Nouvelles Du Monde

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick menace de rompre les conventions collectives signées

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick menace de rompre les conventions collectives signées

2023-12-01 01:22:17

Le SCFP 1253, qui représente 2 800 chauffeurs d’autobus scolaires, gardiens et travailleurs de métier, ainsi que le SCFP 2745, qui représente 4 400 employés de soutien scolaire, ont tenu une conférence de presse pour dénoncer les menaces du gouvernement provincial à l’égard de la libre négociation collective.

La semaine dernière, le gouvernement provincial a transmis un message aux deux sections locales de l’éducation, signalant l’intention des provinces de rompre le contrat qui a conclu la grève du secteur public de 2021. Ils ont lancé un ultimatum aux habitants : abandonner l’accord âprement disputé sur les retraites conclu en novembre 2021 et mars 2022, ou faire face à l’imposition d’un nouveau régime de retraite par voie législative cette semaine.

En réponse à cette menace injustifiée, les sections locales 2745 et 1253 du SCFP ont adopté une position ferme et ont adressé une réponse sévère au gouvernement. « Nous ne négocierons pas sous la menace. Nous avons en place un accord de régime de retraite équitable pour nos membres, et la tentative du gouvernement de changer les règles du jeu est inacceptable », a déclaré Theresa McAllister, présidente du SCFP 2745.

Lire aussi  Curve Paris - Salon international de la lingerie

Iris Lloyd, présidente du SCFP 1253, a ajouté : « L’introduction d’une nouvelle loi constituerait une violation de notre convention collective, un contrat que le premier ministre Higgs lui-même a défendu. C’est une trahison du processus même qu’il a défendu.

Environ 20 000 Néo-Brunswickois ont enduré une grève de 16 jours, ce qui a entraîné des difficultés pour des dizaines de milliers de familles, toutes en quête d’un accord équitable. La décision du premier ministre et de son cabinet de ne pas tenir compte de ce compromis durement gagné a des implications plus vastes pour l’ensemble de la province. Le SCFP tire la sonnette d’alarme pour toutes les entités ayant des contrats sous le gouvernement Higgs : syndicats, communautés, Premières Nations, entreprises, etc. Theresa McAllister a prévenu : « Si le gouvernement peut rompre la promesse qu’il nous a faite, qu’est-ce qui l’empêchera de rompre d’autres promesses ? Le non-respect des accords doit avoir des conséquences.»

« En tant que Néo-Brunswickois, nous prenons les promesses au sérieux. Les contrats signés, négociés de bonne foi, constituent le fondement des relations de travail modernes », a déclaré Iris Lloyd. “Si le gouvernement teste ces fondations, le sol tremblera autour d’eux”, a ajouté Lloyd.

Lire aussi  Toronto quatrième au Canada pour les coûts de la bière des matchs de la LNH, Ottawa premier : sondage

Les sections locales 2745 et 1253 du SCFP demandent à tous les députés de soutenir et de protéger la libre négociation collective. « Il est crucial que le gouvernement suive les processus établis et définis dans les contrats signés. Les deux sections locales affirment qu’elles sont prêtes à mettre en œuvre les mesures convenues, et la balle est maintenant dans le camp du gouvernement », a conclu McAllister.

#gouvernement #NouveauBrunswick #menace #rompre #les #conventions #collectives #signées
1701392633

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT