Nouvelles Du Monde

Evadez-vous en avant, quotidien Junge Welt, 17 juin 2024

Evadez-vous en avant, quotidien Junge Welt, 17 juin 2024

2024-06-17 01:00:00

ALESSANDRO DELLA VALLE/Piscine via REUTERS

La probable future chef de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, en Suisse dimanche

L’actuelle et probablement future présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, souhaite apparemment créer des faits dans le débat sur l’adhésion de l’Ukraine à l’UE. Les négociations d’adhésion avec ce pays devraient commencer ce mois-ci, a-t-elle déclaré la semaine dernière lors de la « Conférence sur la reconstruction » à Berlin. A Bruxelles, la date possible du début des négociations a été évoquée le 25 juin, soit dans une semaine.

Von der Leyen a justifié son initiative avant tout par des raisons morales : l’Ukraine « mérite » d’être admise dans l’UE. Elle a réalisé toutes les réformes que Bruxelles lui demandait. Cela contredit tous les rapports sur les déficiences persistantes de l’État de droit et le problème de corruption en Ukraine, mais cela ne devrait plus s’appliquer. L’objectif est d’envoyer un signal à la société ukrainienne selon laquelle, malgré tout, cela vaut la peine de laisser le pays être détruit au nom de la perspective européenne.

Lire aussi  - Peut conduire à une augmentation de la violence politique - VG

En fait, ce n’est plus seulement le président de la Commission qui accélère désormais le rythme. Ces dernières semaines, plusieurs États membres menés par la France ont exigé que les négociations commencent avant que la Hongrie, décriée comme « ukrainiensceptique », ne prenne la présidence tournante du Conseil le 1er juillet. Il s’agit d’un rôle comportant principalement des responsabilités de gestion, et qui donne également à la présidence la possibilité d’accélérer ou de retarder les projets.

Néanmoins, la question se pose de savoir pourquoi l’UE se met ici sous pression. Enfin, après la Hongrie, ce sera au tour de la Pologne d’assurer la présidence du Conseil au premier semestre 2025, et le gouvernement de Varsovie ne parvient pas à agir assez rapidement pour inclure l’Ukraine dans les « structures euro-atlantiques », du moins sur le plan extérieur. Cependant, le début des négociations d’adhésion n’est pas encore l’adhésion elle-même. L’exemple de la Turquie avec laquelle de telles négociations sont censées avoir lieu depuis plus de 20 ans le montre, mais dans la pratique, rien ne s’est produit.

Lire aussi  Dans une affaire historique, la Bulgarie refuse d'extrader un Russe brûlant des passeports qui a critiqué la guerre de Poutine

L’adhésion de l’Ukraine à l’UE bouleverserait probablement l’ensemble de la structure financière de l’UE. Cela signifierait que non seulement les paiements de transfert existants vers les États membres les plus pauvres devraient être presque entièrement redirigés vers l’Ukraine ; Les pays qui bénéficient désormais de ces services deviendraient soudainement des contributeurs nets. Les protestations des agriculteurs en Pologne et ailleurs ont récemment montré une fois de plus quelles difficultés internes cela entraînerait dans certains États membres. Si l’Ukraine devait rejoindre l’UE, son industrie agricole ne se verrait plus refuser un accès sans entrave au marché et l’agriculture européenne existante serait laissée pour compte.

Il s’agit peut-être même d’une arrière-pensée : accélérer le processus d’adhésion afin de ne pas manquer la moitié de l’année de la présidence hongroise du Conseil. Premièrement, du point de vue de sa transformation prévue en une grande puissance capable d’agir dans le sens impérialiste du terme, les subventions agricoles de l’UE sont de l’argent dépensé de manière improductive ; Deuxièmement, l’entrée de produits agricoles ukrainiens bon marché dans le panier de consommation de masse réduirait la valeur du travail dans l’UE et permettrait ainsi des réductions de salaires. Du point de vue de Bruxelles, celles-ci sont souhaitables pour pouvoir rivaliser sur les marchés mondiaux via le prix de revient des produits européens.

Lire aussi  L'Ukraine aura le F-16, ils sont donnés par la Hollande et le Danemark

En général, accélérer le processus d’adhésion de l’Ukraine signifie que l’UE admet implicitement qu’elle devra de toute façon couvrir la majorité des coûts de reconstruction du pays. C’est d’ailleurs peut-être la raison pour laquelle il manque un point dans les exigences par ailleurs maximalistes de la Russie à l’égard de l’Ukraine vendredi : Vladimir Poutine n’a pas commenté une éventuelle adhésion à l’UE et n’a pas demandé son exclusion comme l’OTAN. Il pourrait être heureux si l’UE assume les coûts consécutifs de la guerre, car on ne voit pas clairement comment la Russie pourrait être obligée de le faire – sauf en cas de défaite militaire ; Si l’UE se dispute à cause des conflits de répartition prévisibles dans le cadre de l’adhésion de l’Ukraine, cela est encore plus vrai.



#Evadezvous #avant #quotidien #Junge #Welt #juin
1718642645

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Un F16 s’est écrasé à Halkidiki, le pilote est sain et sauf

F-16 ©Eurokinissi ” )+(“arrêter\”> “).length); //déboguer le contenutts2=document.querySelector(“.entry-content.single-post-content”).innerHTML.substring( 0, document.querySelector(“.entry-content.single-post-content”).innerHTML.indexOf( “” )); contenttts2=contenttts2.substring(contenttts2.indexOf( “fa-stop\”> ” )+(“arrêter\”> “).length);

ADVERTISEMENT