Nouvelles Du Monde

La nombreuse colonie catalane d’Elche, rival du Barça en championnat

La nombreuse colonie catalane d’Elche, rival du Barça en championnat

Un jour, au petit déjeuner, On a vu qu’on était beaucoup de catalans et on a commencé à se dire. Au final, nous en avons laissé six. On ne s’était pas rendu compte qu’on était si nombreux”, sourit Carlos Clerc (Badalona, ​​1992). Il fait partie des six Catalans d’Elche, rival du Barça ce samedi au Martínez Valero. Après les adieux de Gerard Piqué et Héctor Bellerín , il y a plus de Catalans dans l’équipe première d’Elche (6), Clerc, Edgar Badia, Álex Collado, prêtés par le Barça, Gerard Gumbau, Pol Lirola et Pere Milla, que dans l’équipe de Culé : Jordi Alba, Sergio Busquets, Eric García et Sergi Roberto. Il semble qu’ils quitteront la Première Division plus tôt que plus tard, car ils sont à 14 points du salut, mais pour l’instant, ils sont toujours le deuxième club de Liga avec le plus de footballeurs catalans : juste devant Gérone (5) et seulement derrière l’espagnol (8).

“Nous avons fait la blague” hôte, un catalan de plus “. Voyons si à la fin nous serons majoritaires et nous gouvernerons ici”, avoue Clerc, latéral gauche. Dans le vestiaire, on comptait s’il y avait plus de Catalans ou d’Argentins en raison de l’influence du propriétaire, Christian Bragarnik. Ajoutez ça “Ce sont des coïncidences de la vie qui se produisent parfois dans le monde du football et qu’ils sont drôles, mais c’est vrai qu’être du même endroit, avoir cette proximité, ces choses en commun, aide à créer une affinité et rend tout plus facile. Coexistence, au jour le jour”. C’est aussi plus facile pour leurs partenaires, “qu’à la fin ils voyagent seuls”. Ils partagent la langue, le catalan. Clerc a grandi dans une maison hispanophone, mais sur le terrain, il utilise souvent le catalan avec Gumbau, pour l’alerter s’il a un rival derrière lui. Tous deux, en particulier Gumbau, ont un passé à Gérone, comme Francisco Rodríguez et Pablo Machín, deux des six entraîneurs qui ont siégé sur le banc d’Elche au cours de cette saison difficile.

Elche a 13 points en 26 matchs, avec seulement deux victoires et jusqu’à 17 défaites. La première victoire est survenue il y a deux mois : 3-1 contre Villarreal et avec un triplé de Milla, l’auteur du but qui a promu Elche en 2020 et condamné Gérone à la 96e minute de la finale des playoffs’. “C’était une année qui s’annonçait belle et qui a été affrontée avec enthousiasme pour être le centenaire, mais au final cela vous met dans une mauvaise dynamique dont vous ne savez pas comment sortir et vous fait vivre un cauchemar difficile à surmonter”, soupire Clerc, formé à la carrière de perica comme Badia et Lirola. Avec le salut transformé en utopie, jour après jour passe par “Concentrez-vous sur le fait d’essayer d’être une meilleure équipe et de vous éloigner du classement, car sinon il est impossible d’essayer d’accomplir et de terminer la saison comme Dieu l’ordonne. La regarder, c’est mettre des cailloux dans son sac à dos : ça ne sert à rien.”

Lire aussi  Thierry Henry nommé sélectionneur des Espoirs et de l'équipe olympique jusqu'en 2025

Dans son cas, ce serait la deuxième relégation consécutive, après la saison dernière avec Levante. “Quand ça te touche deux fois de suite c’est compliqué, putain”, mâcher. La mauvaise séquence d’Elche a fait de lui le joueur de toute l’histoire de la Liga, plus de quatre-vingt-dix ans, qui a enchaîné le plus de matchs sans connaître la victoire : 39, huit de plus que le deuxième. C’est toute une saison plus un match. Il y en avait 25 avec Levante et 14 avec Elche. Il y a eu 15 nuls et 24 défaites. Du 10 avril 2021 au 4 février 2023. « C’est négatif, mais avec mes amis on a parlé qu’enchaîner 39 matchs sans gagner, c’est presque 50 matchs en première division », précise. Il en a 124 au total.

Les bienfaits de la parentalité

Clerc poursuit : “A la maison, ils souffrent parce que nous souffrons, nous passons un mauvais moment. Ils veulent que nous soyons heureux et cela coûte cher. Frais. Mais dans mon cas, le fait que j’ai eu un enfant cette année a été un peu de lumière dans l’obscurité. Parce que rentrer à la maison et voir votre fils et partager quoi que ce soit avec lui vous enlève toutes les mauvaises choses de la tête. En ce sens, la famille, l’enfant, m’ont beaucoup aidé. Cela vous fait voir ce qui est vraiment important dans la vie. Cela vous aide à relativiser et à voir le bien dans la vie.”

Lire aussi  Elle a économisé et a finalement acheté la voiture de ses rêves, mais sa mère l'a traitée d'égoïste parce qu'elle refusait de la partager avec ses jeunes frères et sœurs – Chip Chick

Nouvelles liées

“Il faut être professionnel, mais il faut fixer des limites. Parce que la vie que nous avons en dehors du football est très belle et, parfois, les choses qui nous arrivent dans le football peuvent affecter négativement votre vie. Il faut essayer garder un équilibre en dehors du foot, fermer le store quand la journée est finie et qu’on rentre chez soi pour ne rien laisser passer du boulot, que ça se passe bien ou pas, vivre sa vie, parce que si tu ne le fais pas, si tu hypothèques ton bonheur dans le football, tu vas te tromper. Peut-être qu’une autre année aurait été pire, mais le fait d’avoir un enfant te fait mettre les choses à l’échelle et valoriser les choses”, argumente-t-il.

Il dit qu’il ne lui est pas difficile de s’endormir malgré la situation d’Elche : “Mes parents m’ont toujours dit que si tu dors bien la nuit c’est que tu as fait tout ce qui était en ton pouvoir. Et qu’il n’y a rien de plus beau que de s’endormir paisiblement”. “Eh bien, bien dormir, c’est mon plan. Mais Luca en a un autre”, sourit Clerc.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT