Nouvelles Du Monde

Les antécédents de grossesse pourraient débloquer des interventions précoces pour la santé cardiaque des femmes

Les antécédents de grossesse pourraient débloquer des interventions précoces pour la santé cardiaque des femmes

Une nouvelle étude publiée dans le Journal de l’American Heart Association examine l’association entre les antécédents obstétricaux d’une femme à l’âge de 40 ans et son risque de cardiopathie ischémique mortelle liée à l’athérosclérose.

Étude: Antécédents de grossesse à 40 ans comme marqueur de risque cardiovasculaire. Crédit d’image : Studio d’Afrique/Shutterstock.com

Grossesse et santé cardiovasculaire

Les maladies cardiovasculaires (MCV) sont la cause de décès la plus fréquente chez les femmes. Cependant, les maladies cardiovasculaires sont moins susceptibles d’être identifiées ou traitées chez les femmes que chez les hommes.

La maladie cardiovasculaire athéroscléreuse (ASCVD) est deux fois plus fréquente chez les femmes ayant connu une ou plusieurs grossesses compliquées. Cela pourrait être dû à une pression accrue sur le cœur et le système vasculaire pendant la grossesse. Cette association entre les complications de la grossesse et le risque futur de maladies cardiovasculaires a conduit de nombreux médecins à inclure les antécédents de grossesse lors de l’évaluation du risque de maladies cardiovasculaires chez les femmes.

L’étude sur la santé des infirmières a rapporté une augmentation du taux d’événements cardiovasculaires mortels et non mortels chez les femmes ayant eu au moins deux grossesses hypertendues par rapport à celles sans antécédents médicaux. Le nombre de grossesses avec retard de croissance a également été lié à ces événements dans une étude suédoise. Des résultats similaires ont également été rapportés dans d’autres recherches, indiquant ainsi qu’une plus grande parité augmente le risque d’un plus grand nombre de grossesses compliquées.

À propos de l’étude

L’étude actuelle comprenait des données provenant de registres norvégiens entre 1967 et 2020. La cohorte de l’étude comprenait plus de 850 000 participantes, toutes nées au cours des 70 dernières années à compter du début de l’étude ou enceintes à un moment donné à partir de 1967 et ayant atteint au moins l’âge de 40 ans, car c’est l’âge auquel la fonction reproductive est achevée chez 97 % des femmes.

Lire aussi  Signes étranges apparaissant sur le visage qui trahissent une carence en vitamine D — MyCTA.ro — Constanta News

L’étude visait à déterminer combien de temps ces femmes ont vécu jusqu’à ce qu’elles meurent d’ASCVD au début de l’étude, alors qu’elles auraient eu 69 ans ou moins. Ce chiffre était corrélé au nombre de grossesses enregistrées pour chaque femme et comprenait à la fois les mortinaissances et les naissances vivantes.

Les femmes qui n’auraient probablement pas pu avoir plus d’une naissance au cours de cette période et celles ayant eu des grossesses prolongées mais sans complications et un poids de naissance improbable n’ont pas été incluses afin de garantir une qualité élevée des données.

Les scientifiques ont enregistré le nombre de grossesses compliquées, en ce qui concerne l’accouchement prématuré avant 35 semaines de gestation, la pré-éclampsie, le décollement du placenta, la mort périnatale survenue peu avant, pendant ou après l’accouchement et le poids à la naissance inférieur à 2,7 kg pour les bébés. nés près ou à terme.

Qu’a montré l’étude ?

Parmi ces femmes, environ 16 % n’ont eu aucune naissance, tandis que 14 % ont eu une seule grossesse. Environ 40 % et 20 % ont eu respectivement deux et trois grossesses, tandis que les femmes représentant 4 % de la cohorte étudiée ont eu quatre grossesses. Des grossesses compliquées ont été enregistrées chez 16% des femmes pareuses.

Lire aussi  Hilary Swank planifie sa liste de lecture de naissance - et cette chanson doit être là-bas

Moins de 0,25 % des femmes sont décédées d’ASCVD avant l’âge de 69 ans. Cependant, le taux de mortalité présentait de grandes variations en fonction des antécédents de grossesse.

Plus précisément, les femmes ayant des antécédents de 3 trois grossesses sans aucune complication présentaient la mortalité la plus faible due à l’ASCVD. En comparaison, les femmes sans antécédents de grossesse couraient un risque quatre fois plus élevé de décès par ASCVD, tandis qu’une grossesse sans complication était associée à un risque deux fois plus élevé. Celles qui avaient eu deux grossesses compliquées ou plus avant l’âge de 40 ans couraient un risque jusqu’à cinq fois plus élevé de mourir d’ASCVD.

Le risque de mourir d’ASCVD a augmenté pour les personnes âgées de 69 ans, proportionnellement au nombre de grossesses compliquées. Cette augmentation était évidemment liée au nombre d’expositions. Les femmes ayant eu quatre grossesses compliquées présentaient un risque 24 fois plus élevé de mortalité liée à l’ASCVD par rapport au groupe de référence.

Ce seul paramètre prédisait une augmentation du risque de décès par ASCVD de 2,5 à cinq fois chez 20 % des femmes en vie à l’âge de 40 ans. Environ 57 % étaient considérés comme présentant un risque de mortalité par ASCVD relativement favorable, inférieur à 1,5 par rapport au risque du groupe de référence. À l’inverse, 0,3 % couraient un risque grave, plus de cinq fois supérieur.

Quelles sont les implications ?

Une forte association a été observée entre les antécédents de grossesse d’une femme âgée de 40 ans et le risque de décès futur lié à l’ASCVD. De plus, l’importance d’un historique complet de grossesse est révélée, car le nombre de grossesses compliquées par rapport au nombre total de grossesses est aussi important que le nombre total de complications. Selon les auteurs, avoir deux grossesses compliquées sur deux grossesses totales présente un risque beaucoup plus élevé que deux grossesses sur quatre.

Lire aussi  L'innovation IRM révèle pour la première fois l'activité énergétique des cellules dans les organes et les tissus

Le risque accru pourrait être dû à des facteurs communs sous-jacents aux complications de la grossesse et aux maladies cardiovasculaires, tels que l’inflammation, des profils lipidiques sanguins anormaux, un dysfonctionnement endothélial ou un syndrome métabolique. De plus, les femmes ayant des antécédents de grossesse compliquée courent un risque accru de futures grossesses compliquées mais avec une complication différente, ce qui suggère que ces complications ont des origines communes.

Une question importante est de savoir dans quelle mesure les antécédents de grossesse d’une femme à 40 ans prédisent un risque de maladie cardiovasculaire au-delà de celui dû à des pathologies manifestes telles que le diabète, l’obésité ou l’hypertension.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre comment les résultats de cette étude amélioreront la prédiction du risque de décès cardiovasculaire au-delà des facteurs de risque connus.

Référence du journal :

  • Kvalvik, LG, Skjaerven, R., Sulo, G., et coll. (2024). Antécédents de grossesse à 40 ans comme marqueur de risque cardiovasculaire. Journal de l’American Heart Association. est ce que je:10.1161/JAHA.123.030560.

2024-02-29 06:24:00
1709178419


#Les #antécédents #grossesse #pourraient #débloquer #des #interventions #précoces #pour #santé #cardiaque #des #femmes

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT