nouvelles (1)

Newsletter

Les jeunes « de facto » en marge de la politique européenne – EURACTIV.fr

Les jeunes sont statistiquement sous-représentés dans les parlements nationaux et européens, selon les données de l’UE. Ceci, combiné au vieillissement de la population des pays européens, laisse les jeunes “de facto” en marge de la politique,

Alors que l’Année européenne de la jeunesse touche à sa fin et que les décideurs politiques commencent à envisager les élections européennes de 2024, les représentants cherchent à accroître la participation des jeunes aux processus décisionnels aux niveaux national et régional.

“En tant que président, je ferai de mon mieux pour convaincre les jeunes de voter et de toujours choisir l’Europe, car l’Europe était là pendant la pandémie. Aujourd’hui, l’Europe est là et je veux qu’elle soit encore là demain », a déclaré la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, dans une interview à EURACTIV.

Selon elle, la jeunesse joue un rôle essentiel dans le façonnement de la société et de l’avenir de l’Europe.

Une tendance “de fait”

Pourtant, les jeunes restent « de facto » en marge des décisions politiques, à la fois en raison de leur manque de présence dans les parlements et des tendances au vieillissement de la population dans les pays de l’UE.

Selon 2018 Les données de l’Agence des droits fondamentaux de l’UEquatre États membres n’autorisent que les personnes de 25 ans et plus à se présenter aux élections nationales, sept fixant la limite d’âge à 20-21 ans et 16 autres la fixant à 18 ans et plus.

L’âge minimum pour voter en Parlement européen élections est de 18 dans la plupart des États membres, à l’exception de la Belgique, de la Bulgarie, de Chypre, de la Tchéquie, de l’Estonie, de l’Irlande, de la Lettonie, de la Lituanie, de la Pologne et de la Slovaquie (21), de la Roumanie (23) et de l’Italie et de la Grèce (25).

L’âge de vote national est de 18 ans dans tous les États membres, à l’exception de l’Autriche et de Malte, où il est de 16 ans, et de la Grèce, où il est de 17 ans.

Manque de participation

Malgré des limites d’âge généralement basses, il existe un manque « de facto » de participation des jeunes à l’élaboration des politiques de l’UE.

La plus jeune députée européenne siégeant à la législature européenne est Kira Marie Peter-Hansen, 24 ans, du Danemark. Cependant, l’âge moyen des députés européens est de 49,5 ans. Lors du mandat précédent, l’âge moyen était de 53 ans.

La tendance est vraie pour les États membres : la majorité des parlements nationaux de l’UE ont une moyenne d’âge élevée, avec peu de jeunes députés, généralement à des postes de rang inférieur.

Si l’on considère les parlements nouvellement élus, en Italie, la moyenne est d’environ 51, tandis qu’en Suède, aucun député de moins de 30 ans n’a été élu.

Selon Hannah Vanbelle du mouvement citoyen bruxellois Agora, la faible proportion de jeunes parlementaires « n’est pas très représentative » des jeunes générations.

“Je dirais même que les parlements devraient avoir une surreprésentation des jeunes, car beaucoup de décisions qui sont prises sont pour l’avenir”, a-t-elle déclaré lors du Festival de la participation publique et de la démocratie délibérative qui s’est tenu à Bruxelles en octobre.

Le continent vieillit

Un autre élément affectant à la fois les campagnes électorales et les priorités politiques est le vieillissement de la population de l’UE.

La vice-présidente de la Commission européenne, Dubravka Šuica, a déclaré à EURACTIV dans une interview que c’est un fait qui devrait être célébré, en raison de l’amélioration de la santé publique qui prolonge l’espérance de vie.

Cependant, la démographie de l’UE a un impact tangible sur les priorités politiques. Avec un âge moyen de 44 ans, la majorité des électeurs qui se présentent aux urnes sont moins liés aux problèmes affectant directement les jeunes, ce qui crée une propension à privilégier les intérêts politiques des générations plus âgées.

Les démocraties délibératives, une fenêtre d’opportunité ?

Au-delà des élections, l’UE encourage d’autres formes de participation politique, telles que la démocratie délibérative : placer le débat et la discussion actifs des citoyens au cœur de l’élaboration des politiques.

En 2022, l’UE a organisé sa première expérience de démocratie délibérative, la Conférence sur l’avenir de l’Europe (CoFoE). Tout au long du processus, des citoyens de l’UE choisis au hasard ont été sélectionnés et impliqués dans des discussions politiques allant de l’économie aux valeurs en passant par les priorités culturelles.

Pour cimenter l’impact de ces discussions, il est toutefois crucial que les recommandations soient suivies d’effet, une procédure actuellement en cours au niveau de l’UE.

[Edited by Nathalie Weatherald]

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT