Nouvelles Du Monde

Give title to rank high in google search for this content

Oui, et il ne s’agit pas du drapeau du Mali, mais bien de celui des paramilitaires russes du groupe Wagner : une tête de mort blanche, menaçante, sur fond noir, jette son regard sur les habitants de la cité tout juste reprise aux ex-rebelles touaregs. « Tout un symbolerelève Jeune Afrique, qui vient contredire le discours officiel du régime d’Assimi Goïta faisant la part belle à l’armée malienne. »

De fait, selon le récit circulant au Mali, Kidal « aurait été exclusivement reconquise par les Forces armées maliennes. » Et le magazine panafricain note encore dans les propos du chef de la junte ou de la télévision nationale, il n’y a « nulle mention des mercenaires de Wagner – même sous le vocable ‘d’instructeurs russes’ habituellement utilisé par les autorités maliennes. » Et ce malgré le rôle, que ET estime « déterminant, » des mercenaires de Wagner, dans la reprise de la ville septentrionale. Le magazine enfonce le clou : la vidéo montrant le drapeau du groupe sur le fort, « confirme ” le ” statut de meneur » des paramilitaires… car ces images « n’aurai[en]t probablement jamais pu être tournée[s] si les mercenaires russes n’avaient une forme d’ascendant sur leurs partenaires maliens. »

Réaction courroucée des autorités

Heure du sérum pointe que, « les paramilitaires russes auraient voulu porter un coup à la fierté des FAMa (…) qu’ils n’auraient pas agi autrement. (…) Au risque de provoquer l’ire des colonels de Bamako. »

De fait, les autorités ont d’abord évoqué, à tort, une fausse information, avant que l’étendard malien soit rétabli au sommet du fort hier en fin d’après-midi. « Pas question pour le colonel Assimi Goïta et ses lieutenants, poursuit le titre burkinabè, de voir écornée cette souveraineté à laquelle ils tiennent tant, » eux qui « en ont fait le pilier et l’étoile polaire de leur combat. »

Un coup d’œil à la presse malienne permet de s’en rendre compte : pas un mot du drapeau des paramilitaires russes, en revanche, Mali Actu mitaine ” la victoire des forces armées maliennes, (…) source de fierté pour le peuple malien », preuve selon le site que « le Mali est capable de se défendre seul contre les terroristes » et leurs soutiens.

Questionnements autour d’un charnier

Charnier découvert par les FAMa et qu’ils attribuaient aux rebelles du CSP… or, ces derniers ont démenti, hier, et dénoncent, rapporte Heure du sérumune « pure mise en scène que l’armée malienne aurait orchestrée. »

Difficile à ce stade de démêler le vrai du faux. Ce qui est certain, c’est que les questions soulevées par cette découverte sont nombreuses : « Qui l’a creusé ? Où est-il localisé ? Combien de corps y sont entassés ? » s’interroge ainsi Heure du sérumdans les pas d’Aujourd’hui au Faso qui se demande « qui a perpétré [ce charnier] ? À quelles fins ? Quelle est l’identité des victimes ? » Les deux journaux burkinabè finissent par partager un même doute : « ce charnier existe-t-il seulement ? »

Toujours dans la presse, les élections en RDC

La campagne se poursuit en vue des scrutins de fin d’année… sauf dans les provinces du Rutshuru et du Masisi, dans l’Est du pays, en raison de l’insécurité. En cela, la situation autour de Goma est, pour Aujourd’hui au Faso, une illustration de plus que « l’insécurité, qu’elle soit liée à une rébellion ou à du terrorisme, est une menace pour la tenue et la transparence (…) des processus électoraux. »

Autre potentielle menace sur l’équité de cette campagne, pointée par Actualité.cd, « le clan de Moïse Katumbi dénonce déjà une partialité dans le traitement qui lui est réservé à certains endroits. » Un cadre du parti interrogé par le journal accuse ainsi l’équipe du président sortant, Félix Tshisekedi, d’avoir « assuré le monopole d’occupation de tous les panneaux publicitaires » dans certaines villes, et de compliquer encore les choses, car l’avion affrété par Moïse Katumbi « n’a toujours pas été autorisé alors que les formalités ont été remplies dûment », poursuit le titre congolais.

Tous les regards sont donc braqués sur Moïse Katumbi. Avec une question principale, posée par Jeune Afrique : « Katumbi peut-il s’imposer comme le candidat commun de l’opposition ? » Plusieurs candidats ont déjà annoncé se rallier à lui, mais certains, comme Denis Mukwege ou Martin Fayulu, accueillent fraîchement l’initiative ; et, raconte Jeune AfriqueMoïse Katumbi est « soupçonné d’avoir voulu forcer la main de ses collègues. » Quoi qu’il en soit, conclut le magazine, « les dissensions actuelles sont révélatrices des divergences que connaît l’opposition depuis plusieurs semaines » … d’où cette interrogation d’un membre de l’opposition : « que gagne-t-on à rester en-dehors d’un ticket commun ? »

in French

Give title to rank high in google search for this content
                    
                    Oui, et il ne s’agit pas du drapeau du Mali, mais bien de celui des paramilitaires russes du groupe Wagner : une tête de mort blanche, menaçante, sur fond noir, jette son regard sur les habitants de la cité tout juste reprise aux ex-rebelles touaregs. « Tout un symbolerelève Jeune Afrique, qui vient contredire le discours officiel du régime d’Assimi Goïta faisant la part belle à l’armée malienne. »De fait, selon le récit circulant au Mali, Kidal « aurait été exclusivement reconquise par les Forces armées maliennes. » Et le magazine panafricain note encore dans les propos du chef de la junte ou de la télévision nationale, il n’y a « nulle mention des mercenaires de Wagner – même sous le vocable ‘d’instructeurs russes’ habituellement utilisé par les autorités maliennes. » Et ce malgré le rôle, que ET estime « déterminant, » des mercenaires de Wagner, dans la reprise de la ville septentrionale. Le magazine enfonce le clou : la vidéo montrant le drapeau du groupe sur le fort, « confirme ” le ” statut de meneur » des paramilitaires… car ces images « n’aurai[en]t probablement jamais pu être tournée[s] si les mercenaires russes n’avaient une forme d’ascendant sur leurs partenaires maliens. »Réaction courroucée des autorités Heure du sérum pointe que, « les paramilitaires russes auraient voulu porter un coup à la fierté des FAMa (…) qu’ils n’auraient pas agi autrement. (…) Au risque de provoquer l’ire des colonels de Bamako. » De fait, les autorités ont d’abord évoqué, à tort, une fausse information, avant que l’étendard malien soit rétabli au sommet du fort hier en fin d’après-midi. « Pas question pour le colonel Assimi Goïta et ses lieutenants, poursuit le titre burkinabè, de voir écornée cette souveraineté à laquelle ils tiennent tant, » eux qui « en ont fait le pilier et l’étoile polaire de leur combat. »Un coup d’œil à la presse malienne permet de s’en rendre compte : pas un mot du drapeau des paramilitaires russes, en revanche, Mali Actu  mitaine ” la victoire des forces armées maliennes, (…) source de fierté pour le peuple malien », preuve selon le site que « le Mali est capable de se défendre seul contre les terroristes » et leurs soutiens.Questionnements autour d’un charnier Charnier découvert par les FAMa et qu’ils attribuaient aux rebelles du CSP… or, ces derniers ont démenti, hier, et dénoncent, rapporte Heure du sérumune « pure mise en scène que l’armée malienne aurait orchestrée. »Difficile à ce stade de démêler le vrai du faux. Ce qui est certain, c’est que les questions soulevées par cette découverte sont nombreuses : « Qui l’a creusé ? Où est-il localisé ? Combien de corps y sont entassés ? » s’interroge ainsi Heure du sérumdans les pas d’Aujourd’hui au Faso qui se demande « qui a perpétré [ce charnier] ? À quelles fins ? Quelle est l’identité des victimes ? » Les deux journaux burkinabè finissent par partager un même doute : « ce charnier existe-t-il seulement ? »Toujours dans la presse, les élections en RDC La campagne se poursuit en vue des scrutins de fin d’année… sauf dans les provinces du Rutshuru et du Masisi, dans l’Est du pays, en raison de l’insécurité. En cela, la situation autour de Goma est, pour Aujourd’hui au Faso, une illustration de plus que « l’insécurité, qu’elle soit liée à une rébellion ou à du terrorisme, est une menace pour la tenue et la transparence (…) des processus électoraux. »Autre potentielle menace sur l’équité de cette campagne, pointée par Actualité.cd, « le clan de Moïse Katumbi dénonce déjà une partialité dans le traitement qui lui est réservé à certains endroits. » Un cadre du parti interrogé par le journal accuse ainsi l’équipe du président sortant, Félix Tshisekedi, d’avoir « assuré le monopole d’occupation de tous les panneaux publicitaires » dans certaines villes, et de compliquer encore les choses, car l’avion affrété par Moïse Katumbi « n’a toujours pas été autorisé alors que les formalités ont été remplies dûment », poursuit le titre congolais.Tous les regards sont donc braqués sur Moïse Katumbi. Avec une question principale, posée par Jeune Afrique : « Katumbi peut-il s’imposer comme le candidat commun de l’opposition ? » Plusieurs candidats ont déjà annoncé se rallier à lui, mais certains, comme Denis Mukwege ou Martin Fayulu, accueillent fraîchement l’initiative ; et, raconte Jeune AfriqueMoïse Katumbi est « soupçonné d’avoir voulu forcer la main de ses collègues. » Quoi qu’il en soit, conclut le magazine, « les dissensions actuelles sont révélatrices des divergences que connaît l’opposition depuis plusieurs semaines » … d’où cette interrogation d’un membre de l’opposition : « que gagne-t-on à rester en-dehors d’un ticket commun ? »
                                            
    
                   in French

Il s’agit du drapeau des paramilitaires russes du groupe Wagner, qui représente une tête de mort blanche menaçante sur un fond noir. Selon Jeune Afrique, cela contredit le discours officiel du régime d’Assimi Goïta mettant en avant l’armée malienne. Malgré le rôle déterminant des mercenaires de Wagner dans la reprise de la ville septentrionale, les autorités maliennes n’ont pas reconnu leur implication.

Les autorités maliennes ont réagi avec colère en voyant le drapeau des paramilitaires russes hissé sur le fort de Kidal. Elles ont finalement rétabli l’étendard malien au sommet du fort, affirmant que la souveraineté du pays était un pilier de leur combat.

La découverte d’un charnier attribué aux rebelles du CSP soulève de nombreuses questions. Les rebelles ont démenti et ont dénoncé une mise en scène de l’armée malienne, mais il est difficile de démêler le vrai du faux. La presse malienne ne mentionne pas le drapeau des paramilitaires russes et met en avant la victoire des forces armées maliennes, montrant ainsi la capacité du Mali à se défendre contre les terroristes et leurs soutiens.

Lire aussi  La visite de Lavrov en Afrique - memes - Curiosités - tsn.ua

En République Démocratique du Congo, la campagne électorale est menacée par l’insécurité dans certaines régions, notamment autour de Goma. De plus, des accusations de partialité dans le traitement réservé au clan de Moïse Katumbi ont été formulées, mettant en péril l’équité de la campagne électorale.

Moïse Katumbi tente de s’imposer comme le candidat commun de l’opposition, mais des dissensions au sein de l’opposition ont été révélées. Certains membres de l’opposition se demandent s’il est bénéfique de rester en dehors d’un ticket commun.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT