Nouvelles Du Monde

Donald Tusk, l’homme politique qui a stoppé la dérive ultra en Pologne | International

Donald Tusk, l’homme politique qui a stoppé la dérive ultra en Pologne |  International

2023-12-12 07:40:00

Donald Tusk est revenu au sommet de la politique polonaise en tant que Premier ministre. Aussi détesté qu’adulé dans son pays, l’homme politique libéral a réussi à écarter du pouvoir le parti ultraconservateur Droit et Justice (PiS), qui a échoué lundi dans sa tentative de former un gouvernement après les élections d’octobre. Après avoir présidé le Conseil européen, l’une des principales institutions de l’UE, et le Parti populaire européen (PPE), il a décidé de retourner à Varsovie pour en prendre la tête et entreprendre le même voyage qu’en 2007, lorsqu’il avait ramené la Pologne au centre de l’UE. A cette occasion, le dirigeant de 66 ans aborde également la mission de démanteler le système antilibéral construit depuis huit ans par son éternel rival, Jaroslaw Kaczynski, en commençant par restaurer l’État de droit.

Le contexte politique polonais dans lequel Tusk émerge à nouveau lui donne une image ouverte et presque progressiste par rapport au PiS, mais le Premier ministre n’est pas révolutionnaire. Au cours de son précédent mandat, le dirigeant a défendu des positions dures à l’égard des réfugiés, n’a pas envisagé de mesures sociales telles que la légalisation de l’avortement et a mis en pratique des postulats économiques libéraux. Le nouveau Tusk a évolué sous certains aspects et a intégré davantage d’initiatives sociales dans son programme, mais il reste en phase avec les Européens populaires sur des questions telles que la baisse des impôts, la réduction du poids de l’État ou le rejet de l’immigration, et donc en retard sur certains points dans le la reconnaissance des droits LGBTI, par exemple. A Bruxelles, on attend l’ancien partenaire pro-européen et constructif, mais son profil n’est ni facile ni docile.

Tusk est l’ennemi public numéro un pour de nombreux Polonais et un héros pour d’autres. Selon une enquête IBRiS pour le journal République, 41,8% ont une image négative du nouveau Premier ministre, contre 31,2% qui en ont une positive. Il semble que ses détracteurs et admirateurs parlent de personnes différentes lorsqu’ils font référence à lui. Pawel Jablobski, député du PiS et ancien secrétaire d’État au ministère des Affaires étrangères, le définit comme « un homme politique sans scrupules, capable de tout pour obtenir ce qu’il veut ». Il utilise également les mots « arrogant » et « dictateur », qui « refuse de discuter avec quiconque n’est pas d’accord avec lui ». Une source de son équipe au sein du PPE ne ménage cependant pas ses éloges et assure qu’il est concentré et stratège ; humble, intelligent; une personne à l’écoute de chacun, peu importe qui il est, et qui est capable d’évoluer et de changer d’avis.

Lire aussi  Un juge de Terrebonne tranche un litige hospitalier

L’image que de nombreux Polonais ont du leader parti à Bruxelles en 2014 est en partie façonnée par les campagnes de discrédit du PiS. Jacek Kucharczyk, président du groupe de réflexion Institute of Public Affairs, rappelle que Tusk a été accusé de « choses horribles », comme être responsable de la mort de Lech Kaczynski, le frère jumeau de Jaroslaw, décédé en 2011 alors qu’il était président avec d’autres hauts fonctionnaires dans un accident d’avion. Lors de la campagne pour les élections du 15 octobre, les médias publics l’ont décrit avec insistance comme un traître prêt à vendre son pays à Bruxelles, une marionnette au service de l’Allemagne et même de la Russie. Mais Tusk n’est pas non plus recherché à gauche.

Kucharczyk reconnaît son « admiration » pour le leader de la Plateforme civique, qui assume le gouvernement de Pologne en coalition avec les démocrates-chrétiens de la Troisième Voie et de Gauche (Lewica). “C’est l’un des dirigeants politiques les plus impressionnants que la Pologne ait eu depuis 1989, sinon le plus”, dit-il au téléphone, soulignant sa capacité à évoluer, “en restant un libéral centriste”. «C’est une sorte de politicien qui pratique les essais et les erreurs et qui, en même temps, n’abandonne jamais», dit-il.

Un passé solidaire

Rejoignez EL PAÍS pour suivre toute l’actualité et lire sans limites.

S’abonner

Fils d’un charpentier et d’une infirmière, Tusk est né et a étudié l’histoire à Gdansk, berceau du légendaire syndicat Solidarité qui a conduit à la chute du régime communiste, qu’il a rejoint en 1980. Avant de se lancer en politique, il a travaillé plusieurs années comme maçon, spécialisé dans les travaux en hauteur, et peintre industriel. À la suite des premières élections semi-démocratiques du pays en 1989, qui ont conduit à la chute du régime, Tusk a participé à la création de deux partis libéraux inspirés des théories économiques de Thatcher et Reagan, avant de fonder Civic Platform en 2001.

Le nouveau parti a concouru aux élections de 2001 avec le parti Droit et Justice des Kaczynski, lui aussi issu de Solidarité, récemment créé. Les jumeaux ont gagné en défendant le pays, l’Église et la famille. En 2005, Tusk était en compétition avec Lech pour la présidence du pays. Dans sa tentative de convaincre certains électeurs du PiS, il s’est tourné encore plus à droite et a même célébré un mariage religieux avec la mère de ses deux enfants. Mais un Kaczynski a encore gagné.

Lire aussi  Ramaphosa d'Afrique du Sud brigue un second mandat à la tête du parti

À cette époque, le PiS était déjà fortement engagé dans des affrontements avec l’UE, que la Pologne venait de rejoindre en 2004, et ouvertement en conflit avec l’Allemagne et la Russie. En 2007, après des scandales de corruption très médiatisés et d’écoutes illégales, Tusk a remporté des élections anticipées. Comme aujourd’hui, il a été proposé de placer le pays au centre de l’UE. « Dans les deux cas (hier et aujourd’hui), cela a été crucial pour stabiliser la démocratie polonaise », souligne Kucharczyk.

Le premier gouvernement Tusk a réussi à éviter la crise économique, mais a commis des erreurs dont, selon Kucharczyk, il a tiré des leçons, comme ne pas licencier les personnes fidèles au PiS dans les institutions qui se sont ensuite consacrées à torpiller son gouvernement. Son second mandat, qu’il ne s’est pas précipité pour quitter à Bruxelles, a été marqué par des affaires de corruption et de contestations sociales. «Beaucoup de gens se souviennent de ces années comme d’une période de crise économique et de lois antisociales, comme l’allongement de l’âge de la retraite. Cela a généré beaucoup de rejets», souligne le député Jablonski.

En tant que président du Conseil européen entre 2014 et 2019, Tusk a vu passer devant lui toutes sortes de crises, comme les chocs de l’euro et la crise de la dette, la crise des réfugiés en 2015 et 2016, et surtout le Brexit. Après avoir été nommé président du Conseil européen, le dirigeant polonais a appris l’anglais en un temps record, mais il a surtout perfectionné ses capacités de négociation pour parvenir à des accords. Il devient ensuite président du Parti populaire européen.

À Bruxelles, on se souvient qu’il se rendait au siège du PPE à pied ou en scooter, comme le raconte un membre de son équipe. Sa vie était plus paisible qu’en Pologne, où la police a contrecarré ses projets d’attaque contre lui et sa famille. Mais en mai 2022, il décide de revenir dans la politique polonaise. Selon la même source, le dirigeant a affirmé que c’était dû à son pays et qu’il estimait qu’il se trouvait face à “la dernière opportunité d’arrêter le cours vers la Hongrie”.

Coup de pouce pour la plateforme civique

Son retour a propulsé Plataforma Cívica dans les sondages, où elle était en chute libre. Le Tusk revenu de Bruxelles continue de défendre l’économie libérale, mais il a appris de ses erreurs, par conviction ou par opportunisme : il ne remet plus en cause les aides sociales du PiS, mais promet de les maintenir. Il s’est également tourné à gauche sur certaines questions sociales, comme la légalisation de l’avortement et la séparation de l’Église et de l’État. Et en plus des villes, il a décidé de visiter la Pologne rurale.

Lire aussi  Gambit, le nouvel Observatoire a été installé

La campagne électorale a été féroce. Il s’est retrouvé une fois de plus face à Kaczynski dans un combat que tous deux considéraient comme définitif : la démocratie, l’État de droit et l’UE contre la souveraineté nationale et les valeurs chrétiennes. Droit et Justice était le parti ayant obtenu le plus de voix, mais l’opposition libérale dirigée par Tusk disposait de la majorité nécessaire pour gouverner. “En 2007 comme aujourd’hui, il m’est difficile d’imaginer la défaite des dirigeants totalitaires sans leur leadership”, note le politologue Kucharczyk.

Le gouvernement Tusk commencera son mandat, cette fois, en nettoyant les institutions publiques et les entreprises des personnes placées par le PiS et en reconstruisant l’État de droit. Ce ne sera pas une législature placide. Il devra vivre avec l’opposition prévisible du président Andrzej Duda, mais il en a aussi l’expérience, après avoir gouverné sous la présidence de Lech Kaczynski. Droit et Justice a commencé à s’en prendre à l’Exécutif avant même son arrivée au pouvoir et attend patiemment l’effondrement de la coalition : « Ils ont de nombreuses divergences politiques. La seule chose qui les unit, c’est d’agir contre le PiS », déclare Jablonski. Vendredi dernier, Tusk s’est décrit comme « un accord ambulant ».

L’investiture de Tusk est prévue ce mercredi, après le vote de confiance à son gouvernement prévu mardi. Le nouveau Premier ministre veut participer au Conseil européen de cette semaine et remettre la Pologne à la table où les décisions se prennent à Bruxelles et qu’il connaît parfaitement. Dans la capitale européenne, dit l’intéressé de son ancienne équipe, il incarne l’espoir, la possibilité d’un retour de l’ultra courant.

Suivez toutes les informations internationales sur Facebook oui Xou notre newsletter hebdomadaire.

Abonnez-vous pour continuer la lecture

Lire sans limites

_




#Donald #Tusk #lhomme #politique #qui #stoppé #dérive #ultra #Pologne #International
1702372388

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Un F16 s’est écrasé à Halkidiki, le pilote est sain et sauf

F-16 ©Eurokinissi ” )+(“arrêter\”> “).length); //déboguer contenttts2=document.querySelector(“.entry-content.single-post-content”).innerHTML.substring( 0, document.querySelector(“.entry-content.single-post-content “).innerHTML.indexOf( “” )); contenttts2=contenttts2.substring(contenttts2.indexOf( “fa-stop\”> ” )+(“arrêter\”> “).length);

ADVERTISEMENT