Les partisans de Muqtada Sadr ont fait irruption au parlement irakien

La police a tenté d’empêcher les manifestants d’entrer dans la zone dite verte, pour laquelle ils ont utilisé des gaz lacrymogènes. Les manifestants sont quand même entrés dans les locaux et ont finalement fait irruption dans le bâtiment du parlement, où il n’y avait pas de députés, seulement des agents de sécurité. Elle les laissa passer.

Dans le bâtiment, ils ont exprimé leur mécontentement face à la nomination de Sudani comme candidat au poste de Premier ministre et ont rejeté l’ingérence de l’Iran. L’ancien gouverneur et ministre soudanais a été nommé par l’alliance pro-iranienne du Fatah, qui est l’aile politique de la milice chiite Hashd Shaabi (Forces de mobilisation populaire) soutenue par Téhéran.

Des manifestants au parlement irakien

Photo : Thaier Al-Sudani, Reuters

Ils ont agité des drapeaux irakiens et scandé des slogans. “Je suis contre les fonctionnaires corrompus au pouvoir”, a déclaré Muhammad Ali, un manifestant de 41 ans qui embauche tous les jours. “Je suis contre la nomination de Sudani parce qu’il est corrompu.”

“Nous voulons une personne indépendante qui servira le peuple”, a ajouté un autre manifestant, Bashar.

Les manifestants sont partis pacifiquement après la manifestation. Le Premier ministre Mustafa Kazimi les a appelés à “se retirer immédiatement” et a menacé que les forces de sécurité protégeant les institutions de l’État puissent intervenir. Ils l’ont fait en chantant nous servons Sayyid, indiquant clairement qu’il était un descendant du prophète Mahomet.

Sadr a soutenu les manifestants : “Votre message a été entendu, vous avez terrorisé les corrompus.”

Bien que le bloc de Sadr ait remporté les élections de l’année dernière, il n’a pas de majorité, remportant 73 voix sur 329. Il a besoin de partenaires pour former un gouvernement. Les négociations sur la formation d’un gouvernement piétinent. Le mois dernier, 73 députés du bloc de Sadr ont démissionné en masse.

Sadr voulait initialement former un gouvernement majoritaire qui enverrait les chiites soutenus par l’Iran dans l’opposition, mais a échoué. Après le départ de ses députés, le bloc pro-Iran est devenu le plus fort du parlement, il compte 64 députés.

Sadr se définit à la fois contre les États-Unis et l’Iran. Cependant, il a une grande influence sur la gestion du pays même en dehors du parlement, car il est largement soutenu et peut mobiliser des centaines de milliers de ses partisans.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT