ČEZ a commencé sa sortie de Turquie, a signé un accord sur la vente de sa participation dans Akcez

Le dénouement de la transaction est également conditionné à la mise en place d’un financement bancaire. La vente de la participation dans Akcez fait partie du plan stratégique de CEZ visant à céder une partie de ses actifs sur des marchés sélectionnés et à se concentrer sur la décarbonisation de son portefeuille de production et le développement de sources renouvelables et de services énergétiques modernes en République tchèque et en Europe. ČEZ en a informé aujourd’hui dans un communiqué de presse.

Akcez détient ČEZ avec son partenaire turc Akkök Holding. Les acheteurs sont la société turque Torunlar Enerji Sanayi ve Ticaret et Başkent Dogalgaz Dagitim Gayrimenkul Yatirim Ortakligi du groupe Torunlar. Akcez comprend trois filiales actives dans la distribution d’électricité, la vente d’énergie et les services énergétiques.

ČEZ a lancé le processus de vente en coopération avec son partenaire Akkök l’été dernier après avoir testé l’intérêt préliminaire d’investisseurs potentiels. Après avoir soumis des offres contraignantes, ČEZ a accepté les conditions de la vente de sa participation de cinquante pour cent dans Akcez à l’investisseur turc Torunlar Group. Akkök reste dans le projet. La transaction doit encore être approuvée par l’autorité antimonopole et le régulateur de l’énergie en Turquie. Pour mener à bien la transaction, il est également important de négocier les conditions du refinancement du prêt existant. Le conseiller pour la vente était la banque d’investissement internationale Citi et la banque d’investissement turque İş Yatırım.

Torunlar Enerji Sanayi ve Ticaret est une société holding d’investissement turque et l’actionnaire majoritaire de Başkent Dogalgaz Dagitim Gayrimenkul Yatirim Ortakligi. Başkentgaz est le deuxième distributeur de gaz en Turquie, coté à la Bourse d’Istanbul. Les deux sociétés nommées font partie du groupe Torunlar.

Départ après 13 ans

Le groupe CEZ est entré sur le marché turc en 2009. Dans le cadre de la privatisation de l’industrie énergétique turque, d’autres acteurs, tels que E.ON, RWE et OMV, sont également entrés dans le pays au même moment. La société de distribution Sakarya Elektrik Dağitim (SEDAS), en tant que principale filiale d’Akcez, compte environ deux millions de points de consommation et gère 60 000 kilomètres de réseaux de distribution. La société de distribution Sakarya Elektrik Perakende Satis (SEPAŞ) fournit de l’électricité à 1,8 million de clients. Fondée en 2021, Sepaş Akilli Çözümler (Sepaş Smart Solutions) fournit des services d’efficacité énergétique.

Le groupe ČEZ est également actif en Turquie dans le cadre d’une autre coentreprise, Akenerji Elektrik Üretim. Il s’occupe principalement de la production d’électricité à partir de sources renouvelables et de gaz. Selon des informations sur site Internet CEZ est copropriétaire de neuf centrales électriques en Turquie d’une capacité totale installée de 1 224 MW. Le portefeuille est dominé par la centrale vapeur-gaz d’Egemer d’une capacité installée de 904 MW et sept centrales hydroélectriques d’une capacité installée de 288,9 MW. La puissance des centrales éoliennes est de 28,2 MW.

L’année dernière, ČEZ a finalisé la vente des actifs bulgares et roumains. L’acheteur, la société financière bulgare Eurohold, a payé 335 millions d’euros pour la vente des actifs bulgares (environ 8,6 milliards de couronnes il y a un an). Le processus de désinvestissement en Bulgarie a déjà commencé en 2017 avec la vente de la centrale au charbon de Varna désaffectée. Les ventes totales de CEZ en Bulgarie ont dépassé dix milliards de couronnes. Les entreprises n’ont pas indiqué le prix de la vente des actifs en Roumanie, les analystes avaient précédemment estimé que ČEZ avait reçu 25 à 30 milliards de couronnes pour la vente. ČEZ est entré sur le marché bulgare en 2004 et sur le marché roumain un an plus tard.

L’année dernière, le bénéfice net du groupe ČEZ était de 9,9 milliards de couronnes, soit une augmentation de 81 % d’une année sur l’autre. Après ajustement des effets extraordinaires, le bénéfice, en revanche, a chuté de 3% en glissement annuel à 22,3 milliards de couronnes. CEZ est détenue à 70 % par l’État par l’intermédiaire du ministère des Finances, le reste étant détenu par des actionnaires privés.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT