Nouvelles Du Monde

L’Opéra de Paris rend hommage à Jiri Kylian

L’Opéra de Paris rend hommage à Jiri Kylian

2023-11-28 09:02:02

Ces derniers mois, le monde de la danse rend hommage à l’art de Jiri Kylian à l’occasion de son soixante-quinzième anniversaire. Et quand on parle du monde, on le dit avec raison : seulement en 2023, qui a commencé avec l’hommage du Balletto della Scala, (qui a ramené sur la scène Piermarini, après quatorze ans, le monde onirique du chef-d’œuvre ” Bella Figura”), des deux côtés de l’océan, de nombreuses grandes compagnies lui ont rendu hommage, du Ballet national tchèque à l’American Ballet Theatre, de l’Astana Opera Ballet au Teatro Colon Ballet de Buenos Aires, du Théâtre national grec Ballet au Tokyo Ballet.

Opéra de Paris

Cependant, le retour de Kylian à l’Opéra de Paris est quelque chose de plus : au fil des années, la Maison a entretenu avec lui une relation privilégiée, qui en plus d’avoir amené nombre de ses ballets à Paris, s’est également appuyée sur trois créations absolues pour des artistes français. « Felliet d’Autum » (1990), « Dous Mensonges » (1999) et « Il faut qu’une porte… » (2004) parmi les très rares que Kylian a réalisés en dehors du Nederland Dance Theater.

Lire aussi  L'annonce de Harry et Meghan sur les titres de leurs enfants nécessitera-t-elle la confirmation du palais ?

La nouvelle soirée parisienne (à partir du 8 décembre) raconte donc une nouvelle fois le dossier particulier entre le maestro et la compagnie, mais, en plus d’introduire enfin au répertoire trois joyaux de la danse de Kylian – l’absolue “Petite Mort” avec son pendant sardonique “Six Danses” et le onirique “Dieux et Chiens” – plus généralement c’est une nouvelle démonstration de son génie artistique, après le placement parmi les Immortels de l’Académie française, qui en 2019 a finalement annexé avec lui la chorégraphie parmi d’autres arts majeurs.

Néanmoins, le spectacle de l’Opéra, comme toutes les compagnies du monde, nous transporte dans le passé de l’artiste qui, ces dernières années, a entamé un nouveau chemin créatif, ou plutôt a libéré sa danse de la scène et l’a amenée au monde. Un monde toujours métaphysique, dans lequel les wagons d’un tramway ou d’un escalier deviennent des passages pour “Therebouts Unknown” et la vidéo crée un hiatus entre un avant et un après, mais dans lequel la danse – désormais plus que des effleurements et des regards – est toujours présent et fondateur. Ce fut le cas dans le « Scalamare » créé en 2017 sur les marches du Monument aux Morts de notre Ancône et maintenant dans le tout nouveau « Sehnsucht » dans lequel la plage de l’île néerlandaise de Tarsceling est l’espace métaphysique dans lequel un homme et une femme désormais mûrs (l’acteur Peter Joiesch et sa muse et compagne Sabine Kuptferger) suivent le fil des saisons et leur relation dans une ambiance intemporelle. Pendant ce temps, tandis que le passé et le présent continuent de nous montrer son parcours créatif, Kylian démarre un autre projet, une installation intitulée du japonais « esno » sur les qualités magnétiques de. Arvo Part deux cercles, l’un noir, l’autre blanc créeront l’harmonie de l’univers, du soleil et des autres étoiles jusqu’aux êtres vivants, dans une danse sans fin qui tient ensemble les entrées et sorties dans un continuum, jusqu’au bout. de jours.



#LOpéra #Paris #rend #hommage #Jiri #Kylian
1701224357

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT