Nouvelles Du Monde

Maladie rénale chronique associée à un risque accru d’hémorragie intracérébrale

Maladie rénale chronique associée à un risque accru d’hémorragie intracérébrale

Selon les données d’une étude en 3 étapes combinant des analyses épidémiologiques et génétiques, l’insuffisance rénale chronique (IRC) était indépendamment associée à un risque plus élevé d’hémorragie intracérébrale (ICH), quelle que soit la race ou l’origine ethnique. De plus, l’IRC était associée à de mauvais résultats fonctionnels après une HIC.

La première des études, intitulée ERICH (NCT01202864), comprenait 2914 participants atteints d’ICH et 2954 témoins, avec un mélange similaire de races et d’ethnies dans la cohorte. L’IRC, présente dans 4,3 % des cas d’ICH contre 1,3 % des témoins, était associée à un risque accru d’ICH chez les patients non ajustés (odds ratio [OR], 3,35 ; IC à 95 %, 2,33-4,82 ; P < 0,001) et ajusté (OR, 1,95 ; IC à 95 %, 1,35-2,89 ; P <.001) analyses. Chez les patients atteints d'IRC, le risque d'ICH n'a pas été modifié par la race et l'origine ethnique ou la localisation de l'hémorragie.

L’auteur principal Guido Falcone, MD, ScD, MPH, professeur adjoint de neurologie, Yale School of Medicine, et ses collègues ont conclu : “Des recherches futures sont nécessaires pour élucider les mécanismes biologiques responsables des associations de l’IRC avec le risque et la gravité de l’ICH et pour étudiez les associations génétiques rapportées ici dans les populations asiatiques, noires et hispaniques ou latino-américaines.

Lire aussi  La pandémie souligne la nécessité d'une réforme du secteur de la santé (chef du KSP)

ERICH a été menée d’août 2010 à août 2017 et a observé les participants pendant 1 an. La deuxième analyse visait à reproduire les données en utilisant des participants inscrits à la UK Biobank (UKB), une étude de population en cours au Royaume-Uni. Parmi les 502 536 participants inscrits à l’UKB, 1 341 personnes atteintes d’ICH et 501 195 témoins ont été identifiées. Ici, les résultats ont confirmé ce qui avait été observé dans ERICH, car l’IRC était associée à une probabilité plus élevée d’ICH chez les patients non ajustés (OR, 3,60 ; IC à 95 %, 2,89-4,48 ; P < 0,001) et analyses ajustées (OR, 1,28 ; IC à 95 %, 1,01-1,62 ; P = 0,04).

LIRE LA SUITE: Les tendances de l’incidence des accidents vasculaires cérébraux pour les jeunes âges nécessitent un réexamen des causes et des méthodes de prévention

Semblable aux résultats de l’ERICH, l’insuffisance rénale terminale était associée à un risque encore plus élevé d’ICH chez les patients non ajustés (OR, 7,00 ; IC à 95 %, 2,88-16,97 ; P < 0,001) et analyses ajustées (OR, 3,21 ; IC à 95 %, 1,31-7,87 ; P = .01) analyses. Les analyses de sensibilité faisant correspondre les cas d’ICH et les témoins par leur score de propension ont produit des résultats similaires pour l’IRC dans les analyses non ajustées (OR, 1,31 ; IC à 95 %, 1,02-1,68 ; P = 0,04) et analyses ajustées (OR, 1,29 ; IC à 95 %, 1,01-1,66 ; P = 0,04). Les modèles à effets aléatoires qui ont regroupé les estimations de l’étude ERICH et de l’UKB ont produit des résultats cohérents.

Lire aussi  La représentante Nancy Mace dit que "tout le monde est sur la table" pour l'assignation à comparaître pour l'enquête de Hunter Biden

Dans les analyses de randomisation mendélienne qui comprenaient principalement des participants d’ascendance européenne (83,9 %), l’IRC génétiquement déterminée était associée à une probabilité plus élevée d’ICH lors de l’utilisation à la fois de la méthode pondérée par la variance inverse (OR, 1,56 ; IC à 95 %, 1,13-2,16 ; P = 0,007) et l’approche médiane pondérée plus prudente (OR, 1,72 ; IC à 95 %, 1,06-2,82 ; P = .03). Les enquêteurs n’ont trouvé aucun signe de pléiotropie horizontale, comme le démontrent les résultats nuls sur la randomisation mendélienne-Egger (or à l’origine, 1,00 ; IC à 95 %, 0,96-1,03 ; P = 0,81) et tests globaux de randomisation mendélienne-PRESSO (somme résiduelle des carrés, 23,22 ; P = 0,73).

Falcone et al ont également noté: “Bien que notre étude fournisse des preuves importantes à l’appui d’une association causale entre CKD et ICH, les voies médiant cette association restent à identifier. Une voie possible est l’exacerbation de l’hypertension existante. Les reins jouent un rôle central dans réguler la pression artérielle et l’équilibre hydrique via les voies neurohormonales et la natriurèse de pression. »

Lire aussi  L'émigration irrégulière persiste malgré les mesures mises en place : bilan des stratégies au Sénégal.

Dans une analyse distincte de l’IRC et des résultats fonctionnels après ICH dans ERICH, 48,8 % (n = 1230) avaient un mauvais résultat fonctionnel, comme l’indiquent les scores de l’échelle de Rankin modifiée (mRS) de 4 à 6. Il y avait un risque accru de mauvais résultats chez les personnes atteintes d’IRC (58,8 % contre 47,9 % ; données non ajustées P = 0,003), ce qui a été confirmé par des analyses de régression multivariées (OR, 2,05 ; IC à 95 %, 1,13-3,07 ; P <.001). La localisation de l'hémorragie a modifié l'association entre l'IRC et un mauvais résultat, car l'IRC était associée à une probabilité plus élevée de mauvais résultat dans l'ICH lobaire (OR, 4,03 ; IC à 95 %, 1,69-10,12 ; P = 0,002) par rapport à l’ICH non lobaire (OR, 1,74 ; IC à 95 %, 1,10-2,76 ; P= .02). Notamment, des résultats similaires ont été observés sur les analyses de sensibilité lorsque mRS a été dichotomisé en 0 à 2 vs 3 à 6.

RÉFÉRENCES
1. Vanent KV, Loisirs AC, Acosta JN, et al. Association d’insuffisance rénale chronique avec risque d’hémorragie intracérébrale. JAMA Neurol.Mise en ligne le 15 août 2022. doi:10.1001/jamaneurol.2022.2299
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT