Nouvelles Du Monde

“Les hôpitaux qui ne respecteront pas le catalan auront des sanctions financières”

“Les hôpitaux qui ne respecteront pas le catalan auront des sanctions financières”

2024-04-23 23:00:02

BarceloneLe ministre de la Santé, Manel Balcells (Ripoll, 1958), fait le point sur l’état actuel du système de santé catalan à l’ARA et analyse les défis actuels et futurs.

En mars de l’année dernière, il a annoncé un plan visant à réduire les listes d’attente dans les soins primaires. Combien de temps faut-il pour obtenir une visite maintenant ?

— Nous nous sommes progressivement améliorés. Au premier trimestre 2024, sept personnes sur dix ont reçu une visite dans les cinq jours suivant leur demande, et huit sur dix dans les dix jours. Ce sont les niveaux que nous nous sommes engagés à atteindre et nous pensons que nous parviendrons à consolider ces chiffres de manière structurelle.

Et se faire opérer ?

— Parce que nous avons considérablement augmenté l’activité des tests complémentaires, nous avons posé davantage de diagnostics de maladies et, par conséquent, les listes d’attente ont augmenté. Au contraire, le temps d’attente a diminué, car nous faisons beaucoup d’activités chirurgicales.

Quelles sont les données du premier trimestre de l’année ?

— Le délai d’attente moyen pour une intervention chirurgicale est de 128 jours, alors que l’année dernière il était de 135 jours et en 2019, avant la pandémie, de 130. Tous les indices sont meilleurs qu’avant le covid. Le délai d’attente pour les consultations externes est de 55 jours et pour les tests diagnostiques, de 50 jours.

Combien de personnes sont sur les listes d’attente ?

— Entre janvier et mars 2024, 204 897 personnes sont en attente d’une intervention chirurgicale ; 197 698 en attente d’un test de diagnostic, et 490 561 en attente d’une consultation externe. Sur le nombre total de personnes en attente d’une opération, plus de 12 000 sont en retard.

L’impact de la pandémie sur le système a-t-il été surmonté ?

— L’après-pandémie a été surmontée en termes d’activité et de situation des professionnels, car il y avait beaucoup d’activités laissées en suspens et il y avait beaucoup d’inconfort parmi les travailleurs. Toutefois, une stabilisation commence désormais à être constatée dans les deux domaines. En effet, ce jeudi aura lieu le deuxième paiement lié au nouvel accord de l’Institut Catalan de Santé (ICS), qui aura un impact sur les salaires, ce qui signifie que nous aurons atteint 80% des accords convenus.

Lire aussi  Le FIS vend sa participation majoritaire dans Worldpay à un groupe de rachat pour une valorisation de 18,5 milliards de dollars

Il a appelé les grands hôpitaux à ralentir le recrutement.

— Les grands hôpitaux ont beaucoup grandi en termes de budget et de professionnels, et nous leur avons demandé de limiter leur croissance pour favoriser les hôpitaux de taille moyenne et petite, car nous avons besoin de les nourrir avec plus de travailleurs. Il s’est avéré qu’à Vall d’Hebron nous avions supprimé 200 professionnels et ce n’est pas le cas, nous sommes au-delà de 2023. Les contrats temporaires pour l’hiver n’ont pas été renouvelés et tous ces professionnels, qui sont essentiellement des infirmières et des aides-soignants, nous Il faut les relocaliser vers les hôpitaux primaires ou autres où il faut augmenter les effectifs pour maintenir les ratios nécessaires.

Cette demande aux grands hôpitaux s’accompagne-t-elle d’une réduction du budget ?

— C’est un budget plus élevé que l’année dernière, et nous ne pouvons plus l’augmenter. Donc, pour avoir ce budget et l’ajuster à leurs dépenses, les grands hôpitaux ne peuvent pas renouveler les professionnels qu’ils embauchent pour la saison hivernale. Nous devons essayer d’ajuster les ratios dans tous les centres, car cela ne vaut pas la peine qu’un grand hôpital ait une infirmière pour six patients et qu’un petit hôpital en ait une pour dix-huit. Des instructions sont nécessaires pour dimensionner les centres selon vos besoins.

Quelle est la santé des Catalans dans le système de santé ?

— L’utilisation du catalan dans le système de santé est faible. Cette question avait été oubliée et n’a pas été une priorité ces dernières années, il y a eu quelques négligences. La réalité est que de nombreux patients ne sont pas traités dans leur langue et nous travaillons à inverser cette tendance.

Lire aussi  World Insurance Associates augmente ses activités d'assurance IARD avec l'acquisition de l'agence californienne

Comment ?

— Environ 4 000 professionnels suivent des cours de catalan gratuitement et pendant les heures de travail dans le cadre de la formation continue des centres. Il s’agit d’un changement substantiel. En outre, une instruction spécifique du Service de Santé Catalan (CatSalut) sera publiée la semaine prochaine et destinée à tous les centres afin que, lors de l’embauche de professionnels, ils s’assurent de connaître le catalan. Et s’ils ne le savent pas, ils devront leur proposer un parcours de formation et du temps pour qu’ils apprennent.

Comment ça va marcher ?

— Nous ne consoliderons pas les postes intérimaires s’ils n’ont pas le niveau approprié de catalan, B2 ou C1 en fonction de leur rôle. Nous exigerons des hôpitaux qu’ils respectent la consigne et, s’ils ne s’y conforment pas, le centre aura des sanctions financières. En fonction du non-respect de l’instruction, il y aura un pourcentage, de la même manière qu’il faut se conformer au Plan de Santé et aux interventions chirurgicales.

Et comment sera-t-on assuré que les instructions seront suivies ?

— Il y aura une personne de référence au sein de chaque centre qui suivra la formation des professionnels qui en ont besoin et suivra l’usage social et corporatif du catalan.

Une sorte de police linguistique ?

— Non, pas des policiers, mais des références et des animateurs de la langue. C’est différent. Il ne s’agit pas de punir. Nous n’y parviendrons pas de cette façon. Il s’agit d’offrir, d’accompagner et d’exiger. Si nous ne le faisons pas ainsi, nous ne nous en sortirons pas. Nous souhaitons également que les volontaires des centres agissent comme partenaires linguistiques pour aider à la formation et réaliser une étude pour quantifier le nombre de professionnelles en soins du système qui ne parlent pas catalan et connaître la réalité de chaque centre. Les hôpitaux devront donc créer la figure du référent, assurer le suivi de l’itinéraire et poser un diagnostic de la situation. Et s’ils ne s’y conforment pas, des sanctions seront imposées.

Lire aussi  Le niveau d'alerte des cas de grippe est le plus élevé au Japon alors qu'une épidémie majeure redoutée

Parlons de santé mentale. Désormais, il faut 54 jours à un adulte pour obtenir une visite ordinaire chez un adulte et à un enfant, 64 jours. Où en est la stratégie visant à améliorer cette prise en charge ?

— Nous avons intégré plus de 370 psychologues dans les soins primaires. Est-ce suffisant? Non, car les centres de santé mentale ont besoin de plus de psychologues cliniciens et de plus de psychiatres. Nous ne l’avons pas quantifié, mais les listes d’attente peuvent être améliorées. Cependant, la santé mentale ne peut être abordée simplement en faisant appel à davantage de professionnels.

Comment faut-il y remédier ?

— Il faut aller dans les écoles, et nous le faisons déjà ; nous devons accroître la prévention du suicide, ce que nous faisons déjà. Les idées suicidaires ont considérablement augmenté, mais pas autant que les décès par suicide. Cela signifie que la prévention et la détection précoce fonctionnent.

Les experts avertissent depuis longtemps que davantage de ressources sont nécessaires pour la santé mentale.

— Bien sûr, mais pas seulement. Bon nombre des déterminants de la santé sont d’ordre social et économique. Il faut donc l’aborder à travers le Pacte National pour la Santé Mentale et de manière transversale, en améliorant l’accès au logement et en donnant aux jeunes plus de perspectives d’avenir par exemple.



#Les #hôpitaux #qui #respecteront #pas #catalan #auront #des #sanctions #financières
1713907315

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT