Nouvelles Du Monde

Le Conseil de l’ONU approuve une déclaration édulcorée sur les implantations israéliennes

Le Conseil de l’ONU approuve une déclaration édulcorée sur les implantations israéliennes

Commentaire

NATIONS UNIES — Le Conseil de sécurité de l’ONU a approuvé à l’unanimité une déclaration édulcorée s’opposant fermement à la poursuite de la construction et de l’expansion des colonies par Israël lundi. Le vote est intervenu après que des négociations à enjeux élevés menées par l’administration Biden aient réussi à faire dérailler une résolution juridiquement contraignante qui aurait exigé l’arrêt des activités de colonisation israéliennes.

Le projet de résolution soutenu par les Palestiniens a fait l’objet de discussions frénétiques entre de hauts responsables de l’administration Biden, dont le secrétaire d’État Antony Blinken, avec des dirigeants palestiniens, israéliens et des Émirats arabes unis. Ces discussions ont abouti à un accord dimanche pour y renoncer en faveur d’une déclaration présidentielle plus faible qui n’est pas juridiquement contraignante, selon plusieurs diplomates familiers avec la situation.

L’accord a évité une crise diplomatique potentielle, les États-Unis opposant presque certainement leur veto à la résolution, ce qui aurait provoqué la colère des partisans palestiniens à un moment où les États-Unis et leurs alliés occidentaux tentent d’obtenir un soutien international contre la Russie pour sa guerre avec l’Ukraine. La guerre a marqué cette semaine le premier anniversaire de l’invasion du président Vladimir Poutine.

Lire aussi  Les Lakers surmontent l'absence de Davis pour battre les Wizards sous le choc

Pour éviter un vote sur le projet de résolution, les diplomates ont déclaré que les États-Unis avaient réussi à convaincre Israël et les Palestiniens d’accepter en principe un gel de six mois de toute action unilatérale qu’ils pourraient entreprendre.

Du côté israélien, cela signifierait un engagement à ne pas étendre les colonies avant au moins août, selon les diplomates. Lundi, le bureau du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré qu’Israël ne donnerait pas son feu vert à de nouvelles implantations sauvages en Cisjordanie au-delà de neuf avant-postes qu’il a approuvés rétroactivement au début du mois.

Du côté palestinien, les diplomates ont déclaré que cela signifierait un engagement jusqu’en août de ne pas poursuivre d’action contre Israël à l’ONU et dans d’autres organes internationaux tels que la Cour mondiale, la Cour pénale internationale et le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

La pression palestinienne pour une résolution est intervenue alors que le nouveau gouvernement de droite israélien a réaffirmé son engagement à construire de nouvelles colonies en Cisjordanie et à étendre son autorité sur les terres que les Palestiniens recherchent pour un futur État.

Israël a capturé la Cisjordanie, ainsi que Jérusalem-Est et la bande de Gaza, lors de la guerre du Moyen-Orient de 1967. Les Nations Unies et la plupart de la communauté internationale considèrent les colonies israéliennes comme illégales et comme un obstacle à la fin du conflit israélo-palestinien vieux de plusieurs décennies. Quelque 700 000 colons israéliens vivent en Cisjordanie et à Jérusalem-Est annexée par Israël.

Lire aussi  Fête de la Saint-Patrick 2024 : Les Gallows Fellows à la mairie de St. Pölten

La déclaration présidentielle ne condamne pas les activités de colonisation israéliennes ni n’exige un arrêt. Il condamne « tous les actes de violence contre les civils, y compris les actes de terrorisme ».

En ce qui concerne les colonies, le Conseil de sécurité « s’oppose fermement à toutes les mesures unilatérales qui entravent la paix, y compris… la construction et l’expansion des colonies par Israël, la confiscation des terres des Palestiniens et la “légalisation” des avant-postes des colonies, la démolition des maisons des Palestiniens et le déplacement des civils palestiniens. ”

Le conseil a également exprimé « sa profonde inquiétude et sa consternation face à l’annonce faite par Israël le 12 février 2023, annonçant la poursuite de la construction et de l’expansion des colonies et la « légalisation » des avant-postes de colonies ».

Riyad Mansour, l’ambassadeur palestinien à l’ONU, a déclaré aux journalistes : “Le fait que nous ayons un front uni… est un pas dans la bonne direction”.

Lire aussi  Protests in Buenos Aires Against President Javier Milei's Economic Reforms - Latest Updates and Analysis

L’ambassadrice des Émirats arabes unis Lana Nusseibeh, la représentante arabe du Conseil qui a parrainé la résolution, a salué le rôle des États-Unis et a déclaré que la déclaration était “la première déclaration du Conseil de sécurité en six ans sur la situation en Palestine”.

“Je pense qu’il y a un signal unifié fort du conseil qu’ils veulent voir la désescalade, le dialogue et se concentrer sur les paramètres politiques pour (mettre fin) à un conflit de longue date”, a-t-elle déclaré.

En décembre 2016, le Conseil de sécurité a exigé qu’Israël « cesse immédiatement et complètement toutes les activités de colonisation dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est ». Il a souligné que l’arrêt des activités de colonisation “est essentiel pour sauver la solution à deux États”.

Cette résolution a été adoptée après que l’administration du président Barack Obama s’est abstenue lors du vote, un renversement de la pratique de longue date des États-Unis consistant à protéger son proche allié Israël contre toute action aux Nations Unies, notamment en opposant son veto aux résolutions soutenues par les Arabes.

L’écrivain d’Associated Press, Matthew Lee, a contribué à ce rapport depuis Washington.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT