Nouvelles Du Monde

Il s’agit du nouveau cadre européen pour réduire la dette et le déficit. Ça change ? Sera-t-il plus flexible ? | Économie

Il s’agit du nouveau cadre européen pour réduire la dette et le déficit.  Ça change ?  Sera-t-il plus flexible ?  |  Économie

2023-12-21 19:25:49

Après neuf mois d’âpres négociations, marquées par des échauffourées et des menaces de ne pas parvenir à un accord, les Vingt-Sept sont parvenus à un consensus. sur le bord une position politique commune pour réformer les règles budgétaires européennes. Avec ce pacte, conclu sous la présidence espagnole du Conseil de l’UE, Bruxelles clôture une étape commencée avec la crise financière il y a dix ans : elle ferme la porte au schéma conçu en 2008, qui s’est révélé si rigide au point de ne pas être respecté. , et cela serait totalement inabordable aujourd’hui, face à une dette publique qui a grimpé en flèche pour faire face à la pandémie. En effet, la rigueur budgétaire, toujours en vigueur, a été suspendue lorsque la crise sanitaire a éclaté et reste gelée jusqu’à l’année prochaine. Le nouveau modèle, dont certains aspects restent à boucler, sera plus flexible, malgré les concessions faites au bloc du fauconsdirigé par l’Allemagne.

Quelles sont les règles fiscales ?

Les règles budgétaires constituent un obstacle au respect de la discipline budgétaire par les États et leurs comptes publics ne deviennent pas incontrôlables. Plus précisément, ils fixent des limites à certaines grandeurs, telles que le ratio de la dette et du déficit par rapport au PIB et à la croissance des dépenses, pour éviter les tensions budgétaires et garantir la crédibilité sur les marchés. La grande question est de savoir ce qui se passe si ces niveaux sont dépassés : 3 % dans le cas du déficit et 60 % dans le cas de la dette. Le dispositif actuellement en vigueur et gelé depuis la pandémie prévoyait des coupes sévères pour les défaillants : une réduction d’un vingtième par an du montant de la dette dépassant 60 % du PIB, une réduction d’un demi-point de déficit par an et de lourdes amendes. — qui n’ont cependant jamais été appliquées.

Ce modèle a fait ses débuts avec la Grande Récession et a clairement montré que les mesures d’austérité imposées pour remettre les comptes sur les rails avaient un impact encore plus sévère sur les économies des pays touchés. Avec l’arrivée du covid, Bruxelles a activé la clause dite de sauvegarde, qui permet de suspendre les règles budgétaires en cas de circonstances exceptionnelles, et a ouvert une fois pour toutes le melon de la réforme du système. La negociación se ha ido alargando y ha causado encontronazos entre el bloque más ortodoxo de la disciplina fiscal, en el cual están países como Alemania, y los partidarios de dotar al sistema de más elasticidad —que son también los más endeudados—, como Francia y Espagne.

Lire aussi  Des groupes taïwanais envisagent d’avoir des sièges sociaux à l’étranger pour se prémunir contre les attaques chinoises

Les limites maximales d’endettement et de déficit sont-elles maintenues ?

Oui, les limites maximales prévues dans les traités européens sont maintenues, de 3% du PIB pour le déficit – et l’État qui ne les respecterait pas se verra ouvrir une procédure de déficit excessif, comme c’est le cas jusqu’à présent -, et 60% pour le déficit. dette, comme le prévoit le Pacte de stabilité et de croissance de l’UE. Ce qui change, c’est le rythme et l’intensité de l’ajustement, qui est plus flexible tant dans sa durée que dans sa conception. De plus, les objectifs de déficit ne seront plus les principaux protagonistes : l’accent sera mis sur la dette et la réduction de la première dépense nette, qui n’intègre pas le décaissement des intérêts ni le chômage, sera priorisée comme variable de référence.

Comment ces objectifs sont-ils atteints ?

C’est l’un des points où faucons Ils n’ont pas cédé et ont laissé leur marque. L’accord maintient un ajustement structurel d’au moins 0,5% du PIB dans le cas des pays qui ont ouvert une procédure de déficit excessif, mais introduit d’autres références numériques communes à tous les partenaires du bloc, des garde-fous introduits par l’Allemagne qui ont donné lieu à des débats houleux en derniers mois.

Berlin a réussi à ce que les pays qui ont un écart entre les revenus et les dépenses inférieur à 3% – c’est-à-dire inférieur à la limite maximale autorisée – mais une dette publique égale ou supérieure à 90%, entreprennent également une voie d’ajustement pour abaisser le rouge. chiffres à 1,5% du PIB à raison de 0,4% par an (0,25% si le plan d’ajustement est de sept ans). La correction de la dette, quant à elle, doit être d’au moins un point de PIB moyen par an tant que le plan d’ajustement est en vigueur (un demi-point si la dette est comprise entre 60 % et 90 %). « Cette sauvegarde commune de résilience devrait garantir la création de réserves budgétaires en cas de situations défavorables et chocsfacilitant ainsi l’application de politiques anticycliques dans le cadre de l’union budgétaire », lit-on dans le document d’accord.

Lire aussi  Nestlé nomme Anna Manz comme nouvelle CFO

Que sont les plans d’adaptation ?

Ils constituent l’une des grandes nouveautés de l’accord et un élément qui réduit la rigidité du système. Il s’agit de plans individualisés d’une durée de quatre ans (jusqu’à présent, ils étaient trois) pour les pays dont la dette dépasse 60 % du PIB. Dans ce groupe se trouve l’Espagne, dont la dette est proche de 110%. Pendant la durée de validité du plan, l’État doit respecter un plafond de dépenses pour que le déficit soit placé en dessous de 3% du PIB et que la dette reste sur une trajectoire descendante. Cette proposition avait été avancée par la Commission européenne et le Conseil l’a approuvée. Il est possible que ces plans puissent être prolongés de trois ans supplémentaires, jusqu’à sept ans, mais sous certaines conditions : le pays doit s’engager à réaliser des réformes et des investissements dans des domaines considérés comme stratégiques par l’UE, à savoir les transitions numérique et écologique. et la sécurité.

Les dépenses de sécurité et de défense peuvent également bénéficier d’un traitement unique, aspect défendu par la France : elles fonctionneront comme une circonstance atténuante si les comptes sont déséquilibrés au cours d’un exercice parce que ces postes ont été augmentés. Paris a également exigé un régime spécial dans les premières années des nouvelles règles pour les pays ayant un déficit supérieur à 3%, une exigence qu’elle justifie par la forte hausse des taux d’intérêt. “La Commission pourra, pendant une période transitoire en 2025, 2026 et 2027 – afin de ne pas compromettre les effets positifs du mécanisme pour la reprise et la résilience –, ajuster le taux de référence pour tenir compte de l’augmentation des paiements d’intérêts”, précise l’accord. . .

Lire aussi  Le choc du décès soudain de Matthew Perry, l'inoubliable Chandler Bing d'Amis, suscite des hommages internationaux.

Qui conçoit les plans ?

C’est un autre élément de flexibilité par rapport au modèle actuel. Les voies d’ajustement ne seront pas imposées unilatéralement par l’UE. Ils seront négociés entre le gouvernement du pays qui doit appliquer l’ajustement et la Commission européenne, de la même manière que les plans de relance sont actuellement discutés. La première étape pour entamer ce dialogue consiste pour Bruxelles à évaluer la soutenabilité de la dette de chaque pays.

Quand les nouvelles règles commenceront-elles à fonctionner ?

2025 sera l’année du plein déploiement du nouveau cadre, car après l’accord politique obtenu, il faudra clôturer la procédure formelle avec toutes les institutions européennes. La Commission a cependant déjà demandé aux partenaires européens de procéder à des ajustements, y compris à l’Espagne. L’Exécutif communautaire a recommandé à l’exécutif de Pedro Sánchez de limiter la croissance des dépenses primaires à 2,6% et a déjà prévenu qu’il ouvrirait au printemps prochain une procédure de déficit excessif sur la base de la clôture budgétaire de cette année, que le gouvernement estime négative. 3,9% du PIB.

Suivez toutes les informations Économie oui Entreprise dans Facebook oui Xou dans notre bulletin d’information semanal

L’agenda de cinq jours

Les citations économiques les plus importantes du jour, avec les clés et le contexte pour comprendre leur portée.

RECEVEZ-LE DANS VOTRE MAIL

Abonnez-vous pour continuer la lecture

Lire sans limites

_




#sagit #nouveau #cadre #européen #pour #réduire #dette #déficit #Ça #change #Seratil #flexible #Économie
1703183470

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT