Nouvelles Du Monde

Le tennis au bord d’une révolution : « Ce serait un tsunami »

Le tennis au bord d’une révolution : « Ce serait un tsunami »

2023-12-04 07:30:00

Les choses ne sont pas tranquilles dans le tennis international même lorsque, pour une fois, aucune balle ne passe au-dessus des filets. Le calendrier pléthorique des tournois réclame des victimes et suscite des critiques. Pour la Suisse, l’ancienne saison s’est terminée alors que la nouvelle pouvait commencer : avec de mauvaises nouvelles.

Dominic Stricker revient sur une saison 2023 réussie. Mais après la tâche à Jidda, il se pose aussi la question : quand est-ce que c’est trop pour son corps ?

Pierre Albouy / Reuters

Du point de vue suisse, la saison de tennis s’est terminée différemment que prévu : lors de la Next Gen Finals à Jidda, le tournoi des meilleurs jeunes joueurs du monde, Dominic Stricker a trouvé le chemin des filets en demi-finale avec un score de 3:4, 1 : 2 contre Hamad Medjedovic et a félicité le jeune Serbe pour sa victoire. L’arrière avait signalé à Stricker que ça suffisait. Et le Bernois de 21 ans a eu la présence d’esprit de prendre les signaux au sérieux et de s’incliner malgré les 50 000 $ considérables en jeu.

Pour son court voyage en Arabie Saoudite, y compris le bonus de signature, Stricker emportera également avec lui un prix en argent de 182 500 $ lors de ses vacances de Noël à Grosshöchetten. Et cela malgré le fait qu’il n’a remporté qu’un seul de ses trois matches dans l’État du désert.

Stricker a collecté un total de 813 644 $ de bonus au cours des douze derniers mois, faisant de lui un millionnaire (1,352 million) à sa quatrième saison seulement sur le circuit professionnel. Cela ne correspond pas tout à fait aux plaintes de son père Stephan, qui souligne régulièrement à quel point la vie en tournée est encore difficile pour son fils. Il ne veut pas faire fuir les sponsors potentiels.

Lire aussi  D'Arthur à McKennie, qu'adviendra-t-il des licenciements à la Juve ?

Des formats toujours plus nouveaux et plus sauvages entrent au programme – la course-poursuite haletante provoque des protestations

Malgré la finale décevante de la saison, Stricker peut être satisfait de l’année. Il a atteint le tableau principal de trois des quatre tournois du Grand Chelem. À l’US Open, il s’est frayé un chemin jusqu’aux huitièmes de finale après une victoire très médiatisée contre le top 10 grec Stefanos Tsitsipas. Au classement mondial, il s’est amélioré de 26 positions pour atteindre la 94e place ; il est le deuxième meilleur Suisse derrière l’increvable Stan Wawrinka (ATP 50).

Stricker et Wawrinka seront directement inclus dans le peloton principal du premier moment fort de la saison prochaine, l’Open d’Australie à Melbourne, qui débutera à la mi-janvier. La liste des engagés devrait être publiée la semaine prochaine.

Stricker et Wawrinka ont une chose en commun : la façon dont ils ont terminé leur saison : sur une blessure. Le Romand de 38 ans a d’ailleurs dû renoncer à son dernier match à Metz il y a trois semaines et demie. Il s’est blessé à la cheville droite lors du match contre le Français Luca Van Assche. Wawrinka a ensuite été vue sur Instagram portant un grand plâtre ambulant. Mais contrairement à ce que rapportent les médias, aucune intervention chirurgicale n’a été nécessaire.

Wawrinka a déclaré à la «Tribune de Genève» à la mi-novembre qu’il s’était fracturé un petit os de la cheville, qu’il avait dû subir deux fois il y a deux ans. La guérison d’une telle blessure prend généralement un à deux mois. Wawrinka planifie actuellement son retour sur la tournée pour le Kooyong Classic en janvier, un tournoi hors-concours qui aura lieu juste avant l’Open d’Australie.

Lire aussi  Lisez Master Of Martial Arts Has An Advanced Optical Brain Chapter 943 - 943 Let Go en ligne gratuitement

Qu’ils soient blessés ou non : ce que l’on appelle « l’intersaison », la période sans compétition pendant les vacances, est de plus en plus courte pour les joueurs. Il y a quelques années à peine, les finales de l’ATP et la finale de la Coupe Davis étaient les dernières dates du calendrier, mais désormais les finales Next Gen durent jusqu’en décembre. Des formats plus récents et plus sauvages entrent de plus en plus dans le programme. Tout le cirque recommence le 29 décembre avec la United Cup et les tournois de Brisbane, Adélaïde et Auckland.

Cette chasse haletante provoque des protestations de plus en plus fréquentes de la part des joueurs qui se défendent contre les diktats rigides de l’ATP. Les absents de la finale next-gen de la semaine dernière étaient Carlos Alcaraz (ATP 2), Holger Rune (ATP 8), Ben Shelton (ATP 17) et Lorenzo Musetti (ATP 27), les quatre meilleurs joueurs présents à Jidda. ont été pleins. Le Français Arthur Fils, 19 ans, numéro 36 mondial, était le joueur le mieux classé ayant concouru en Arabie Saoudite. Les autres ont préféré accorder un moment de repos à leur corps afin d’être en forme pour la nouvelle saison. C’est ce à quoi les organisateurs des quatre tournois du Grand Chelem de Melbourne, Paris, Wimbledon et New York ont ​​désormais mis en pratique.

Lire aussi  Le champagne dont vous avez besoin pour compléter votre obsession avec Cristiano Ronaldo

Ils envisagent de réorganiser le cirque du tennis, ce qui pourrait signifier le plus grand changement dans ce sport depuis la création du circuit ATP sous sa forme actuelle, qui remonte à 1990. Ces innovations renforceraient encore l’influence déjà énorme des grands tournois.

L’idée est apparemment de créer une sorte de tournée premium à partir des quatre chelems et d’une dizaine d’autres événements majeurs. On ignore encore quels tournois autres que les majors seraient promus dans cette catégorie Hors. Mais les tournois Masters 1000, au nombre de neuf actuellement, sont assurément en pole position. Et au moins un nouveau site du Moyen-Orient rejoindrait certainement ce groupe.

Roger Brennwald, directeur du tournoi des Swiss Indoors de Bâle, est inquiet

Parmi les perdants d’une telle réorganisation figureraient vraisemblablement tous les tournois suisses qui ne sont pas impliqués dans la ligue supérieure ; soit ceux de Genève (ATP 250), Gstaad (ATP 250) et Bâle (ATP 500). Cependant, rien n’est encore prêt à être annoncé. A l’Open d’Australie, les initiateurs veulent rendre public un plan concret.

René Stammbach, président de Swiss Tennis, qui était jusqu’à cet automne vice-président de l’association internationale ITF, déclare: «Je ne connais pas les projets en détail, mais ils doivent certainement être pris au sérieux.» Roger Brennwald, directeur du tournoi des Swiss Indoors de Bâle, déclare : “Si quelque chose comme ça devait être mis en œuvre, ce ne serait pas une tempête pour le circuit tel que nous le connaissons aujourd’hui, mais un tsunami.” Les choses ne seront pas tranquilles dans le tennis international même si, pour une fois, aucune balle ne passe au-dessus des filets.




#tennis #bord #dune #révolution #serait #tsunami
1701668582

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT