Nouvelles Du Monde

C’est ainsi que vit l’enclave narco d’Argentine, la ville avec le plus d’homicides dans ce pays

C’est ainsi que vit l’enclave narco d’Argentine, la ville avec le plus d’homicides dans ce pays

La ville de Rosario, connue en Argentine pour être le berceau de grands joueurs de football, est en train de devenir une enclave de gangs de drogue qui en font la région avec le taux d’homicides le plus élevé de ce pays. Une victime récente est même un enfant qui a été touché par une balle perdue alors qu’il jouait au ballon.

Et ce n’est pas un fait mineur, car le champ poussiéreux de Los Pumas, où le mineur est mort, est désormais rempli de policiers armés qui patrouillent jour et nuit pour tenter de sécuriser le quartier. Cette zone de Rosario est le quartier général des gangs.

« Il y a eu des fusillades avant, mais c’est la première fois qu’un enfant est laissé au milieu. Ils n’avaient jamais joué avec un enfant », raconte l’un des habitants de ce quartier modeste, où les maisons en briques sans vis-à-vis en cachent d’autres plus précaires faites uniquement de tôle. Des marques de balles sont visibles sur les murs et les fenêtres.

Le garçon s’appelait Maximiliano Gerez et il avait 11 ans. « Le quartier est très outré. Pour cette raison, tous les voisins ont attaqué les maisons » où sont stockées et vendues de la drogue, ajoute cette personne, et dans lesquelles se cachaient les auteurs présumés de la fusillade dans laquelle trois autres mineurs ont été blessés par balles.

Lire aussi  La Banque du Canada signale l'endettement des ménages et le stress bancaire comme principaux risques

En fait, il a demandé à taire son nom car, comme la plupart des habitants de Los Pumas, il craint les menaces qu’il a reçues après avoir pillé et incendié les maisons des gangs qui se réfugient et agissent dans la zone.

A partir de ce moment, la vie du quartier s’est arrêtée. Les soupes populaires ont fermé et peu ont quitté leur domicile. Tout le monde se demande combien de temps durera la présence des forces de sécurité et ce qui se passera ensuite.

Rosario, avec une population de 1,3 million d’habitants, a un taux de 22 homicides pour 100 000 habitants, cinq fois la moyenne nationale, selon les chiffres du gouvernement.

C’est le principal port d’Argentine et, selon les experts, il est devenu -par la voie navigable sur le fleuve Paraná- un point privilégié pour le départ des drogues de la Bolivie, du Brésil et du Paraguay vers l’Europe et l’Asie.

“C’est une enclave stratégique pour les organisations criminelles de la drogue”, explique Claudio Brione, ministre de la Sécurité de la province de Santa Fe, citant à la fois le port et un important réseau d’autoroutes et d’autoroutes.

Lire aussi  DWD met en garde contre les rafales de vent, de glace et de givre

“Dans ce transport de drogue vers d’autres parties du monde, quelque chose reste toujours et trouve une place à vendre dans des quartiers à forte vulnérabilité sociale”, explique Brione, évoquant également “des violences inhabituelles entre différents gangs pour récupérer le territoire”.

Marcelo Antonelli préside le club sportif Reflejos, à Empalme Graneros, le secteur Rosario où se trouve le quartier Los Pumitas. Devant son siège, dans une maison que les voisins qualifient de « bunker », 1 600 kilos de cocaïne pure ont récemment été confisqués.

Il assure que le club a été repris par des trafiquants et il est fier de l’avoir récupéré. « Chaque jour, il y avait des menaces. “On va semer les morts tout autour du club”, ont-ils dit. Mais nous avons pris la décision d’aller de l’avant, car nous croyons en notre travail et nous pensons que ces gens qui nous menacent croient aussi en notre travail », précise-t-il.

« À Rosario, il n’y a pas de milice narco. Il y a quelques enfants à moto, faibles, avec beaucoup de besoins. Comment peuvent-ils ne pas s’arrêter ?”, s’interroge-t-il.

Luciana Ginga, politologue et criminologue à l’Université de Rosario, décrit ces gangs comme “un quartier, avec une forte composante de collusion policière”.

Et met en garde contre un cadre plus large. “Le marché illégal que gère le trafic de drogue a permis un développement exponentiel du marché immobilier et des produits de luxe à Rosario, comme les voitures haut de gamme, ainsi que la vie nocturne”, explique ce chercheur.

Lire aussi  Argentine contre Paraguay Sub 23 (3-3) : résultat, résumé et buts du match du match pré-olympique de Paris 2024 | VIDÉO | SPORTS-TOTAL

Et c’est qu’en Argentine le mot “tir” est lié à Rosario. Il est utilisé à la fois pour désigner un échange de tirs et une fusillade, souvent contre une propriété avec l’intention d’extorquer de l’argent à ses propriétaires.

Depuis 2020, elle a donné son nom à un bureau du Parquet : la « Cellule de tir ». Le procureur Valeria Haurigot explique qu’il a été créé afin de “donner une vision globale à un phénomène criminel de plus en plus inquiétant qui prenait de l’ampleur”.

Mais bien qu’il les qualifie de “gangs très précaires” et affirme que les auteurs des actes criminels ont été identifiés, Haurigot admet que le crime ne s’arrête pas car ils continuent d’opérer depuis les prisons.

« Pour le système pénal argentin, la privation de liberté est la peine la plus grave. Mais un mandat d’arrêt est émis contre une personne qui est déjà en prison”, a déploré le procureur qui appelle à un accord urgent de “toutes les classes politiques”.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT