

Hier, les agents du SBOe un raid dans le célèbre monastère de la grotte à Kiev. Ils y ont trouvé, entre autres, un Ukrainien qui travaillerait pour une agence de presse pro-russe. Le SBOe a également trouvé des personnes avec des passeports russes ou falsifiés.

Plus de cinquante personnes ont été interrogées lors des perquisitions, mais pour autant que l’on sache, personne n’a été arrêté. Des “livres pro-russes” et de l’argent (converti environ 150 000 euros) ont également été saisis.

Le SBOe a publié ces photos :

  • SBOe

    Ces photos des enquêtes dans les églises ont été publiées par le SBOe
  • SBOe

    Ces photos des enquêtes dans les églises ont été publiées par le SBOe
  • SBOe

    Ces photos des enquêtes dans les églises ont été publiées par le SBOe

Ce sont des églises orthodoxes russes, qui relèvent du patriarcat – ou de l’autorité – de Moscou. Le monastère de la grotte appartient à la branche ukrainienne de l’Église orthodoxe russe du patriarcat de Moscou. Le patriarcat ukrainien rival aimerait le complexe millénaire vouloir prendre le relaisce qui a provoqué un profond désaccord entre les deux branches.

Moscou a réagi furieusement aux raids sur les églises. Le ministère des Affaires étrangères a parlé aujourd’hui d’un acte “méchant et immoral”, L’Eglise orthodoxe russe accuse l’Ukraine d’intimidation.

Le président russe Poutine a appelé – selon ses propres termes – à “la destruction de l’Église orthodoxe russe en Ukraine” comme justificatif pour l’invasion russe de l’Ukraine. La recherche est donc ultra sensible. Le SBOe souligne que “le principe d’indépendance de toutes les confessions” est respecté dans la recherche des églises.

Le professeur de théologie ukrainien Cyril Hovoroen suppose que le SBOe n’a pas l’intention de poursuivre les prêtres pour leurs opinions éventuellement pro-russes. Ce serait illégal, a-t-il dit BBC Newshour. “Je pense qu’ils recherchent principalement une réponse à la question de savoir s’il existe une collaboration active.”

Le plus grand parti d’opposition d’Ukraine, quant à lui, travaille sur un facture d’interdire l’Église orthodoxe russe dans son intégralité. On ne sait pas s’il y a une majorité en faveur de cela.

‘Églises de Moscou’ majoritaires

Les médias ukrainiens ont rapporté ces derniers mois que des prêtres orthodoxes russes semblaient se ranger du côté de la Russie ou de l’idée de “Rusky mir”, l’Ukraine et la Biélorussie faisant partie de la Russie, prêcher. On craint également une collaboration plus pratique, comme le stockage d’armes et la fourniture d’abris saboteurs dans les églises.

Environ les trois quarts des Ukrainiens adhèrent à la foi orthodoxe orientale. Seulement environ 1160 paroisses, principalement en Ukraine occidentale, appartiennent au patriarcat de Kyiv. Plus de 11 700 paroisses en Ukraine relèvent du Patriarcat de Moscou.

APE

Le monastère de la grotte, hiver 2017

Le chef de l’Église orthodoxe russe, le patriarche Kirill, est un fervent partisan de la guerre en Ukraine, qu’il a déclarée lutte sacrée contre l’Occident. Les paroisses d’Ukraine sous le patriarcat de Kirill ont condamné ses propos, rompant en partie les liens avec Moscou. Mais ils ne sont pas transférés au Patriarcat de Kiev.

Transfert compliqué

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les paroisses ne changent pas, explique Katia Tolstoï. Elle est professeure et directrice de l’Institut pour l’étude académique du christianisme oriental à l’Université VU d’Amsterdam. “L’unité de l’Église est très importante pour l’Église orthodoxe. Si vous changez, vous provoquez un schisme. Vous ne faites pas que ça.”

Par conséquent, si les paroisses restent fidèles au patriarcat de Moscou, cela ne signifie pas qu’elles sont pro-russes. “C’est séparé l’un de l’autre”, dit Tolstoï. “De nombreux prêtres ne se soucient pas vraiment de ce à quoi ils appartiennent, ou ils n’ont pas envie de faire une déclaration politique, ou ils attendent de voir qui gagnera la guerre.”

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT