Nouvelles Du Monde

L’ESA change de cap avec l’aval des gouvernements et des entreprises : « Vous ne pouvez pas rivaliser avec des entités dopées » | Science

L’ESA change de cap avec l’aval des gouvernements et des entreprises : « Vous ne pouvez pas rivaliser avec des entités dopées » |  Science

2023-11-11 07:20:00

De gauche à droite, Ezequiel Sánchez, Juan Tomás Hernani et Jaume Sanpera, après l’interview réalisée lors de la Semaine spatiale de Séville, du 7 au 9 novembre.PACO PUENTES

Au-delà de l’engagement d’achever le Ariane 6le lanceur européen qui a accumulé quatre ans de retard et 350 millions de surcoûts, et le Véga C, successeur de la fusée qui a explosé huit minutes après le décollage en 2020, le dernier sommet de Séville entre l’Agence spatiale européenne (ESA) et les représentants de l’UE s’est conclu par un tournant fondamental : le changement de cap dans les stratégies d’exploration et d’exploitation spatiales. L’ESA suit les traces de son homologue américaine (NASA) et deviendra un client de base de l’industrie, sur lequel reposera le plus grand poids du développement futur au-delà de l’atmosphère. Le premier défi de cette nouvelle stratégie sera de construire un navire pour créer le premier Amazon dans l’espace, un service ayant la capacité de transporter et d’acheminer des marchandises. Trois hommes d’affaires de Nouvel espacecomme on appelle le secteur émergent dans ce domaine, répondent dans une interview commune au nouveau défi et applaudissent la décision de mettre fin à une politique qu’ils qualifient d’« entités dopantes ».

« L’écosystème spatial européen doit être plus dynamique, plus rentable et proposer des solutions plus innovantes », reconnaît l’Allemande Anna Christmann, coordinatrice de la politique spatiale de son pays et présidente du sommet de Séville. Ce changement de politique implique de transformer l’ESA en un « client phare », un prestataire de services stable doté d’une capacité financière suffisante, mais pas une entité responsable du développement de l’ensemble du processus d’exploration et d’exploitation. Et sur cet aspect il y a un accord, selon l’Autrichien Josef Aschbacher, directeur général de l’ESA : “Nous avons négocié très durement avec les 22 Etats membres et nous sommes parvenus à ce consensus.” Désormais, la contractualisation ne sera plus basée sur les contributions de chaque État à l’ESA, mais plutôt sur la concurrence entre entreprises.

Participants au sommet informel de l'Agence spatiale européenne et de l'UE qui s'est tenu mardi dernier à Séville.
Participants au sommet informel de l’Agence spatiale européenne et de l’UE qui s’est tenu mardi dernier à Séville.PACO PUENTES

L’Espagne part en bonne position pour cette nouvelle course. Ezequiel Sánchez, président exécutif de PLD Space, la première entreprise privée européenne à lancer une fusée depuis le territoire continental (Miura1); Jaume Sanpera, directeur de Sateliot, première entité à proposer une connectivité par satellite pour l’internet des objets (petits appareils) ; et Juan Tomás Hernani, fondateur et PDG de Satlantis, leader mondial des technologies miniaturisées d’observation de la Terre, analysent le nouveau scénario dans une interview commune. Tous ont doublé ou triplé leur chiffre d’affaires et leur emploi au cours des dernières années.

Lire aussi  BARÇA - REAL MADRID | Qui a remporté le plus de classiques, le Barça ou Madrid ?

Demander. Le changement de cap de l’ESA est-il correct ?

ES La politique de restitution de la contribution des États sous forme de contrats élaborés par des entrepreneurs spécifiques a une longue histoire : des éléments technologiques ont été générés et ont tenté d’être transférés à l’industrie. Mais cela peut être un raccourci qui entrave souvent la concurrence. Au sein du secteur privé, nous avons réussi à produire, avec le même niveau de qualité, mais avec des coûts et des délais très différents, des éléments capables d’être compétitifs. Le fait qu’il n’existe pas d’industrie dopante, conditionnée par le secteur public, subventionnant certains services non compétitifs, favorise la compétitivité. C’est un changement important. Nous devons nous concentrer sur une industrie compétitive, ce qui nécessite de la collaboration. Le privé peut tirer son épingle du jeu et le public peut compléter. Mais nous devons avoir des règles de concurrence qui nous permettent de développer des éléments orientés vers le client, non pas à partir de l’offre, mais à partir de la demande.

JS C’est le principal changement. Jusqu’à présent, l’ESA décidait de ce qui devait faire l’objet d’une enquête et, par conséquent, il peut y avoir un écart entre ce dont le marché a besoin et ce dont l’ESA pense qu’il aura besoin. Aujourd’hui, avec un secteur privé de plus en plus puissant, il est possible de le laisser profiter de la demande. Il est très difficile pour les entreprises dopées d’être compétitives.

JT H. Nous devons avancer très prudemment et savoir quel est notre chemin. Il s’agit d’être compétitif à l’échelle internationale, pas d’être un grand intégrateur. Il ne s’agit pas, espérons-le, de fabriquer un satellite à cent pour cent en Espagne ; Le fait est que si tel est l’objectif, c’est parce qu’il est vendu en Bulgarie, en Colombie ou aux Émirats arabes unis. Toute stratégie doit être axée sur la compétitivité internationale, et faire en sorte que nous soyons les premiers, les mieux placés pour vendre sur certains marchés et perdurer. Il y a la Chine ou l’Inde, c’est-à-dire que la situation est trop compliquée pour que nous puissions faire des bêtises. Il faut passer d’un modèle de quotas, qui fait du secteur un secteur très fermé, un zoo, à un marché beaucoup plus ouvert. L’investissement public espagnol dans la technologie spatiale est essentiel et le jardin doit être arrosé, mais l’objectif n’est pas le tronc, mais les branches, qui doivent être 20 fois plus grandes que le tronc. L’Agence spatiale espagnole doit être une opportunité pour ce changement institutionnel qui permet la migration et qui ouvre la voie à des technologies compétitives au niveau international.

Au sein du secteur privé, nous avons réussi à produire, avec le même niveau de qualité, mais avec des coûts et des délais très différents, des éléments capables d’être compétitifs.

Ezequiel Sánchez, président exécutif de PLD Space

P. Cette commercialisation peut-elle mettre en danger la recherche scientifique ?

Lire aussi  La NASA capture ce curieux point d'interrogation dans l'espace

ES De nombreuses filières scientifiques existeront et continueront d’être exploitées commercialement. Il s’agit de trouver le bon partenaire. Aux États-Unis, cela arrive. Quand la NASA commande l’espace Des éléments à usage scientifique sont développés, mais derrière eux, il y a une exploitation commerciale.

J.S.. Il y aura toujours des projets purement scientifiques. Il ne s’agit pas seulement d’acheter des services. Les contrats publics et privés permettront de les développer de manière compétitive.

De gauche à droite, Ezequiel Sánchez, Juan Tomás Hernani et Jaume Sanpera, après l'interview à la Semaine spatiale de Séville.
De gauche à droite, Ezequiel Sánchez, Juan Tomás Hernani et Jaume Sanpera, après l’interview à la Semaine spatiale de Séville.PACO PUENTES

P. Quel rôle aura l’Agence spatiale espagnole ?

ES Il doit disposer d’un programme national ayant un impact transversal dans toute l’industrie et dans de nombreux ministères. Cela peut être d’une grande utilité pour progresser vers la souveraineté nationale dans l’espace qui doit être préservé. L’Espagne est déjà compétitive, mais elle l’est avec des quotas dans les programmes et dans les contrats spécifiques. Maintenant viendront des entreprises compétitives dans un système complet qui fournit des services avec une partie privée et une partie publique.

P. La souveraineté spatiale espagnole est-elle possible ?

JT H. Impossible. Dans tous les domaines, c’est impossible. La réponse est claire : nous devons déterminer les domaines que nous aimerions et ce qui existe. Aujourd’hui nous sommes dans une série d’entreprises qui n’existaient pas il y a 10 ans et avec plus de 1 000 ingénieurs qui n’existaient pas. C’est une réalité avec laquelle nous devrions construire les prochains étages.

P. Quels sols, qu’est-ce qui doit être prioritaire ?

JT H. Ce qui a été dit lors du sommet. Devoir acheter. Je vois Miteco [Ministerio para la Transición Ecológica y el Reto Demográfico] réfléchir à la façon dont il détecte par ses propres moyens les émissions de gaz industriels ou les eaux et sols contaminés. Cela peut être un grand moteur du secteur spatial. Pensons au transport, au trafic de conteneurs. Le secteur public doit jouer un rôle moteur, en tirant parti de l’espace qu’il peut lui offrir. Et nous devons valoriser le client, l’utilisateur, 1 000 fois plus. Nous avons deux sociétés gazières qui ont rejoint l’espace parce qu’elles s’inquiètent des émissions de méthane. Cela fera croître le secteur.

J.S.. Il existe un marché immense qui ne peut être couvert que depuis l’espace. La connectivité n’a été promue que dans les villes. Mais cela ne représente que 20 % de la surface terrestre. Nous avons vendu cinq millions de connexions en dehors de cette zone de couverture. Cela vous dit qu’il existe un besoin non satisfait dans l’agriculture, l’environnement, les forêts, l’élevage, le contrôle des infrastructures, comme les voies ferrées, les lignes à haute tension, les côtes ou les frontières.

Lire aussi  Le soleil n'est ni jaune ni orange. Savez-vous quelle est sa vraie couleur ?

ES Les infrastructures critiques se sont déplacées dans l’espace et l’État doit se positionner en acheteur car ses infrastructures critiques auront un impact sur la vie des êtres humains.

Il existe un marché immense qui ne peut être couvert que depuis l’espace.

Jaume Sanpera, directeur de Sateliot

P. Et pouvez-vous rivaliser avec des géants comme Amazon ou Space X ?

JS Il n’y a aucun moyen d’y rivaliser. Ce que nous faisons, c’est la 5G pour l’Internet des objets avec des équipements abordables qui permettront une connectivité massive de n’importe quelle tour haute tension ou n’importe quelle vache. Nous avons des contrats pour des centaines de conteneurs réfrigérés pour répondre à toute éventualité sans perdre le contenu. Les VTT auront des capteurs de ce type.

JTH Il est essentiel de dire que nous n’allons pas rivaliser avec les grands monstres. Ici, la fête est payée par le secteur qui réalise tout ce changement : les entreprises numériques. Nous cherchons des niches ou nous les créons. Il y a le monde des télécommunications, le marché de l’observation et celui du positionnement.

Il est essentiel de dire que nous n’allons pas rivaliser avec les grands monstres. Ici, la fête est payée par le secteur qui réalise tout ce changement : les entreprises numériques. Nous cherchons des niches ou nous les créons

Juan Tomás Hernani, fondateur et PDG de Satlantis

P. Y a-t-il suffisamment de puissance financière ?

JS C’est différent aux États-Unis, mais il est également vrai qu’en Europe, et plus particulièrement en Espagne, nous sommes capables de développer des choses avec beaucoup moins de capitaux. Mais les entreprises ont besoin d’une période de maturation plus longue pour donner des résultats et c’est une difficulté.

E.S.. Cela nous a pris 11 ans et nous nous sommes heurtés à des obstacles très élevés. Il est facile de créer une technologie, mais pour la défendre et être compétitif à long terme, il faut surmonter de nombreuses difficultés. Il faut trouver ce capital patient qui puisse financer chacune des étapes.

P. Et n’est-il pas plus rapide et moins cher d’acheter en Chine ?

JTH Le contenu technologique que vous proposez par rapport à la concurrence est ce qui vous permettra de continuer.

P. Et y a-t-il du talent ?

ES Nous importons des talents parce que nous avons des entreprises très attractives pour lesquelles travailler. Nous doubleons les emplois chaque année. Il y a une guerre des talents, mais il existe des entreprises attractives.

Vous pouvez suivre MATÉRIEL dans Facebook, X e Instagramcliquez ici pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Abonnez-vous pour continuer la lecture

Lire sans limites

_




#LESA #change #cap #avec #laval #des #gouvernements #des #entreprises #Vous #pouvez #pas #rivaliser #avec #des #entités #dopées #Science
1699692862

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT