Nouvelles Du Monde

El Salvador: procès de l’ancien président Funes pour pacte avec des gangs

El Salvador: procès de l’ancien président Funes pour pacte avec des gangs

2023-04-27 00:26:01

SAN SALVADOIR (AP) – Un tribunal salvadorien a institué mercredi le procès contre l’ancien président Mauricio Funes pour avoir prétendument appelé à une trêve avec des gangs ou des maras afin de réduire le taux d’homicides dans le pays d’Amérique centrale assiégé par ces groupes criminels.

Funes, qui vit au Nicaragua sous la protection du président Daniel Ortega, qui lui a accordé la nationalité nicaraguayenne en 2019 pour éviter son extradition, n’est pas présent au procès dans lequel son ancien ministre de la Sécurité, le général David Munguía Payés, est également poursuivi.

Une réforme pénale approuvée le 21 septembre 2022 permet la tenue de procès en l’absence des prévenus, afin que la procédure judiciaire puisse se poursuivre par contumace.

Funes fait face à des accusations de crimes de groupes illégaux et de manquement à ses devoirs et, s’il est reconnu coupable, pourrait être condamné à une peine pouvant aller jusqu’à 11 ans de prison, tandis que le général Munguía Payes, qui fait face aux mêmes accusations, est ajouté au crime d’actes arbitraires et pourrait recevoir une peine pouvant aller jusqu’à 15 ans de prison.

Lire aussi  Bill Granger a toujours illuminé la pièce – avec des rayons d'enthousiasme, de gentillesse et ce sourire contagieux | Bill Granger

Ce n’est pas le premier cas de prétendues négociations entre des responsables du gouvernement salvadorien et des gangs. Des enquêtes journalistiques et les autorités américaines ont accusé le gouvernement du président Nayib Bukele de négocier également avec les gangs.

Le journal numérique El Faro a publié deux rapports documentant les négociations entre les responsables de l’administration Bukele avec les trois principaux gangs d’El Salvador et un acte d’accusation du bureau du procureur des États-Unis contre des membres de gangs de la Mara Salvatrucha, déposé devant un tribunal fédéral de New York, souligne à deux hauts responsables du gouvernement du président Bukele pour avoir négocié avec le gang une réduction des homicides en échange de prétendus avantages entre 2019 et 2021.

Mais ni au Salvador ni aux États-Unis, il n’y a d’accusation formelle spécifiquement dirigée contre les responsables du gouvernement Bukele pour cette question.

Dans le procès contre Funes, le procureur général de la République soutient qu’il y a intervention dans les télécommunications où “on parle catégoriquement des événements développés dans la trêve avec les gangs et qu’il y a bien eu un accord entre les membres du gang et le ministre de l’époque de la Sécurité, David Munguía Payés, avec l’approbation du Président de la République (Mauricio Funes) ».

Lire aussi  La star de « RHOSLC », Heather Gay, qualifie la positivité corporelle de « gros mensonge » et fait l'éloge d'Ozempic

Selon les accusations, les dirigeants ont été sortis de la prison à sécurité maximale et envoyés dans des prisons où ils ont reçu la visite d’autres membres de gangs en liberté pour planifier leurs activités criminelles. De plus, les autorités pénitentiaires leur permettaient d’apporter toutes sortes d’appareils électriques, de sonorisation, de télévisions, et aussi d’organiser des fêtes avec des femmes qui allaient et venaient sans aucun problème.



#Salvador #procès #lancien #président #Funes #pour #pacte #avec #des #gangs
1682544469

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT