Nouvelles Du Monde

Des centaines de prêtres et d’érudits s’opposent aux suppliants de François et de Fiducia

Des centaines de prêtres et d’érudits s’opposent aux suppliants de François et de Fiducia

2024-02-23 14:15:00

Un groupe d’environ 90 religieux, universitaires et auteurs ont publié aujourd’hui une déclaration, se joignant au chœur des voix catholiques s’opposant au document approuvé par le pape Fiducia Supplicans, qui autorise la bénédiction des couples homosexuels et d’autres couples en union irrégulière.

En la fête de la Présentation du Seigneur, Environ 90 membres du clergé, universitaires et auteurs publient une déclarationqui rejoint le chœur des voix catholiques soutenant le document approuvé par le pape Implorant la confiance qui permet des bénédictions pour les couples homosexuels et autres couples en union irrégulière. Les signataires s’adressent aux évêques et cardinaux de l’Église catholique, les invitant à interdire de telles bénédictions dans leurs diocèses et à demander au pape François de retirer le document.

Depuis la publication de cet appel filial le 2 février, un évêque, plus de 100 prêtres et des centaines d’érudits catholiques du monde entier s’y sont joints. Les nouveaux signataires comprennent Mgr Joseph Strickland, Dr. Gavin Ashenden (ancien évêque anglican et catholique converti), le professeur Josef Seifert, le Dr. Janet Smith, Dr. Timothy Flanders (rédacteur en chef de OnePeterFive.com), le Père Janvier Gbénou (connu sous son pseudonyme de Père Jesusmary), Luigi Casalini (rédacteur en chef du blog italien Messainlatino), le Dr. Claude E. Newbury et le Dr. Thomas Ward, professeur John Rao, auteur catholique Leila Miller, père Donald Calloway, père Lee Bennett, père Jerry J. Pokorsky, père Timothy Sauppé, père Phillip W. DeVous, père Denis M. Donahue, père Gerard M. Byrne (Angleterre) , Père Eunan Mc Donnell PHD (Irlande), Père Jakub Ostrożański RCI, Père Krzysztof Kukulka OFMConv. (Pologne), Père Jean-Paul Tidi Makambila (Congo), Père Gabriel Sukharsky (Ukraine), Père Viktor Bilous (Ukraine), Père Michael E. Rodríguez, Père Edmund A Castronovo, Père Carlos Miguel Viego, Ph.D., Fr Dwight P. Campbell, STD, JD, professeur André Villeneuve et père John P. Lovell.

Les signataires appellent les évêques et les cardinaux de l’Église catholique à s’exprimer contre le document et à l’empêcher. Ils soulignent qu’un « groupe pertinent d’évêques mondiaux » l’a rejeté parce qu’il contredit manifestement l’Écriture et la tradition de l’Église. Même des cardinaux comme Robert Sarah et Gerhard Müller se sont prononcés contre ce document du Vatican.

L’appel de la branche argumente contre le document comme suit :

« Par conséquent, le signe concret donné avec une telle bénédiction devant le monde entier est que, selon l’Église catholique, les « couples irréguliers », aussi bien extraconjugaux qu’homosexuels, seraient désormais acceptables devant Dieu, précisément dans le type d’union qu’ils spécifiquement représentent configurés par paires. Cela n’a pas non plus de sens de séparer le « couple » de l’« union », comme a tenté de le faire le cardinal Fernández, puisqu’un couple est un couple parce qu’il existe à travers l’union qui lui donne l’existence. »

Lire aussi  Des structures géantes reliant l'univers découvertes

Face à la gravité de ce nouveau document, les signataires appellent les évêques à ne surtout pas garder le silence, car le scandale qui s’est déjà produit est grave, public et, s’il n’est pas arrêté, il continuera à s’accroître.

Parmi les signataires figurent de nombreuses personnalités et figures célèbres de la résistance à François, notamment le père Gerald Murray, le père Robert Sirico, le père Glen Tattersall, le diacre Nick Donnelly, le professeur Claudio Pierantoni, le Dr. Peter Kwasniewski, le professeur John Lamont, le professeur Roberto de Mattei, le professeur Anna Silvas, le Dr. Gerard van den Aardweg et les professeurs John et Anna Rist. Parmi les journalistes figurent Philip Lawler, son épouse Leila et Eric Sammons, ainsi que le rédacteur en chef de LifeSite, John-Henry Westen.

Cet appel de branche sera publié simultanément en plusieurs langues sur des sites Internet tels que Infovatikana.com (espagnol), Katholisches.info (allemand), Sandro Magister (italien et français), Crisis Magazine, InfoCatólica, Edward Pentin et bien d’autres encore.

Certaines personnalités notables ont déjà qualifié le document d’« échec » et soutenu qu’il devait être « réécrit ».

Les prêtres, les érudits et les personnalités publiques sont toujours invités à ajouter leur signature à cet appel de branche. Vous pouvez le faire avant le 15 février à [email protected]. Une liste mise à jour sera publiée le 17 février.

Veuillez consulter le texte intégral de l’appel de la branche ici :

Appel de la branche à tous les cardinaux et évêques de l’Église catholique

Éminences, Excellences,

Nous, soussignés prêtres catholiques, érudits et auteurs, vous écrivons à l’occasion du dernier document publié par le Dicastère pour la doctrine de la foi, Implorant la confiancequi a provoqué tant de scandale dans l’église au cours de la dernière période de Noël.

Comme on le sait, une partie importante des évêques du monde l’a pratiquement rejeté en raison de sa rupture évidente avec l’Écriture et la tradition de l’Église. Vingt conférences épiscopales, des dizaines de prélats et même des cardinaux occupant les plus hautes fonctions, comme le cardinal Müller et le cardinal Sarah, ont rendu un verdict de condamnation clair. Les conférences du clergé catholique en Grande-Bretagne, aux États-Unis et en Australie ont fait de même. Jamais dans l’histoire de l’Église catholique un document du Magistère romain n’a reçu un rejet aussi fort.

Malgré sa réaffirmation explicite de l’enseignement traditionnel de l’Église sur le mariage, il s’avère que la pratique pastorale permise par le document va directement à l’encontre de cet enseignement. À tel point que le document a été accueilli très positivement par les quelques conférences épiscopales et prélats qui réclament ouvertement depuis des décennies un changement dans l’enseignement de la moralité sexuelle. Il est évident que le message pratique véhiculé par cette nouvelle déclaration est bien plus conforme au programme et aux idées de ceux qui souhaitent changer la doctrine qu’à la doctrine elle-même, que le document prétend garder intacte.

Lire aussi  Laura Luchetti raconte une scène du domaine de La Bella (Vidéo)

Le document tente effectivement d’introduire une séparation entre la doctrine et la liturgie, d’une part, et la pratique pastorale, d’autre part. Mais cela est impossible : en effet, la pastorale, comme toute action, présuppose toujours une théorie et lorsque la pastorale réalise quelque chose qui ne correspond pas à l’enseignement, un enseignement différent est en fait proposé.

La bénédiction d’un couple (qu’elle soit « liturgique » ou « pastorale ») est pour ainsi dire une indication naturelle. Le geste concret dit évidemment quelque chose et a donc un effet communicatif naturel et immédiat qui ne peut être artificiellement modifié par les réserves verbales du document. Une bénédiction en tant que telle implique toujours une approbation de ce qui est béni, dans le langage universel de l’humanité.

Le signe concret donné avec une telle bénédiction devant le monde entier est donc que, selon l’Église catholique, les « couples irréguliers », aussi bien extraconjugaux qu’homosexuels, seraient désormais acceptables devant Dieu, précisément dans le type d’union qu’elle définit spécifiquement. comme paires configurées. Cela n’a pas non plus de sens de séparer le « couple » de l’« union », comme a tenté de le faire le cardinal Fernández, puisqu’un couple est un couple parce qu’il existe à travers l’union qui lui donne l’existence.

Le fait que d’autres circonstances significatives et fortuites telles que le moment, le lieu ou les embellissements tels que les fleurs et les robes de mariée soient exclues de l’intrigue ne change pas la nature de l’intrigue dans la mesure où le geste central et essentiel est préservé. De plus, nous savons tous par expérience ce que valent de telles restrictions et combien de temps elles durent.

Le fait est qu’un prêtre bénit deux personnes qui se présentent comme un couple au sens sexuel, précisément comme un couple défini par leur relation objectivement pécheresse. Par conséquent – quelles que soient les intentions et les interprétations du document ou les explications que le prêtre tentera de donner – cet acte sera le signe visible et tangible d’un autre enseignement qui contredit l’enseignement traditionnel.

Nous rappelons que l’enseignement traditionnel en la matière doit être considéré comme infaillible, car il est clairement confirmé par l’Écriture et la tradition, une tradition universelle et ininterrompue, ubique et sempre. Et il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une doctrine de droit naturel qui n’admet aucun changement.

Dans la pratique, les croyants ne seront même pas conscients des justifications théoriques subtiles introduites dans la Déclaration, sans parler de celles ajoutées à la Déclaration lors de la récente clarification. Le message qui est effectivement véhiculé et que le peuple de Dieu et le monde entier va inévitablement et déjà enregistrer est le suivant : l’Église catholique a enfin évolué et accepte désormais les unions homosexuelles et, plus généralement, les unions extraconjugales.

Lire aussi  Les rejets d'égouts de l'usine de traitement des eaux usées de Corteva Agriscience entraînent une odeur, la fermeture du parc Harbour Beach

Cette situation justifie pleinement le rejet résolu de tant de conférences épiscopales, de tant de prélats, de tant d’érudits et de tant de croyants ordinaires. Dans ce contexte, il n’est certainement pas justifié, surtout pour un cardinal ou un évêque, de garder le silence, car le scandale qui a déjà eu lieu est grave et public et, s’il n’est pas arrêté, il continuera à s’intensifier. La menace ne devient pas plus petite, mais plus grave, puisque l’erreur vient de l’âme romaine et est destinée à scandaliser tous les croyants et surtout les plus petits, les simples croyants qui n’ont aucun moyen de s’orienter et de se défendre dans cette confusion. offense un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on lui accroche au cou une meule et qu’on le noie dans la mer » (Matthieu 18, 6).

Les bergers et tous ceux qui ont des responsabilités dans l’Église ont été désignés comme sentinelles : « Quand la sentinelle voit venir l’épée et ne sonne pas du cor, de peur que le peuple ne soit averti, et quand l’épée vient et tue l’un d’eux, il périra à cause de lui, mais je demanderai son sang au gardien » (Ézéchiel 33 :6).

À la lumière de ce qui précède, nous vous implorons de faire ce qui suit :

(1) Suivez l’exemple courageux de tant de frères évêques à travers le monde : veuillez interdire immédiatement l’utilisation de ce document dans votre diocèse.

(2) Demander directement au Pape de retirer ce déplorable document, qui contredit l’Écriture et la tradition universelle et ininterrompue de l’Église et qui provoque évidemment un grave scandale.

En ce moment difficile, une parole claire de vérité serait le meilleur exemple de votre dévouement fidèle et courageux au peuple de Dieu qui vous a été confié, un signe de fidélité à la véritable mission de la Papauté et en même temps la meilleure aide pour le Pape lui-même, une claire “correction fraternelle” dont il a un besoin urgent en ce moment dernier et le plus critique de son pontificat et probablement de sa vie. Si vous agissez rapidement, il reste encore de l’espoir qu’il puisse sauver son pontificat et sa propre personne d’une tache qui autrement pourrait peser de manière indélébile sur lui, non seulement dans l’histoire mais dans l’éternité.



#Des #centaines #prêtres #dérudits #sopposent #aux #suppliants #François #Fiducia
1708777383

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT