Nouvelles Du Monde

Le trio CSS : le nouvel espoir du Canadien

Le trio CSS : le nouvel espoir du Canadien

Le Canadien mise enfin sur un véritable trio avec la combinaison Caufield-Suzuki-Slafkovsky. Qui plus est, on peut présumer que leur jeune âge leur permettra de jouer ensemble longtemps. Dans ce cas, que diriez-vous si on leur donnait un nom?

Mes collègues Rodger Brulotte et Benoît Rioux m’ont soumis des suggestions.

Pour Rodger, ce serait simplement le trio CSS, ce qui, vous l’avez deviné, correspond à la première lettre du nom famille de chacun des trois jeunes attaquants.

«Ça se dit dans toutes les langues et ça rejoindrait les jeunes dans les réseaux sociaux», plaide Rodger.

Bon argument, Rodger !

Deux exemples

Vérification faite, des appellations du genre ont déjà été utilisées dans la LNH.

Carl Hagelin, Nick Bonino et Phil Kessel furent identifiés comme le trio HBK chez les Penguins de Pittsburgh en 2016, année où ces derniers remportèrent la première de deux coupes Stanley consécutives.

L’abréviation KLM, qui identifiait le trio numéro un de l’équipe nationale d’Union soviétique formé de Vladimir Krutov, Igor Larionov et Sergei Makarov, est restée lorsque les trois joueurs ont débarqué chez les Canucks de Vancouver.

Aux beaux jours des Flyers de Philadelphie et (c’est selon le goût de chacun!), dans les années 1970, Reggie Leach, Bobby Clarke et Bill Barber étaient reconnus comme le trio LCB.

Le trio Renaissance

Mon confrère Rioux y va pour sa part d’une idée empreinte d’humour et de vérité crue, c’est le moins que l’on puisse dire, en cette période de reconstruction que traverse le Canadien.

Lire aussi  Joueurs de football BYU, entraîneurs et lien avec les médias sur les terrains de golf

Pour lui, L’Armée du salut colle à la réalité du moment.

Je ne te savais pas comme ça, Benoît.

Et moi?

J’irais avec le trio Renaissance, appellation porteuse d’espoir qui se marie au contexte qui prévaut chez le Canadien.

Ça pourrait être aussi le trio Trois nations, qui fait référence aux nationalités différentes des trois compères.

Slafkovsky ne sera que meilleur

Certains diront peut-être qu’il est trop tôt pour sanctifier le trio Caufield-Suzuki-Slafkovsky. Que l’on ne sait pas de quoi l’avenir est fait et que l’on s’en reparlera dans un an ou deux.

Pourquoi briser ce plaisir que l’on attendait depuis si longtemps?

Pourquoi ce trio casserait-il?

Les trois joueurs font la démonstration qu’ensemble, ils peuvent être dominants dans la Ligue nationale. Ils se complètent très bien.

En première moitié de saison, tout en reconnaissant que Slafkovsky revenait d’une blessure, j’ai dit qu’il se devait d’en faire plus dès cette saison. Il lui fallait mettre son gabarit à contribution et utiliser davantage son lancer.

Ce n’était pas sorcier, tout le monde pensait la même chose. À part ceux qui étaient prêts à enterrer le Slovaque sur-le-champ.

On voit les résultats maintenant et le jeune n’est appelé qu’à devenir meilleur.

Le bon capitaine

Et que dire de ses deux compères?

Suzuki est en train de s’établir parmi les bons joueurs de la LNH. Il montre une moyenne de près d’un point par match et, au rythme qu’il maintient en deuxième moitié de saison, il pourrait terminer la saison avec 82 points, voire un peu plus.

Lire aussi  Espérons que Xabi Alonso entraînera Madrid un jour

Martin St-Louis avait raison d’en faire son capitaine. Il est indiscutablement le joueur le plus complet et le plus utile du Tricolore.

Quant à Caufield, il a ajouté une dimension à son jeu pendant qu’il peinait à trouver le fond du filet plus tôt cette saison. Il est plus responsable en défense. Il n’est pas rare de le voir effectuer de longs replis défensifs.

C’est tout à son honneur.

Dans le bon vieux temps

Dans ma jeunesse, dans les années 1960, les ti-culs que nous étions dans La Petite-Patrie, le Parc-Extension et le quartier Villeray connaissions par cœur les surnoms des trios et des joueurs vedettes de la Ligue nationale de hockey.

Même s’il ne jouait plus, Maurice Richard était encore le Rocket, Henri, le Pocket, Jean Béliveau, le gros Bill, Lorne Worsley, le Gumper, Bobby Hull, le Golden Jet.

À Chicago, il y avait la Scooter Line, formée d’Ab McDonald, Stan Mikita et Ken Wharram, et la Million Dollar Line, qui regroupait Bobby Hull, Bill Hay et Murray Balfour.

À Montréal, ne me demandez pas pourquoi, on était moins fort sur les surnoms de trios dans ce temps-là.

Pourtant, le Canadien ne gagnait pas moins souvent, comme en font foi ses quatre conquêtes de la coupe Stanley en cinq ans. C’est pour ça que Jean Béliveau parlait de la dynastie oubliée.

Lire aussi  John Calipari prêt à jouer plus contre Ugonna Onyenso: Kentucky Basketball News
Le trio Parfait à Boston

Bien que moins nombreux, les surnoms existent encore dans la LNH. Des recherches m’ont permis de découvrir que le trio Marchand-Bergeron-Pastrnak était surnommé la Perfection Line (le trio parfait en français) par certains médias électroniques.

Pas de doute, cette identification leur allait comme un gant.

On apprend aussi que le premier trio des Canucks de Vancouver, formé de J.T. Miller, Elias Pettersson et Brock Boeser, porte le nom de la Lotto Line en raison des numéros de leurs uniformes. Boeser porte le 6, Petterson, le 40 et Miller, le 9. En prenant le 6 et en combinant le 40 et le 9, on arrive à 6/49.

La prédiction de Demers

Plus loin dans le temps, comment ne pas oublier le trio de la Malédiction (Legion of Doom, en anglais)?

C’est le nom qui avait été donné au trio de John LeClair, Eric Lindros et Mikael Renberg lorsque LeClair, membre de la dernière édition championne du Canadien, s’est éclaté avec les Flyers de Philadelphie.

Pour ceux qui ne s’en rappellent pas, Jacques Demers avait déclaré un jour qu’il dirigeait le Canadien que LeClair avait tout pour suivre les traces de Stevens. Le problème est que ce ne soit pas arrivé à Montréal.

Vous aimeriez donner un nom au premier trio du Canadien? Rien de plus facile!

Écrivez-moi à l’adresse

#Comment #baptiser #premier #trio #Voici #quelques #suggestions
publish_date]

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT