Nouvelles Du Monde

“J’ai vu beaucoup de films, mais je ne pensais pas y figurer”

“J’ai vu beaucoup de films, mais je ne pensais pas y figurer”

Le capitaine Artyom Gronshko, 29 ans, a obtenu son diplôme de médecine dentaire en Ukraine en 2017 et y a commencé son stage. À un moment donné, il a abandonné son stage et a immigré en Israël. C’était il y a moins de six ans, en août 2019, il avait déjà rejoint l’armée. Il a rencontré sa femme, qui est prêtre dans la ville de Behadim, ici en Israël, il y a deux ans. Il a une fille d’un an et quatre mois.

“Un gros mensonge” : le porte-parole du Hamas dans un message à Israël à l’occasion du 200e jour de la guerre
L’Iran dans un message à Israël : “Une attaque pourrait conduire à la fin du régime sioniste”

Grushenko, le dentiste de la division de Gaza, a clôturé ce sabbat noir à la base du quartier général de la division à Ra’im. Il dit qu’il a regardé le film “Golda”, qu’il a fini de le regarder et qu’à 6h27, une alarme a sonné. “J’ai couru vers le coffre-fort avec seulement des tongs et des sous-vêtements”, il a senti que quelque chose n’allait pas, “l’alarme a duré plus de quelques minutes”. Après 20 longues minutes de clandestinité, il a couru à nouveau, cette fois dans la direction opposée à la pièce. Le policier a demandé à revêtir un uniforme, en raison de sa qualité de médecin. “J’ai pris mes affaires et j’ai enfilé une combinaison de protection. Le capitaine Groshenko est venu au HML pour faire le point sur la situation de sécurité inhabituelle. “J’ai regardé le HML, je voulais comprendre la situation, ce qui se passe maintenant…”

En quelques instants, il s’est rendu compte qu’il y avait plusieurs brèches dans la clôture donnant accès au territoire du pays. Peut-être sous l’influence des événements de Kippour dans le film qu’il avait regardé quelques minutes auparavant, il a presque tout compris rapidement. A 8h30, il y avait déjà des civils blessés à l’intérieur de la base. Le médecin militaire savait qu’il devait faire tout ce qui était en son pouvoir pour sauver le plus de personnes possible. Groshenko porte une arme avec lui et a décidé qu’il devait protéger tous les soldats et leurs familles qui se trouvaient au HML.

Lire aussi  Arrêt des livraisons d'avions 787 Dreamliner - E24

Lors de l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, premier jour de la guerre des Épées de Fer, des terroristes du Hamas ont infiltré la base de la division. Dans le camp, une bataille a eu lieu entre les traqueurs de la division et les bataillons Az ad-Din al-Qassam du Hamas, qui ont tué des combattants et capturé certains soldats. Ce n’est qu’après 13 heures de combat que Tsahal a repris le contrôle de la base. Pendant toutes ces heures, le capitaine Groshenko est resté sur la base, opérant, aidant et soignant les blessés avec dévouement sous le feu, tandis que les terroristes parcouraient et pillaient la base. Le jour où il a soigné au moins 30 blessés, la plupart d’entre eux sont arrivés à la base en provenance du groupe Nova.

Capitaine Artyom Groshenko et combattants (photo : Privé)

Il nous raconte encore les événements de cette journée : « J’ai quitté le HML, pendant que je courais là-bas, il y avait des tirs, j’ai couru sous le feu. Je suis arrivé au bureau, où j’ai rencontré le blessé en premier. Il était déjà nu et il y avait deux combattants qui lui ont infligé une balle à la jambe et aux deux mains. » Groshenko déclare : “Je suis avant tout un dentiste, mais je suis aussi un combattant.” Il comprend la situation. “J’ai demandé – quel est son nom ? Puis j’ai réalisé que je devais lui apporter de l’eau. Parce qu’il a perdu beaucoup de sang, il a besoin de beaucoup d’eau. Je suis arrivé à la cuisine au deuxième étage et j’ai apporté de l’eau, Fuse- T et Coca. Il a aussi besoin d’un Coca. Chaque minute, je m’asseyais avec lui, lui demandant de boire de l’eau, du Fuse-T, du coca pour qu’il soit conscient. Une heure s’est écoulée et Grushenko se dirige vers la kitchenette et sort tout du congélateur. “Pomme de terre, escalope, j’ai tout apporté, j’ai apporté de la glace”, pour tenir éveillé le blessé. À ce moment-là, il y avait encore des tirs dans la base. “Je suis monté au deuxième étage et il y avait environ 10 à 12 personnes légèrement blessées. J’ai vérifié, soigné, parmi eux il y avait aussi une personne grièvement blessée.”

Lire aussi  Shimon a insisté pour s'enrôler dans les réserves et est tombé à Gaza : « Protégez le peuple et le pays »

L’infiltration des terroristes dans le kibboutz Reim (photo : caméras de sécurité)

Il admet : “J’ai été choqué. J’ai entendu et vu beaucoup de films, mais je ne pensais pas que j’y participerais. Puis j’ai réalisé que je devais me ressaisir et faire quelque chose.” Il a évalué la situation dans le chaos, qui avait besoin de lui, qui n’était pas blessé.

Comme mentionné, il a soigné ce jour-là une trentaine de blessés, dont quatre grièvement. Plus tard, il était important pour lui de se tenir au courant de leur situation. L’hôpital l’a informé que l’un d’eux était décédé et que les trois autres étaient en vie. De tous, il porte avec lui dans son cœur le premier blessé grave. Dès huit heures et demie, le blessé attendait à la base et n’a été transporté à l’hôpital qu’à quatre heures de l’après-midi. “C’était très difficile”, a soupiré Grushenko, “j’ai compris ce qui se passait et ce que cela pouvait causer. C’était difficile de le tenir et de lui parler, il souffrait. L’un des blessés s’est cassé le bras, pas une fracture mineure. , à l’intérieur du HML, un autre a été grièvement blessé avec un fragment qui lui sortait de la main”.

Lire aussi  L'opération à Jabaliya bat son plein : échanges de tirs entre forces de Tsahal et terroristes du Hamas

Il avait un téléphone sans réception, seulement une arme à feu et aussi du matériel médical peu disponible. “Dans cette situation, j’ai l’impression d’avoir fait ce que j’ai pu.” Il estime que grâce à sa présence à la base, au moins trois âmes, suspendues entre la vie et la mort, ont été sauvées. Il dit également : “Je pense que si j’avais connu le 7 octobre à l’avance et qu’ils m’avaient donné le choix entre être à la maison ou être à la base, j’aurais choisi d’être à la base.”

L'uniforme de Grushenko taché du sang des blessés (photo : soldat)
L’uniforme de Grushenko taché du sang des blessés (photo : soldat)

Il a parlé avec sa femme au début de la matinée alors qu’il courait vers la piscine à six heures trente avec les alarmes : “Je lui ai dit : prends le bébé et va à la piscine.” Un peu plus tard, lorsqu’il s’est rendu compte qu’il y avait des terroristes à l’intérieur de la base, il lui a dit : « Prends de l’eau et de la nourriture, ferme la porte, mets un placard et ne pars pas avant mon appel, elle était à Netivot ». Il dit qu’après ce jour, sa femme ne se sent plus en sécurité à Netivot et qu’ils ont déménagé dans une autre ville. Le lieutenant Groshenko pense qu’il retournera à Netivot, mais en attendant, il lui tient à cœur que sa famille soit là où la femme se sent en sécurité.

“Le peuple d’Israël est vivant”, dit-il, et il ajoute : “En Israël, même un citoyen, tout le monde est un guerrier, il se bat pour notre pays et je pense dire à tout le monde que les gens peuvent faire plus qu’ils ne le pensent”.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT