Complication d’isolement ? Les États-Unis trouvent qu’il est difficile d’éviter la Russie

WASHINGTON (AP) – L’administration Biden aime dire que la Russie s’est isolée au niveau international en raison de son invasion de l’Ukraine. Pourtant, les hauts responsables de Moscou n’ont guère été cloîtrés au Kremlin. Et maintenant, même les États-Unis veulent parler.

Le président Vladimir Poutine a rencontré des dirigeants mondiaux, dont le président turc Recep Tayyip Erdogan, dont le pays est membre de l’OTAN. Pendant ce temps, son meilleur diplomate, Le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov fait le tour du monde en souriant, en serrant la main et en posant pour des photos avec des dirigeants étrangers, y compris des amis des États-Unis

Et mercredi, le secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré qu’il souhaitait mettre fin à des mois d’éloignement diplomatique américain au plus haut niveau avec Lavrov pour discuter de la libération des détenus américains ainsi que des questions liées à l’Ukraine. L’appel n’a pas été programmé mais est attendu dans les prochains jours.

Les poignées de main et les appels téléphoniques jettent le doute sur un élément central de la stratégie américaine visant à mettre fin à la guerre en Ukraine : cet isolement diplomatique et économique, ainsi que les revers sur le champ de bataille, forceraient finalement la Russie à renvoyer ses troupes chez elle.

Alors même qu’il annonçait des plans pour l’appel, Blinken continuait d’insister sur le fait que la Russie était effectivement isolée. Il a fait valoir que le voyage de ses hauts responsables est purement un contrôle des dégâts et une réaction aux critiques internationales auxquelles Moscou est confrontée pour la guerre en Ukraine.

Les responsables américains affirment que la Russie tente de consolider les quelques alliances qui lui restent, dont certaines sont des adversaires américains comme l’Iran. Mais des pays qui sont ostensiblement des partenaires américains, comme l’Égypte et l’Ouganda, accueillent également chaleureusement les meilleurs Russes.

Et après avoir soutenu depuis février qu’il ne sert à rien de parler à la Russie parce que la Russie n’est pas sérieuse en matière de diplomatie et qu’on ne peut pas lui faire confiance, les États-Unis ont admis qu’ils devaient également s’engager avec Moscou.

La sensibilisation du public à Lavrov combinée à l’annonce d’une “proposition substantielle” à la Russie pour obtenir la libération des Américains détenus Paul Whelan et Britney Griner en a surpris plus d’un.

UN Conversation Blinken-Lavrov serait le contact au plus haut niveau entre les États-Unis et la Russie depuis le 15 février, avant l’invasion russe, et pourrait préparer le terrain pour d’éventuelles discussions en personne, bien que les responsables de l’administration disent qu’il n’y a aucun plan pour cela.

Le Kremlin s’est vraisemblablement réjoui de la nouvelle selon laquelle les États-Unis recherchent maintenant un engagement et retarderont probablement le processus d’organisation d’un appel pour obtenir un avantage maximal.

“Ils vont faire traîner cela et essayer de nous humilier autant qu’ils le peuvent”, a déclaré Ian Kelly, un diplomate de carrière à la retraite qui a été ambassadeur des États-Unis en Géorgie dans les administrations Obama et Trump. “Je ne pense pas que cela corresponde à la politique générale (de l’administration).”

Kelly a déclaré que la demande d’appel est “contre-productive pour nos efforts plus larges pour isoler la Russie”.

“D’autres pays examineront cela et diront:” Pourquoi ne devrions-nous pas traiter avec Lavrov ou les Russes plus largement? “”, A-t-il déclaré.

Déjà, les appels occidentaux pour convaincre les pays d’Asie, d’Afrique et du Moyen-Orient d’éviter la Russie semblent avoir été ignorés car Lavrov parcourt le monde.

Pourtant, Blinken a minimisé l’importance du globe-trotter de Lavrov. Il a déclaré que c’était une réponse à l’accueil froid que la Russie a reçu des pénuries de blé et de céréales liées à l’Ukraine qui sévissent actuellement dans de grandes parties du monde en développement, d’autant plus qu’un accord soutenu par les Nations Unies pour libérer ces approvisionnements n’a pas encore été mis en œuvre.

“Ce que je vois, c’est un jeu de défense désespéré pour essayer d’une manière ou d’une autre de justifier devant le monde les actions que la Russie a prises”, a déclaré Blinken. “En quelque sorte, essayer de justifier ce qui est injustifiable.”

Les responsables américains et européens soulignent que la Russie a fait l’objet de vives critiques pour l’invasion de l’Ukraine et les pénuries de sécurité alimentaire et énergétique qui en ont résulté.

Les responsables de l’administration Biden, dont Blinken, ont noté avec satisfaction que Lavrov avait choisi de laisser un récente réunion des ministres des Affaires étrangères du G-20 en Indonésie après avoir écouté une litanie de plaintes de leurs homologues concernant l’impact mondial de la guerre.

Malgré cela, rien n’indique que la Russie sera exclue des grands événements internationaux tels que le Forum régional de l’ASEAN la semaine prochaine, l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre ou un trio de sommets de dirigeants en Asie qui se tiendra en novembre.

La Russie continue d’entretenir des liens étroits avec la Chine, l’Inde et de nombreux pays en développement d’Asie et d’Afrique. Beaucoup dépendent de la Russie pour l’énergie et d’autres exportations, bien qu’ils dépendent également de l’Ukraine pour les céréales.

L’Inde n’a pas boudé la Russie malgré son appartenance au soi-disant “Quad” avec les États-Unis, l’Australie et le Japon. Avec une relation étroite de longue date avec la Russie, l’Inde a augmenté ses importations d’énergie en provenance de Russie malgré la pression des États-Unis et de l’Europe, qui est s’éloigner du gaz et du pétrole russes.

L’Inde, par exemple, a utilisé jusqu’à présent près de 60 millions de barils de pétrole russe en 2022, contre seulement 12 millions de barils en 2021, selon la société de données sur les matières premières Kpler.

De l’autre côté de la médaille, les Philippines, un allié américain au traité, ont annulé cette semaine un accord pour l’achat de 16 hélicoptères de transport militaire russes en raison des craintes d’éventuelles sanctions américaines.

Le ministère russe des Affaires étrangères a joyeusement contré les affirmations de l’isolement de la Russie en tweetant des photos de Lavrov dans diverses capitales mondiales.

Parmi les photos : Lavrov à la réunion du G-20 à Bali avec les ministres des Affaires étrangères chinois, indien et indonésien ; en Ouganda avec le président Yoweri Museveni, un partenaire américain de longue date ; et en Égypte avec le président Abdel-Fattah el-Sisi, également partenaire des États-Unis, dont le pays reçoit chaque année des milliards de dollars d’aide américaine.

___

Ashok Sharma à New Delhi et Jim Gomez à Manille y ont contribué.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT