Nouvelles Du Monde

Exode du Hamas vers le Qatar ? | Weltnetz.tv

Exode du Hamas vers le Qatar ?  |  Weltnetz.tv

2023-11-28 01:47:10

Il est douteux que l’objectif annoncé par Benjamin Netanyahu, à savoir détruire complètement les quelque 40 000 combattants du Hamas et garantir une fois pour toutes la sécurité d’Israël, puisse être atteint. Il est difficile, mais plus prometteur, d’arrêter la spirale de la violence et d’initier une détente politique par le biais de compromis. C’est ainsi que le Fatah, qui agissait en terroriste depuis 1959, a pu se transformer en organisation politique.

Après la guerre des Six Jours, au cours de laquelle la Jordanie a perdu la Cisjordanie, le Fatah, la branche militaire de l’OLP, a mené des attaques terroristes en Israël depuis la ville de réfugiés de Karame. Afin de porter un coup décisif au Fatah, qui comptait environ 100 000 combattants, Israël a lancé en mars 1968 une attaque partiellement réussie contre les troupes palestiniennes et jordaniennes à Karamé. Le prestige accru du Fatah a fait de l’OLP une menace pour la monarchie, en particulier lorsqu’elle a subi la pression de forces de résistance plus radicales qui ont fait la une des journaux avec les détournements d’avions de ligne occidentaux. En juin 1970, une guerre civile éclate en Jordanie. Ce n’est qu’avec l’aide des États-Unis et d’Israël que l’armée jordanienne a pu contraindre le Fatah à abandonner ses positions. Grâce à la médiation de l’Égypte, l’OLP et ses combattants restants furent autorisés à se retirer au Liban en septembre 1971.

Lire aussi  The project for school education with Portugal will be expanded.

Bien que militairement affaiblie, l’OLP fut reconnue comme représentante du peuple palestinien à l’ONU en 1974. Comme auparavant en Jordanie, au Liban, elle a réussi à construire une structure sociale et une organisation militaire avec 20 000 combattants qui ont mené des attaques en Israël. Cela représentait également un danger pour l’hégémonie chrétienne dans le Liban biculturel. Les milices de la Phalange Chrétienne ont collaboré avec Israël lors de son attaque contre le Liban en 1982. Les troupes syriennes présentes dans le pays pour renforcer l’OLP ont été déjouées et de grandes parties du Fatah ont été éliminées. Sous prétexte de persécuter les combattants du Fatah, les milices Phalange, avec l’approbation de l’armée israélienne, ont perpétré des massacres dans les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila, qui ont coûté des milliers de vies. Lors des négociations entre les États-Unis et la Syrie, les quelque 10 700 combattants restants ont pu se retirer librement vers la lointaine Tunisie, où ils ne représentaient plus une menace pour Israël.

Lire aussi  Mercenaires célèbres : du héros de guerre à l'armée privée

Afin de mettre fin aux conflits militaires, des dispositions similaires ont été prises lors de la guerre en Syrie. Alors que la défaite des groupes armés soutenus par l’Occident devenait apparente, les États-Unis et l’Arabie saoudite ont élaboré un plan, finalement approuvé par le gouvernement syrien, pour permettre aux rebelles islamistes qu’ils ont vaincus en 2017 et 2018 de passer librement vers la province du nord sous contrôle turc. d’Idlib. On pouvait voir à la télévision des images montrant d’anciens combattants et leurs familles escortés dans des bus et partant, même avec des armes légères.

Depuis que l’OLP a dû se retirer de Tunisie, elle n’est plus active qu’en politique. Le 15 décembre 1988, à Alger, Yasser Arafat a lu la déclaration d’indépendance d’un État palestinien dans les zones reconnues par l’ONU. Il a clairement indiqué que la reconnaissance de l’existence de l’État d’Israël serait également possible si des accords mutuellement convenus étaient conclus. Cela a été tenté avec les Accords d’Oslo, qui ont débuté en 1993, mais la mise en œuvre a été bloquée parce qu’Israël a refusé d’accepter la solution à deux États en commençant à coloniser la Cisjordanie. Contrainte de travailler en étroite collaboration avec Israël, l’autorité autonome a perdu un prestige considérable et le Hamas a pu devenir la branche armée des Palestiniens. Si l’on ne veut pas que la spirale de la violence se poursuive pendant des décennies, un compromis doit être trouvé : libérer les otages en échange du retrait du Hamas, par exemple vers le Qatar.

Lire aussi  Les « arts martiaux individuels » de TSMC amènent les actions taïwanaises à atteindre 20 000 points

L’idée est peut-être déjà dépassée, car une victoire militaire totale d’Israël dans la bande de Gaza semble de plus en plus improbable. Soudain, des négociations ont lieu.


L’article est paru sous le titre Le Hamas s’installe-t-il au Qatar ? Dans Der Freitag n° 46 av. 16 novembre 2023, p.8.



#Exode #Hamas #vers #Qatar #Weltnetz.tv
1701199512

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT