Nouvelles Du Monde

»Dans les années 40 au plus tôt« (quotidien Junge Welt)

»Dans les années 40 au plus tôt« (quotidien Junge Welt)

2023-06-23 01:00:00

Une bonne idée? Les anneaux dans leur propre pays

Avec la “Journée olympique” de cette année le 23 juin, la Confédération allemande des sports olympiques, DOSB, associe un autre espoir à ramener les Jeux Olympiques en Allemagne après “Munich 1972”. Au début de l’année, une équipe de cinq personnes a été créée au sein de l’organisation faîtière, soutenue par un “groupe de pilotage” avec plus d’une douzaine d’experts. Que pensez-vous de ce projet ?

Je peux très bien comprendre le désir des dirigeants actuels du sport national d’accueillir à nouveau les Jeux olympiques et paralympiques en Allemagne après de nombreuses décennies. La liste pour cela me semble un peu opulente, mais grâce à la très bonne situation de trésorerie de la faîtière après plusieurs années de consolidation, la DOSB peut évidemment se permettre aujourd’hui une démarche aussi complexe.

Il y a deux ans, vous avez vécu de première main comment une candidature de la région Rhin-Ruhr pour les Jeux d’été de 2032 a échoué dès le début, lorsque le vainqueur a été soudainement choisi – l’Australien Brisbane – onze ans incroyables avant l’événement. Immédiatement après tu as dit, le Comité international olympique avait “laissé les candidats allemands croire du mauvais côté”, c’est-à-dire trompés. Le voyez-vous toujours de la même manière de loin ?

Lire aussi  Morata prêt à livrer le Soulier d'or de la Coupe du monde à la maison de Mbappe, tant que...

Rien n’a changé dans notre évaluation à l’époque; et je suis convaincu que l’Allemagne n’aura de chances réalistes de succès qu’à l’expiration du mandat du président du CIO, Thomas Bach. Alors qu’il a toujours insisté sur le fait qu’il rêvait de jouer en Allemagne avec nous, il a pris une direction complètement différente dans les coulisses à la fois dans les cas de Munich et de Hambourg et de la récente éventuelle candidature Rhein-Ruhr. Mais après la fin de son mandat à la direction du CIO à partir de 2025, il y aura, espérons-le, de nouvelles perspectives.

Après la désillusion de 2021, Veronika Rücker, alors présidente du DOSB, a critiqué le fait qu’il n’y avait “aucune clarté” et “aucune fiabilité” pour les candidats depuis que le CIO a dit au revoir au processus de candidature habituel. La procédure semble complètement non transparente et arbitraire. Une candidature sérieuse est-elle encore possible dans de telles conditions ? Surtout si la population est à emmener ?

Lire aussi  Rapport de match récent - ENG Women vs WI Women 2nd ODI 2022/23

En raison de ce manque de transparence, il sera très difficile en Allemagne d’enthousiasmer la majorité des citoyens d’une ville ou d’une région pour un tel projet. Cela signifie un risque considérable pour les organisateurs, c’est pourquoi bon nombre d’entre eux ont personnellement échoué au cours de la dernière décennie. Je pense que le successeur à la tête du CIO devra d’abord mettre en œuvre et mettre en œuvre une nouvelle correction de cap dans la répartition avant que les jeux dans les pays démocratiques puissent être à nouveau mis en œuvre en toute bonne conscience. Cela devrait donc prendre une autre décennie, et à cet égard, je vois le succès allemand dans les années 1940 au plus tôt.

Au cours des 30 dernières années, sept tentatives allemandes ont échoué, certaines avec fracas. Pour 2036 et au-delà, des candidats comme le Qatar et l’Arabie saoudite, où l’argent n’est pas un problème, se disputent déjà la direction. Une entreprise sans espoir ?

La question d’une commercialisation croissante du CIO et surtout de l’idée olympique dépend de façon cruciale de son leadership futur. S’il n’y a pas de rupture de personnel au sommet, il sera difficile pour l’Allemagne de survivre avec succès à la concurrence mondiale de plus en plus rude.

Lire aussi  Le Mercer County Community College nomme un nouveau directeur des sports

Lors de la prochaine assemblée générale de la DOSB en décembre, une décision sera prise sur une autre candidature. Pour un pays avec le plus grand nombre de pistes de bobsleigh et de luge au monde, des installations de saut à ski en masse et suffisamment de salles pour les patineurs artistiques et les patineurs de vitesse, seuls les Jeux d’hiver seraient vraiment remis en question, n’est-ce pas ?

Les opportunités dans les sports d’hiver seraient sans aucun doute beaucoup plus grandes qu’en été. Mais je crains qu’à Munich et dans la région alpine, l’ambiance envers le CIO ne soit encore pire qu’elle ne l’était en 2013. À cette époque, comme on le sait, nous n’avons pas réussi à convaincre la majorité de la population dans aucun des quatre régions concernées pour le projet. Après une décennie de travail de Thomas Bach à la tête du CIO, les conditions ne se sont certainement pas améliorées.



#Dans #les #années #tôt #quotidien #Junge #Welt
1687640103

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT