Nouvelles Du Monde

MeDirect, la banque en ligne qui vise le leadership des challengers

MeDirect, la banque en ligne qui vise le leadership des challengers

La banque en ligne MeDirect a fait parler d’elle ces derniers mois, en offrant parmi les meilleures conditions sur les comptes d’épargne (2,30 % sur le compte Fidelity, dont 1,70 % de prime de fidélité). Sa filiale belge est dirigée par Alain Moreau, un ancien de Deutsche Bank Belgique, qui se montre décidé à faire de cette institution “le leader des challengers”.

Le produit d’appel est donc clairement le livret d’épargne. “On vise les clients qui ont entre 10 000 et 1 million. C’est un segment qui est délaissé depuis plusieurs années”, explique le banquier. Et en guise de message rassurant, il souligne que MeDirect est une “banque de droit belge, qui n’est pas uniquement supervisée par la Banque nationale mais aussi par la Banque centrale européenne. L’avantage, c’est que nous sommes soumis à tous les stress tests”. La maison-mère, basée à Malte où elle occupe 300 personnes essentiellement dans des fonctions IT, “est une des trois plus grandes banques”. En Belgique, elle occupe 60 personnes.

Lire aussi  Faiblesse des bourses européennes. Pirelli et les services publics se portent bien à Milan, Tim en panne

Étant une institution sans agences, MeDirect se targue d’afficher des coûts au plancher. Ce qu’Alain Moreau considère comme un avantage en particulier pour l’activité d’investissement que l’institution est aussi en train de développer (avec un portefeuille actuel de l’ordre de 900 millions d’euros). La banque, qui travaille avec 65 gestionnaires de fonds, en ce compris des ETF (fonds qui suivent les indices), applique des frais de transaction “parmi les meilleurs du marché” et reçoit des frais de rétrocession des gestionnaires de fonds de 50 centimes en moyenne.

L’argent récolté sur les livrets d’épargne s’élève actuellement à 2 milliards. “On finit la phase de start up. On veut passer en scale up. Une carte de débit MasterCard sera lancée fin 2023. Le lancement de la carte aura tendance à rajeunir notre clientèle. Ce sera une offre gratuite.”, poursuit Alain Moreau.

Deux marchés

L’argent récolté est reconverti uniquement en prêts hypothécaires où MeDirect travaille en Belgique en partenariat avec l’assureur Allianz qui est l’intermédiaire en première ligne, y compris pour les éventuels contacts physiques. Elle est présente sur deux marchés, la Belgique et les Pays-Bas où 90 % des prêts hypothécaires sont garantis par un fonds public. Sur le marché hypothécaire, la banque “ne se positionne pas en outsider sur les prix”. Mais elle vise un “segment moins bien servi” grâce à une offre plus flexible à l’égard des clients (par exemple des emprunteurs plus âgés).

Lire aussi  La production industrielle de Singapour met fin à une année de récession avec une hausse de 7,4 % en octobre

Comme toutes les institutions, MeDirect ressent l’engouement pour les bons d’État, qui se traduit par des sorties de fonds de personnes qui souscrivent sur le site de l’Agence de la dette. “Mais il y a toujours des entrées nettes pour le mois d’août”, assure Alain Moreau. Cet engouement montre à ses yeux “que les banques ont trop tardé” pour ajuster leurs conditions. Cette opération “aura fait bouger les lignes”.

L’actionnaire de MeDirect est la société de private equity Anacop. Pour les six premiers mois de l’année, la filiale belge affiche un résultat net de 1,8 million d’euros. La preuve, selon Alain Moreau, “qu’on peut offrir des conditions super avantageuses et gagner de l’argent”. Des discussions sont en cours avec un groupe d’investisseurs “qui souhaitent accompagner notre croissance car ils sont convaincus du modèle”.
#MeDirect #vise #les #clients #qui #ont #entre #10000euros #million
publish_date]

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT