Nouvelles Du Monde

« Les gens perdront tout leur pays », quotidien Junge Welt, 18 juin 2024.

« Les gens perdront tout leur pays », quotidien Junge Welt, 18 juin 2024.

2024-06-18 01:00:00

Alexandre Meneghini/Reuters

Sous l’eau : En tant qu’État insulaire, Cuba est particulièrement touchée par le changement climatique (Guanímar, 28 août 2023)

Cuba n’est que pour 0,08 pour cent responsable des émissions mondiales de CO2, mais souffre de manière disproportionnée des effets du changement climatique. Quels effets la population ressent-elle particulièrement ?

Les émissions de gaz à effet de serre sont certes très insignifiantes, mais en tant que nation insulaire, Cuba est gravement touchée par le changement climatique. Les résultats de la science cubaine suggèrent que ces impacts sont actuellement liés à l’augmentation d’un degré de la température moyenne annuelle, à l’augmentation de l’intensité et de la fréquence d’événements tels que les ouragans et les sécheresses et à l’élévation du niveau moyen de la mer. Les changements dans la disponibilité de l’eau et le déclin des ressources potentielles en eau sont fatals. Des études scientifiques suggèrent que la surface terrestre sera perdue à cause de l’élévation du niveau de la mer d’ici 2050. Cela a de graves conséquences sur les établissements côtiers et sur la salinisation des eaux souterraines du fait de l’avancée du « berceau salin ».

Quelles conséquences cela a-t-il pour la population ?

Tout cela a sans aucun doute un impact direct sur la population, sa santé et ses moyens de subsistance, car elle est gravement affectée par les conséquences évoquées. C’est pour cette raison que le plan du gouvernement pour lutter contre le changement climatique, connu sous le nom de “Tarea Vida” (Task Life, jW) a fait de la protection des populations vivant dans des zones vulnérables et de la garantie de la sécurité alimentaire une priorité. À cette fin, une série de mesures ont été proposées pour surveiller et contrôler les variables pouvant affecter la santé et le bien-être de la population. En ce sens, le plan national de lutte contre le changement climatique contient toute une série de mesures de surveillance, d’observation et, ce qui est particulièrement important, d’alerte précoce. La population ressent particulièrement les effets de la hausse des températures, qui réduit la qualité de vie pendant les mois chauds. Ce qui est effrayant, c’est que la hausse des températures est également liée à des maladies chroniques comme l’hypertension artérielle, qui peuvent également affecter la santé de la population.

Si aucune mesure n’est prise pour protéger les régions côtières de l’élévation du niveau de la mer, il pourrait y en avoir jusqu’à dix d’ici la fin du siècle. pour cent du territoire cubain sera inondé. Comment Cuba fait-elle face à l’augmentation actuelle du niveau de la mer ?

Lire aussi  Le projet de transition massive vers les véhicules électriques dans toute l’UE rencontre des difficultés, préviennent les auditeurs

Un certain nombre d’établissements côtiers seront touchés par l’élévation du niveau moyen de la mer et certaines personnes perdront toutes leurs terres. C’est pourquoi « Tarea Vida » a conçu des mesures stratégiques pour l’hébergement et la réinstallation de ces groupes de population et les installations situées dans ces lieux. Les premières mesures rentables à envisager sont des solutions fondées sur la nature : restaurer les écosystèmes côtiers tels que les récifs coralliens, les mangroves et les plages de sable. Il existe des projets visant ce type d’action, comme Manglar Vivo (Living Mangrove, jW), qui est financé par le Fonds d’adaptation et plante des mangroves dans la partie sud des provinces d’Artemisa et Mayabeque.

Cuba est considérée comme un leader mondial dans le domaine du développement durable : pourriez-vous nous en dire un peu plus sur le plan national de lutte contre le changement climatique, la Stratégie nationale pour l’environnement ?

Le Plan national de développement économique et social de Cuba à l’horizon 2030 envisage un développement durable, résilient et à faibles émissions. Dans cet objectif, dans le contexte de la politique environnementale de Cuba depuis la victoire de la révolution en 1959, le pays a adopté une série de politiques publiques climatiques qui s’inscrivent dans les efforts de développement durable. La Stratégie nationale environnementale est l’instrument le plus important de la politique environnementale de Cuba. Nous diagnostiquons la situation environnementale, définissons les principaux problèmes et identifions des indicateurs pour mesurer les progrès. Nous travaillons à deux niveaux, local et sectoriel.

Le plan du gouvernement pour lutter contre le changement climatique est une stratégie à très long terme, prévue jusqu’en 2100. Il vise à lutter contre les effets du changement climatique et à élaborer des mesures de réduction des émissions permettant un développement à faibles émissions. Des projections jusqu’en 2025 sont actuellement en cours d’élaboration, pour lesquelles des résultats attendus et des indicateurs de suivi ont été établis, sur lesquels s’appuie ce plan. Cuba est également actuellement en train de mettre à jour son programme national de biodiversité pour 2030.

Les pays qui s’appuient sur des « solutions de marché » pour lutter contre le changement climatique et tentent de créer des incitations aux profits privés ne se lancent pas dans la lutte contre le changement climatique. Pourquoi est-ce différent à Cuba ?

Lire aussi  L’humanité se dirige vers des risques humains « irréversibles » | Changement climatique

La stratégie de transition vers une économie circulaire compte parmi ses principes clés la conservation des ressources naturelles et des écosystèmes : une conception et une gestion respectueuses des déchets et de l’environnement, ainsi que l’optimisation de l’utilisation des matériaux et des produits disponibles dans le pays. Son objectif général est de promouvoir la mise en œuvre de modèles circulaires efficaces dans l’utilisation des ressources naturelles, résilients et conformes aux principes de développement durable en prolongeant la durée de vie utile des matériaux et en réduisant les émissions, avec la participation de toutes les parties prenantes de l’entreprise. Cette stratégie favorise le développement d’opérations circulaires évitant la création de déchets et optimisant l’utilisation des ressources.

De la forêt tropicale aux champs de canne à sucre : des siècles d’exploitation coloniale et impérialiste et le modèle d’exportation agricole imposé à Cuba ont conduit à une déforestation chronique et à une érosion des sols à Cuba. Comment progressent les programmes de reforestation ?

Au moment de la victoire de la révolution, la superficie forestière représentait 13,4 pour cent de la superficie totale. Le gouvernement révolutionnaire s’est occupé de ce problème et a mis en œuvre un programme de reboisement, grâce auquel cet indicateur est passé d’un million 769 hectares en 1959 à trois millions 301 204 hectares en 2020, atteignant jusqu’à présent un indice de couverture forestière de 31,8 pour cent, à un potentiel existant dans le pays, qui ne dépasse pas 33 pour cent.

Actuellement, les travaux se poursuivent pour améliorer la gestion forestière, qui consiste en l’augmentation continue de la superficie forestière, la conservation et la gestion efficace des forêts. Cela permet d’augmenter la productivité des écosystèmes forestiers et ainsi de favoriser une plus grande offre de biens et services environnementaux en termes quantitatifs et qualitatifs. Cela conduit à la résilience des écosystèmes eux-mêmes, des paysages productifs, des chaînes de montagnes, des bassins versants et des établissements humains. De cette manière, une contribution est apportée à la lutte contre le changement climatique et au bien-être de la société. Le Programme national d’amélioration et de conservation des sols continue d’aborder toutes les questions liées à l’érosion, au compactage et à la salinisation des sols, en tenant compte de tous les résultats scientifiques.

Lire aussi  Crise des services aux personnes handicapées en Pennsylvanie : Un système à bout de souffle

Cuba a été l’un des premiers pays au monde à intégrer la protection de l’environnement dans sa constitution en 1976. Dans quelle mesure les stratégies et les approches ont-elles changé depuis ?

Rappelons qu’en 1992 « le développement social et économique durable » a été inscrit dans la Constitution de la République et qu’en 2019 l’article 75 de la Constitution actuelle a été adopté, qui consacre le « droit à un environnement sain et équilibré ». Tout cela a conduit à une mise à jour systématique de notre législation environnementale. En effet, le 14 mai 2022, la loi 150/2022 sur le système des ressources naturelles et l’environnement a été adoptée, remplaçant la loi n° 81 de 1997 « sur l’environnement ». La loi actuelle s’appuie sur l’approche écosystémique et renforce le rôle moteur du ministère de la Science, de la Technologie et de l’Environnement dans le domaine des ressources naturelles, des écosystèmes et de la lutte contre le changement climatique en coordination avec les autorités, les institutions et la société en général.

Lors de la conférence des Nations Unies tenue au Brésil en 1992, Fidel Castro a prononcé un discours alarmant et, pour lui, particulièrement court. Il y souligne que les relations internationales d’exploitation et d’inégalité remontent à l’histoire du colonialisme et de l’impérialisme et explique pourquoi la destruction de l’environnement et le vol des ressources est alimentée par les sociétés de consommation capitalistes et menace d’anéantir l’humanité. Pourquoi les États capitalistes ne comprennent-ils toujours pas cela ?

Comme nous l’avons déjà mentionné, Cuba socialiste n’est responsable que d’un infime pourcentage des émissions mondiales de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre, mais en tant qu’État insulaire de la mer des Caraïbes, elle est affectée de manière disproportionnée par les effets négatifs du changement climatique. On parle de problèmes liés à l’augmentation de la température ou à l’intrusion d’eau salée qui peuvent affecter nos aquifères souterrains. Un autre triste exemple est l’intensité et la répétition des sécheresses et des cyclones extrêmes qui mettent nos vies en danger. Tout cela est lié au fait que les États capitalistes ne luttent pas contre le changement climatique, ce qui était le sujet du discours de Fidel Castro.



#Les #gens #perdront #tout #leur #pays #quotidien #Junge #Welt #juin
1718689413

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT