Nouvelles Du Monde

Equateur : Equateur : l’état d’urgence devient la règle

Equateur : Equateur : l’état d’urgence devient la règle

2024-01-10 19:59:05

La police équatorienne prend d’assaut le studio de télévision de Guayaquil

Photo : Stringer/AFP

“Nous ne savons pas, devons-nous sortir ou rester à la maison ?”, se pose cette question mercredi matin à Quito, où elle rend actuellement visite à sa famille. Le journaliste vit habituellement à Hambourg. Mardi, le président Daniel Noboa, 36 ans, a signé le décret 111, un jour après avoir déclaré l’état d’urgence à l’échelle nationale en réponse aux violents affrontements entre bandes criminelles dans plusieurs prisons du pays. Le manque d’information de la part du gouvernement a provoqué la colère de la population. « Les gens se sentent seuls. Bien que l’état d’urgence ait été déclaré la veille, personne ne s’attendait à ce que la situation dégénère aussi rapidement. Mardi après-midi, tout le monde devait rentrer chez soi, mais il n’y avait plus de bus, c’était un pur chaos. Selon la police, au moins dix personnes ont été tuées dans les émeutes. Au cours des 60 prochains jours, l’armée sera déployée dans les prisons et dans les rues du pays, et un couvre-feu nocturne sera appliqué entre 23 heures et 5 heures du matin, a annoncé mardi le chef militaire Jaime Velae. “Je suis curieux de voir si les petits magasins sont ouverts aujourd’hui ; ils en dépendent réellement pour leur survie quotidienne”, déclare Bajaña, décrivant la situation incertaine dans la capitale Quito. “Les écoles sont fermées pour le moment, le télétravail a été annoncé, mais pour beaucoup, ce n’est pas une option”, se demande Bajaña, comment concilier les exigences et la réalité.

7878 meurtres en 2023

L’état d’urgence est un outil populaire en Équateur, mais il n’a pas réussi : Daniel Noboa l’a imposé pour la première fois dans le conflit croissant avec les cartels de la drogue. Son prédécesseur Guillermo Lasso a eu recours à l’état d’urgence à 20 reprises au cours de son mandat de 30 mois avant de convoquer des élections présidentielles anticipées en mai 2023, au milieu d’une procédure de destitution parlementaire à son encontre, à laquelle il ne s’est pas présenté sagement. L’étoile filante Daniel Noboa, alors âgé de 35 ans et plus jeune président de l’histoire du pays, a été élue. Son élection reflète la profonde frustration de la population face à un pays où les gangs de la drogue ont pris le pouvoir. Le taux de meurtres de 46,5 homicides pour 100 000 habitants l’année dernière était le plus élevé de l’histoire du pays, dépassant même ceux du Mexique et du Brésil. En chiffres absolus : en 2023, le précédent record a été battu avec 7 878 ​​homicides, dont seulement 584 ont été résolus. Il y a quelques années encore, l’Équateur était considéré comme l’un des pays les moins violents d’Amérique latine.

Le mandat de Noboa court jusqu’à la fin de la législature prévue mi-2025, soit 18 mois seulement. Il dispose de trois mois depuis sa prise de fonction le 23 novembre. Lors de son investiture, Noboa a déclaré : « Pour lutter contre l’insécurité, nous devons lutter contre le chômage. Le pays a besoin d’emplois.« Mais même si le politicien néolibéral avait eu des concepts appropriés, il n’aurait pas été possible de maîtriser les problèmes pendant cette période.

La dollarisation attire les cartels de la drogue

Noboa a pris le contrôle d’un pays avec un déficit budgétaire de plus de 3 milliards de dollars en 2023 et une dette extérieure qui s’élève à plus de 60 pour cent du produit intérieur brut de l’Équateur. Comparé aux critères de Maastricht de l’UE, ce montant ne répond que légèrement aux exigences, mais il s’agit d’un fardeau immense pour un pays qui doit assurer le service de ses dettes en devises étrangères. La monnaie étrangère s’appelle le dollar et de toute façon, il n’y a pas eu de monnaie locale depuis le début du millénaire. Le sucre inflationniste a été rapidement remplacé par le dollar après une période de transition de six mois le 1er octobre 2000, comme le président ultralibéral Javier Milei en Argentine l’avait également en tête. La dollarisation a incité les cartels de la drogue mexicains et colombiens à transférer une plus grande partie de leur blanchiment et de leur trafic d’argent vers l’Équateur. La négligence des structures étatiques après l’ère autoritaire et sociale-démocrate de Rafael Correa (2007-2017) a fait le reste en donnant aux gangs criminels un espace qu’ils utilisent pour se faire la guerre pour le contrôle des routes du trafic de drogue.

Lire aussi  Élections indonésiennes 2024 : ouverture des bureaux de vote pour la plus grande élection en une seule journée au monde

Le meurtre du candidat à la présidentielle Fernando Villavicencio, le 9 août 2023, a fait la une des journaux internationaux sur la violence en Équateur. “Ces crimes et d’autres visent à imposer des conditions au pouvoir politique et à montrer que les gangs contrôlent largement le pays depuis un certain temps”, explique le politologue équatorien Andrés Chiriboga à BBC Mundo. De son point de vue, le problème est que grâce à l’argent de la drogue, ces gangs sont devenus omniprésents et leurs tentacules s’étendent non seulement jusqu’aux recoins les plus reculés de la société équatorienne, mais aussi, à travers la corruption, jusqu’aux institutions elles-mêmes. “Un facteur important est qu’ils pénètrent dans de nombreux domaines, non seulement au sein de la population, mais aussi au sein de la police et des forces armées”, explique le politologue. C’est la seule façon d’expliquer les évasions de leurs dirigeants, comme celle d’Adolfo Macías, alias « Fito », le week-end dernier. “Fito” est considéré comme le criminel le plus dangereux d’Équateur. Lui et quatre autres personnes de son entourage ont réussi à s’évader de la prison régionale de Guayaquil, ville portuaire et épicentre du trafic de drogue. Auparavant, six prisons avaient été occupées par des détenus qui avaient kidnappé des responsables pénitentiaires et provoqué des affrontements au sein des établissements.

L’Équateur est devenu un centre régional majeur pour le stockage, le traitement et la distribution de drogues, ce qui a renforcé la vingtaine de bandes criminelles opérant dans le pays. Ces gangs, dont les principaux centres de commandement et d’opérations sont situés dans les prisons, sont liés aux grands cartels de la drogue mexicains et colombiens. Ils ne font aucune concession, ni dans les conflits entre eux, ni contre le gouvernement, les institutions ou la société équatorienne.

Noboa a désormais envoyé ses forces armées au combat contre les puissants gangs du pays sud-américain. Les soldats sont censés mener des opérations militaires, comme le précise le décret 111 de mardi. L’Équateur est désormais plongé dans un conflit armé interne pour lutter contre le crime organisé. Le terme conflit armé interne est le langage inventé en Colombie pour désigner le conflit entre les militaires, les guérilleros et les paramilitaires, même si dans ce pays, on parle souvent à tort de guerre civile. Mais les civils, les citoyens, tant en Colombie qu’en Équateur, ne font pas partie du conflit, ils en souffrent plutôt.

Lire aussi  Voter ce dimanche | Présidentielle en Equateur : ce sont les cinq candidats qui se battent pour accéder au second tour

Le décret gouvernemental déclare que les gangs sont des organisations terroristes et des partis de guerre non étatiques qui doivent être éliminés. “Tous ces groupes sont désormais des cibles militaires”, a déclaré mardi le chef militaire Jaime Vela. Peu de temps auparavant, des hommes armés avaient fait irruption dans les locaux de la chaîne de télévision publique TC Televisión, dans la ville portuaire de Guayaquil, lors d’une émission en direct et avaient pris en otage plusieurs journalistes et employés. Des coups de feu et des cris de personnes pouvaient être entendus dans les enregistrements.

Des unités spéciales de la police ont ensuite repris le contrôle de la chaîne de télévision et arrêté 13 suspects. Des armes et des explosifs ont été saisis, a indiqué la police. Les personnes arrêtées sont accusées de terrorisme.

Le cabinet de sécurité s’est réuni pour une réunion au siège du gouvernement à Carondelet. “Nous ne permettrons pas aux groupes terroristes de troubler la paix dans le pays”, a déclaré le président Noboa. Selon un reportage de la chaîne de télévision Ecuavisa, des soldats à bord de véhicules blindés patrouillaient dans le centre historique de la capitale Quito. Le ministère de l’Éducation a annoncé que toutes les écoles du pays resteraient fermées jusqu’à la fin de la semaine. Il est peu probable que le calme qui règne dans les écoles se transmette de sitôt à l’Équateur.

Devenez membre de la nd.Genossenschaft !

Depuis le 1er janvier 2022, le »nd« sera publié comme un journal de gauche indépendant, propriété du personnel et des lecteurs. Soyez là et soutenez la diversité médiatique et les positions visibles de gauche en tant que membre de la coopérative. Remplissez dès maintenant la demande d’adhésion.

Plus d’informations sur www.dasnd.de/genossenschaft



#Equateur #Equateur #létat #durgence #devient #règle
1704918503

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT