Les temps d’attente aux urgences continuent d’augmenter, les patients continuent d’abandonner



Les temps d’attente moyens aux urgences à Winnipeg ont augmenté en mai, tandis que le nombre de patients qui ont quitté le CSS sans recevoir de soins en avril a presque doublé par rapport à janvier 2021.

Selon les dossiers de santé partagés, en avril, 1 097 patients ont quitté l’urgence du Centre des sciences de la santé du centre-ville sans être vus par un médecin, contre 862 qui l’ont fait en janvier – et 591 en janvier 2021.


Les temps d’attente les plus longs pour neuf patients sur 10 cherchant des soins médicaux dans les hôpitaux de Winnipeg en mai étaient de 7,92 heures, contre 7,62 en avril, selon les données du gouvernement provincial.

Les temps d’attente médians ont augmenté à 2,97 heures en mai, contre 2,87 en avril.

Au plus grand service d’urgence hospitalier du Manitoba, le HSC, l’attente la plus longue pour neuf patients adultes sur 10 en mai était de 11,15 heures, contre 11,92 en avril. Pour les enfants, cependant, ce temps d’attente en mai est passé de 3,62 heures en avril à 4,38 heures.

À l’Hôpital Saint-Boniface, l’attente la plus longue pour la plupart des patients est passée de 8,65 à 8,35 heures. À l’hôpital Grace, il est passé de 7,72 à 7,84 heures.

Lorsqu’on lui a demandé lundi de commenter, Shared Health a souligné un communiqué de presse publié le 30 juin, citant le directeur de l’exploitation du HSC, le Dr Shawn Young. Dans ce document, il a déclaré que les temps d’attente se maintiennent, malgré une augmentation substantielle de la demande des patients, ajoutant: “De nombreux patients continueront d’attendre plus longtemps que la normale tout au long de ces mois d’été chargés.”

La pénurie de personnel continue de diminuer HSC ER

<img src="https://media.winnipegfreepress.com/images/650*433/hscemergency.JPG" alt="

DANIEL CRUMP / DOSSIERS DE PRESSE GRATUITS DE WINNIPEG

Les quarts de nuit au service des urgences du Centre des sciences de la santé auraient été désespérément en sous-effectif pendant la longue fin de semaine de la fête du Canada. “/>

DANIEL CRUMP / DOSSIERS DE PRESSE GRATUITS DE WINNIPEG

Les quarts de nuit au service des urgences du Centre des sciences de la santé auraient été désespérément en sous-effectif pendant la longue fin de semaine de la fête du Canada.

Posté : 17h54 juil. 4, 2022

Les patients des urgences du plus grand hôpital du Manitoba font face à des soins compromis et à la possibilité de négligence dans la salle d’attente alors que les pénuries chroniques de personnel infirmier se poursuivent, a déclaré un travailleur de première ligne.

Au cours de la longue fin de semaine de la fête du Canada, les quarts de nuit au service des urgences du Centre des sciences de la santé auraient été désespérément en sous-effectif et des infirmières supplémentaires ont dû être amenées des unités de soins intensifs de l’hôpital du centre-ville de Winnipeg, tandis que les gestionnaires sont également intervenus pour couvrir.

Lire l’histoire complète

Un certain nombre d’initiatives générées par des conversations avec le personnel ont été introduites ou sont en cours de planification, selon le communiqué. Ils comprennent des ressources supplémentaires de soins à domicile les fins de semaine pour aider les patients à rentrer chez eux après leur congé et la création d’un bassin de personnel infirmier ayant une expérience antérieure des soins d’urgence et des soins d’urgence intéressés à prendre des quarts de travail.

Le CSS envisage également l’auto-horaire, afin que les infirmières aient davantage leur mot à dire lorsqu’elles travaillent. Vendredi, neuf infirmières inscrites à un programme d’orientation de quatre semaines pour travailler aux urgences ou aux soins d’urgence se présenteront pour des quarts de travail dans l’un des hôpitaux de Winnipeg.

Tous les centres locaux ont vu une énorme augmentation de janvier à avril du nombre de patients qui sont partis sans être vus par un médecin, selon les données de Shared Health obtenues par le NPD grâce à une demande d’accès à l’information.

HSC a enregistré 1 097 patients adultes partant en avril, contre 862 en janvier. Aux urgences pour enfants du HSC, 138 jeunes patients sont sortis en avril avant d’être vus, contre 46 en janvier.

Au Grace Hospital, 245 sont partis en avril, contre 168 en janvier. Aux urgences de Saint-Boniface, 519 sont partis en avril, comparativement à 290 en janvier.

Du bon côté, trois hôpitaux ont vu moins de patients abandonner et partir en avril que le mois précédent.

En mars, 1 098 patients ont quitté les urgences pour adultes du HSC et 260 ont quitté le Grace ; au centre de soins d’urgence de l’hôpital général de Seven Oaks, 297 personnes sont parties en avril sans avoir été vues par un médecin, contre 302 en mars.



Les informations obtenues par le NPD montraient que 2 877 patients étaient partis sans être vus en avril. Le nombre total de patients arrivés aux urgences et aux centres de soins d’urgence de Winnipeg ce mois-là était de 23 103, a déclaré Shared Health ce soir.

Le NPD blâme le gouvernement progressiste-conservateur pour les problèmes de dotation qui, selon lui, sont à l’origine des longues attentes aux urgences.

“Les conservateurs ont vraiment laissé tomber les Manitobains en matière de soins de santé”, a déclaré lundi le chef de l’opposition Wab Kinew. Les Manitobains qui vont à l’hôpital devraient pouvoir s’attendre à être vus et évalués, a-t-il dit.

“Nous savons que la situation du personnel est à l’origine de tout cela. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre plus de gens.”

La première mesure que le gouvernement provincial devrait prendre est de montrer plus de respect envers les travailleurs, a déclaré Kinew. Cela comprendrait la négociation d’un contrat avec le personnel de soutien des soins de santé qui en est privé depuis cinq ans, a-t-il ajouté.

Les infirmières, qui se sont plaintes d’épuisement professionnel et d’obligations au fil du temps, devraient avoir un meilleur équilibre travail-vie personnelle et pouvoir échanger directement des quarts de travail sans avoir à passer par un gestionnaire, a déclaré le chef du NPD.

« Nous devons régler la situation.

[email protected]

Carole Sanders

Carole Sanders
Journaliste de la législature

Après 20 ans de reportage sur la diversité croissante des personnes qui habitent au Manitoba, Carol a rejoint le bureau de l’Assemblée législative au début de 2020.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT