Nouvelles Du Monde

L’ONU fait pression sur les généraux en guerre du Soudan après le pillage de l’aide

L’ONU fait pression sur les généraux en guerre du Soudan après le pillage de l’aide
  • Six camions de fournitures humanitaires saccagés, selon l’ONU
  • Les combats se poursuivent malgré une supposée trêve entre généraux
  • Le chef de l’aide Griffiths à Port-Soudan
  • Environ 100 000 ont fui vers les pays voisins

KHARTOUM, 3 mai (Reuters) – Les Nations unies ont pressé mercredi les factions belligérantes soudanaises de garantir le passage en toute sécurité de l’aide humanitaire après que six camions ont été pillés et que des frappes aériennes dans la capitale Khartoum ont sapé une prétendue trêve.

“Nous aurons besoin d’un accord au plus haut niveau et très publiquement (…) pour permettre le mouvement du personnel et des fournitures”, a déclaré le chef de l’aide de l’ONU, Martin Griffiths.

Il s’exprimait depuis Port-Soudan, sur la côte de la mer Rouge, où beaucoup ont fui après plus de deux semaines de combats entre l’armée et les Forces de soutien rapide (RSF) paramilitaires.

Des frappes aériennes ont été entendues à Khartoum et dans les villes voisines d’Omdurman et de Bahri mercredi, alors même que les deux parties avaient convenu de prolonger une série de trêves fragiles et rompues pour sept jours supplémentaires à partir de jeudi.

Les médiateurs internationaux faisant pression pour des pourparlers de paix, l’armée soudanaise a déclaré qu’elle enverrait un émissaire pour des pourparlers avec les dirigeants du Soudan du Sud, du Kenya et de Djibouti.

Lire aussi  Les déclarations explosives du colonel (r) Hugo Aguilar Naranjo devant la JEP

Le Soudan a déclaré mardi que 550 personnes étaient mortes, avec 4 926 blessés, jusqu’à présent dans le conflit.

Environ 100 000 personnes ont fui avec peu de nourriture ou d’eau vers les pays voisins, selon l’ONU.

L’aide a été bloquée dans ce pays de 46 millions d’habitants, dont environ un tiers comptait déjà sur l’aide humanitaire.

Griffiths a déclaré que le Programme alimentaire mondial (PAM) lui avait dit que six de leurs camions se rendant dans la région occidentale du Darfour avaient été pillés en cours de route malgré les assurances de sécurité. Il n’y a pas eu de commentaire immédiat du PAM.

“C’est un environnement instable, nous avons donc besoin de ces engagements”, a déclaré Griffiths. “Ce n’est pas comme si nous demandions la lune. Nous demandons le mouvement des fournitures humanitaires, des personnes.”

GÉNÉRAUX DE PRESSION, DIT L’ONU

À Nairobi, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré que la communauté internationale devait dire au chef de l’armée, le général Abdel Fattah al-Burhan, et au chef paramilitaire, le général Mohamed Hamdan Dagalo, également connu sous le nom de Hemedti, que la situation était inacceptable.

Lire aussi  Témoignage poignant d'un ancien alcoolique : Jean-Luc Alonso raconte son combat contre la dépendance

Les deux généraux doivent faire face à des pressions pour arrêter les combats, entamer un dialogue et permettre une transition vers un gouvernement civil, a-t-il déclaré.

L’envoyé de Burhan, Dafallah Alhaj, a déclaré au Caire que l’armée acceptait les pourparlers mais qu’il n’y aurait pas de discussions en face à face avec les RSF et que la communication se ferait par l’intermédiaire de médiateurs.

Le Soudan du Sud a déclaré que les deux parties avaient accepté le cessez-le-feu et envoyé des représentants aux pourparlers, mais la RSF n’a pas officiellement commenté. Hemedti a déclaré mercredi dans un tweet qu’il s’était engagé à “ouvrir et sécuriser des couloirs sûrs”.

Des dizaines de milliers de personnes ont quitté Khartoum et ses villes voisines au confluent des Nil Blanc et Bleu. Des avions de l’armée ont bombardé des unités des RSF, dont certaines se sont installées dans des quartiers résidentiels de la région de la capitale.

“Si j’entends les frappes aériennes (de l’armée), je me sens en sécurité parce qu’au moins je sais que les RSF n’entreront pas dans ma maison”, a déclaré Salma, une habitante d’Omdurman, ajoutant que les combats incessants l’empêchaient de dormir la nuit. “J’ai protesté contre (l’autocrate déchu Omar al-) Bashir et contre le régime militaire, mais pour l’instant ils me protègent.”

Lire aussi  Mane frappe deux fois alors que l'impérieux Bayern écrase Bochum 7-0

Plusieurs quartiers de Khartoum sont confrontés à de graves pénuries d’eau en raison de pannes d’électricité, de manque de carburant et de dommages aux approvisionnements en eau. La grande majorité des hôpitaux ne sont plus fonctionnels.

Le conflit s’est étendu au Darfour où les RSF ont émergé des milices tribales qui ont combattu aux côtés des forces gouvernementales pour écraser les rebelles dans une guerre qui remonte à 20 ans.

L’armée et RSF ont uni leurs forces lors d’un coup d’État il y a deux ans et ont partagé le pouvoir dans le cadre d’une transition soutenue par la communauté internationale vers des élections libres et un gouvernement civil.

Écrit par Michael Georgy; Montage par Simon Cameron-Moore

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

2023-05-03 23:28:00
1683147019


#LONU #fait #pression #sur #les #généraux #guerre #Soudan #après #pillage #laide

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT