Nouvelles Du Monde

“Meta ne peut pas forcer les utilisateurs à être suivis”

“Meta ne peut pas forcer les utilisateurs à être suivis”

SAI

NOS Nieuws•vandaag, 20:59

Les plateformes de médias sociaux telles que Facebook et Instagram ne peuvent pas obliger leurs utilisateurs à être suivis en ligne en échange de l’accès aux plateformes. C’est ce qu’affirme l’organisme européen de surveillance de la protection de la vie privée, l’EDPB, qui comprend également l’autorité néerlandaise de protection des données.

Selon le régulateur, les grandes plateformes en ligne doivent proposer une option gratuite dans laquelle vous, en tant qu’utilisateur, n’êtes suivi que dans une « mesure limitée ». Vous ne verrez alors que des publicités qui ne sont pas basées sur votre comportement sur Internet.

Ces publicités dites contextuelles correspondent au contenu que quelqu’un consulte actuellement. Un message sur les chats pourrait alors contenir une publicité pour de la nourriture pour chats, par exemple.

Abonnement payant

La décision de l’EDPB est une réponse au choix que Meta, la société derrière Facebook et Instagram, présente à ses utilisateurs depuis novembre de l’année dernière.

Lire aussi  Employeurs : Formulaire I-9 La date limite de conformité à l'inspection physique est le 30 août 2023 - Publications

Les utilisateurs peuvent désormais choisir entre une version avec des publicités personnalisées ou un abonnement payant dans lequel les données personnelles ne sont pas utilisées pour proposer des publicités ciblées. Cet abonnement coûte environ 13 euros par mois. Sans choix, les services ne peuvent plus être utilisés.

Meta a introduit ce choix peu de temps après que l’EDPB ait statué l’année dernière que la manière dont l’entreprise diffusait des publicités personnalisées violait les règles européennes en matière de confidentialité. L’entreprise a reçu l’ordre du régulateur européen de suspendre les publicités personnelles basées sur le comportement des utilisateurs sur Internet.

“Ce n’est pas un choix équitable”

Après que Meta ait introduit les nouvelles options, l’organisme européen de surveillance de la vie privée a annoncé une nouvelle enquête. Aujourd’hui, l’EDPB considère que les options actuelles proposées aux utilisateurs ne constituent « pas un choix équitable ».

Selon le régulateur, les utilisateurs sont en réalité obligés de « payer » avec leurs données personnelles. C’est particulièrement problématique si le prix de l’abonnement est élevé.

Lire aussi  Un clic mal réalisé coûte 86 millions d'euros au fonds souverain norvégien

Frederik Zuiderveen Borgesius, professeur de TIC et de droit à l’université de Radboud, qualifie la position de l’EDPB de « raisonnable ». “Le régulateur peut se contenter d’expliquer la loi, mais pas d’en proposer de nouvelles. La loi stipule que les publicités personnalisées ne sont autorisées qu’avec un ‘consentement valable’, qui a été donné volontairement. Mais s’il est difficile d’éviter une plateforme, vous pouvez Je me demande à quel point cette autorisation est volontaire.

Un porte-parole de Meta fait référence en réponse à un arrêt de la Cour européenne de justice. “Il a déclaré que le modèle d’abonnement est un moyen juridiquement valable pour les entreprises de demander l’autorisation de diffuser des publicités personnalisées. L’avis de l’EDPB ne change pas cet avis. L’abonnement sans publicité est conforme au droit européen.”

2024-04-17 21:59:33
1713394272


#Meta #peut #pas #forcer #les #utilisateurs #être #suivis

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT