Nouvelles Du Monde

Le gaz, la vraie raison pour laquelle le prix s’est envolé

Le gaz, la vraie raison pour laquelle le prix s’est envolé

Certains représentants du centre-droit parlent de la solution au problème du gaz en disant oui aux sanctions contre la Russie, mais arrêtons les spéculations sur les contrats à terme au TTF.

Nous avons alors pensé à les aider avec un graphique de l’offre et de la demande de gaz, comme on le fait en économie pour expliquer le prix. Ici on voit comment la demande chute avec le prix, si le gaz coûte dix fois plus cher, beaucoup ferment l’usine ou éteignent le radiateur. Mais l’approvisionnement, c’est-à-dire la production n’est pas, celle par pipeline presque nulle et celle du gaz liquéfié par bateau est aussi à la limite. Si vous coupez l’approvisionnement en gaz russe, le prix qui était à 30 euros/MWh explose à 200.

Ce graphique montre comment l’offre et la demande de gaz peuvent atteindre plus de 200 euros par MWh en Europe. Nous avons indiqué sur l’axe vertical de gauche les différents prix du gaz, à partir de celui Russe qui était d’environ 30 euros avant la crise, au “price cap” dont on parle dans l’UE (40…50 euros ?), au prix actuel au fameux marché maintenant aux Pays-Bas de la TTF qui est maintenant supérieur à 200 par MWH.

Que vois-tu? Nous avons également indiqué sur l’axe horizontal la quantité de gaz (mesurable en TWH soit des milliers de GWH par an).

Le gaz liquéfié par navire est celui en pointillés. Le gaz liquéfié acheté a doublé, avant c’était 13% et maintenant 29% en Europe et ça montre que ça prend beaucoup de place, mais maintenant ça a une limite.

L’approvisionnement en gaz ne varie donc pas avec le prix comme c’est le cas sur d’autres marchés, en fait il apparaît vertical. Habituellement, cependant, si le prix de certains biens triple, davantage est produit. La demande est réduite puis le mécanisme du marché équilibre l’offre et la demande à un prix inférieur et il n’arrive jamais que le prix décuple.

Lire aussi  Si les humains ne meurent pas dans les 10 000 prochaines années, ils auront l'air bizarre, disent les scientifiques

Dans le cas du gaz, l’offre ou la production n’est pas très sensible au prix car jele gaz extrait dans le monde ne varie pas d’une année sur l’autre, Preuve en est que le prix a été multiplié par dix l’an dernier et que la production mondiale est quasiment inchangée ! Évidemment, si le prix reste à des niveaux absurdes comme ceux-là, alors les producteurs feront des investissements, mais il faut des années pour augmenter l’extraction, d’autres années pour les gazoducs et aussi pour les terminaux de liquéfaction et de regazéification. En termes simples, le gaz n’est pas un marché comme les autres.

Contrairement au pétrole, 85 % du gaz est expédié dans le monde par pipeline et il faut au moins cinq à dix ans pour le construire. Ensuite il y a le gaz liquéfié par bateau, mais jusqu’en 2016 il existait à peine, c’était un phénomène asiatique où les gazoducs sont loin et en réduisant le charbon ils ont commencé à se le procurer par bateau.

Moral. Pour l’année prochaine l’offre est fixe ou presque. La demande baisse, un peu mais baisse, l’offre est fixe. Donc si vous coupez l’approvisionnement en gaz russe, le prix explose de toute façon, spéculation ou non-spéculation.

De plus, dans le cas du gaz, la demande est peu sensible au prix, en ce sens que si le prix d’autre chose augmente de dix fois la demande s’effondre, mais dans le cas du gaz, étant nécessaire pour le chauffage, l’électricité et l’industrie production, il ne peut pas réduire beaucoup la consommation ni remonter cent ans en arrière.

Alors, ceux qui disent que ce n’est pas la spéculation sur les produits dérivés aux Pays-Bas qui fait exploser le prix décuplé, comme le disent maintenant de nombreux politiciens dans la campagne électorale, ont-ils raison ? S’agit-il uniquement de l’offre et de la demande de gaz ? Les gouvernements européens s’emparent du gaz par bateau qui fait le tour du monde pour couper le gaz russe. Donc en fait c’est l’offre et la demande qui déterminent ces prix absurdes.

Lire aussi  Elon Musk ira de l'avant avec le rachat de Twitter après tout: rapport

Mais c’est le gaz liquéfié par navire qui détermine désormais le prix de 200 (ou 300 euros). Pour ce type de gaz liquéfié, son prix de marché “juste” est supérieur à 200 euros et la spéculation ne fait que le faire beaucoup fluctuer, mais au final, si vous le voulez, vous payez des prix supérieurs à 200 euros.

Ce que beaucoup ne réalisent pas, c’est que le problème réside dans le fameux gaz liquéfié envoyé par bateau. L’Europe paie surtout pour que ceux qui le liquéfient puis l’envoient détournent le navire vers la Hollande où il coûte 200 euros, alors que par exemple en Asie maintenant environ 150 euros (par MWh). L’Asie était le plus grand consommateur de gaz par navire parce qu’elle a moins de pipelines. A cause de l’Europe, qui paie n’importe quel prix pour ne pas avoir à acheter du gaz russe, le prix en Asie a également explosé.

Et le gaz qui arrive par gazoduc de Russie, d’Algérie, de Norvège, d’Azerbaïdjan, qui reste 70% du total ?

Revenons au graphique. Le gaz d’Algérie, de Norvège, d’Azerbaïdjan par gazoduc la plupart des autres années a une limite et vous voyez la ligne verticale l’indique. Si vous réinitialisez le gaz russe, qui est maintenant tombé à seulement 9% du total (pour simplifier, nous l’avons réinitialisé), vous voyez que vous devez payer 200 euros pour le gaz “sur le marché” au TTF. Donc si vous mettez un « cap » sur le TTF vous aurez un déficit et vous devrez beaucoup réduire la consommation, vous restez dans le froid et la filière ferme.

Si vous remplacez le gaz russe par du gaz liquéfié qui était auparavant destiné, par exemple, au Pakistan ou à la Chine, ceux qui le vendent en profitent. Si vous mettez un “cap” à 40 euros, ils le vendent en Asie et vous restez dans le froid et avec les entreprises fermées. Si tu veux que le prix baisse à partir de 200 euros, voire jusqu’à 50 euros, bref, il faut continuer à acheter du gaz russe.

Lire aussi  Quelles sont les causes des énormes augmentations du prix de l'essence en Afrique du Sud et ce qui peut être fait

Mais alors il y a le vrai problème. Le gaz pour pipeline et le gaz liquéfié pour navire sont deux choses différentes économiquement, l’une est pas chère et l’autre si vous voulez ça vous coûte un oeil. Le point dont personne ne parle, c’est que le gaz liquéfié par navire est désormais passé à 30 % du gaz arrivant en Europe, mais l’autre 70% est du gaz envoyé par gazoduc qui n’a PAS augmenté à 220 euros (prix du TTF d’aujourd’hui).

Il n’y a pas de marché de gazoducs, il y a des contrats signés il y a des années à un prix qui ne reflète que partiellement celui du marché. Combien coûte ce gaz ?

Si par exemple lire l’article de Fubini découvrez qu’il coûte en moyenne moins de 120 euros. Eurostat publie des données sur le coût du gaz par gazoduc car même si les contrats sont confidentiels, il a accès aux données. Il semble qu’en Allemagne ils ne paient Gazprom que 40 euros, mais aussi le reste de l’Europe et donc l’Italie ne paie pas 220 euros au TTF, mais moins de 120 euros.

Il faut alors – nous le répétons – demander à celui qui achète par pipeline avec des contrats signés il y a des années combien il paie, car s’il le paie 120 et le revend à 220 alors certainement dans ce cas l’État devrait intervenir. C’est le vrai problème, pas le plafond du prix de l’essence. L’autre problème est que si nous voulons avoir un hiver décent, nous ne pouvons pas nous passer du gaz russe.

Paolo Becchi et Giovanni Zibordi, 12 septembre 2022

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT