Nouvelles Du Monde

Ce que nous avons appris lors de la semaine 3 de la NFL : les dauphins continuent de cuisiner, les surprenants Colts et les ours sont en désordre

Ce que nous avons appris lors de la semaine 3 de la NFL : les dauphins continuent de cuisiner, les surprenants Colts et les ours sont en désordre

La première fois qu’il s’est assis avec Tua Tagovailoa, Mike McDaniel a pu sentir la confiance de son quart-arrière ébranlée de l’autre côté du bureau. Deux années tumultueuses sous Brian Flores – les bancs, les blessures, les défaites, les bavardages de Deshaun Watson – avaient fait des ravages sur l’ancienne star de l’Alabama et choix n ° 5.

C’était l’hiver 2022. McDaniel était un ancien joueur ringard de Yale qui avait gravi les échelons des entraîneurs sous la direction de Kyle Shanahan et avait été choisi comme nouvel entraîneur des Dolphins de Miami. Tagovailoa était le quart-arrière de la franchise de l’équipe qui avait désespérément besoin d’un redémarrage.

Sentant que son QB pourrait avoir besoin d’une nouvelle perspective, l’entraîneur a pivoté.

« Vous ne comprenez pas le joueur que vous êtes ? lui a demandé McDaniel.

À l’époque, personne – à commencer par Tagovailoa lui-même – n’aurait pu imaginer à quel point McDaniel était sur le point de refaire les Dolphins. Mais à bien des égards, tout a commencé cet après-midi-là, lorsque le nouvel entraîneur a visionné le film directement dans son bureau, examinant jeu après jeu les moments forts de Tagovailoa.

C’était un rappel pas si subtil au quart-arrière de son talent.

ALLER PLUS LOIN

Les Dolphins sont la meilleure fête de la NFL – et ils ont découvert une autre star

Dix-neuf mois plus tard, McDaniel et Tagovailoa forment sans doute le duo entraîneur-quart-arrière le plus dynamique de la ligue en dehors de Kansas City. Les Dolphins incendient les défenses, semaine après semaine. Embarrassant certains aussi. Après la ridicule raclée 70-20 de dimanche contre les Broncos de Denver, il n’est pas trop tôt pour mettre le nom de Tagovailoa dans la conversation MVP et celui de McDaniel dans celui de l’entraîneur de l’année.

Ailleurs dans la ligue, la semaine chaotique des Bears de Chicago s’est terminée de façon prévisible (avec une autre défaite), les Cardinals ont infligé aux Cowboys leur première défaite (vraiment !), les Packers ont stupéfié les Saints avec 18 points sans réponse en quatrième et Taylor Swift a marqué une apparition à Kansas City (assise à côté de Donna Kelce !).

Avec tout le respect que je dois à Swift, les Dolphins sont l’histoire de la troisième semaine de la NFL.

Voici ce qui s’est démarqué de la liste des matchs de l’après-midi.

« Des trucs de jeux vidéo » à Miami

Encore une fois, laissez tout cela pénétrer…

Les Dolphins ont marqué 70 points, le plus grand nombre de points dans la NFL depuis 1966.

Ils ont accumulé 726 yards, le plus depuis 1951.

Et ils l’ont fait contre une défense des Broncos qui a accordé le septième moins de verges au football la saison dernière.

La défaite 70-20 de Miami contre Denver n’était pas seulement convaincante, elle était carrément ridicule. Risible, même. Tagovailoa a lancé un touché de 54 verges à Tyreek Hill lors de son deuxième lancer du match, et c’est parti de là. (Crédit supplémentaire à Tagovailoa pour sa passe de pelle sans regard à De’Von Achane au deuxième quart.) Le score de la boîte des Dolphins se lit comme un match du Big 12 : 10 touchés, 30 premiers essais, 726 verges au total, 70 points ( le troisième dans l’histoire de la NFL) et quatre jeux de 50 verges ou plus.

Aucune bande-annonce ne pourrait rendre justice à la performance. Cela représentait un mois de points pour certaines équipes, tous entassés en un seul après-midi.

“Soixante-dix points, c’est fou”, a proposé Archane, qui a totalisé 203 verges au sol et deux touchés. “C’est comme des trucs de jeux vidéo.”

Lire aussi  Beverly Park décroche sa 13e victoire en 28 départs cette année

Les Broncos, sans surprise, ont vu les choses différemment.

“C’était embarrassant et difficile à regarder”, a déclaré l’entraîneur de Denver, Sean Payton. Son équipe, après toutes les conversations intersaisons qui l’entourent, est sur un 0-3 décevant.

aller plus loin

ALLER PLUS LOIN

Kosmider : Si Sean Payton pensait que les Broncos seraient une solution rapide, il est temps de s’adapter

En trois matchs, les Dolphins – 3-0 lors de saisons consécutives pour la première fois depuis 1994-96 – ont accumulé 1 651 verges (550 et changement par match, le plus grand nombre de toutes les équipes) et 130 points (43,3 par match). Ils ne maintiendront pas cela sur une saison entière, mais cela ne rend pas le début moins impressionnant.

“Cela ne se compare à rien de ce que j’ai vu ou auquel j’ai participé”, a déclaré Tagovailoa.

Il en va de même pour le reste d’entre nous.


Justin Fields n’a lancé que 99 verges sur 11 passes complétées lors de la défaite éclatante de dimanche à Kansas City. (David Eulitt/Getty Images)

Les Bears sont (encore) en désordre

Justin Fields voulait jouer moins robotiquement. Matt Eberflus souhaitait que son équipe transforme une semaine mouvementée en un moment déterminant. Et les Bears voulaient apaiser le chaos qui les tourmentait depuis trop longtemps.

Pas de chance.

Chefs 41, ours 10.

Chicago est la pire équipe de football. Et avec la victoire 28-16 de l’Arizona sur Dallas, ce n’est pas particulièrement serré. Un an après avoir obtenu le premier choix du repêchage (un choix qu’ils ont échangé contre la Caroline), les Bears pourraient à nouveau avoir la voie intérieure sur le premier choix. Cette fois, ils devront peut-être rester sur place et prendre un quart-arrière.

Depuis la saison dernière, Chicago en a perdu 13 de suite. La défaite de dimanche était la troisième de 30 points ou plus depuis 2021.

Revenons en arrière sur la semaine qui s’est déroulée à Chicago. Les Bears ont perdu à Tampa Bay dimanche dernier. Fields a fait la une des journaux de la ligue mercredi en critiquant son propre jeu et, selon votre point de vue, le coaching qu’il a reçu. Quelques heures plus tard, le coordinateur défensif Alan Williams a brusquement démissionné. Les rumeurs tourbillonnaient. Le directeur général Ryan Poles s’est adressé aux médias jeudi, ce qui n’est jamais un signe encourageant quand on n’en est qu’à deux matchs de la saison.

Dimanche, ils ont perdu par 31 points.

aller plus loin

ALLER PLUS LOIN

Mahomes s’est retiré tôt dans la déroute des Chiefs contre les Bears

Fields n’a complété que 11 passes pour 99 verges, un touché tardif et une interception. Il n’a pas encore apporté d’améliorations tangibles au cours de sa troisième saison – une saison cruciale pour son avenir à Chicago. Ses chiffres jusqu’à présent : un taux de réussite de 58 %, plus d’interceptions (quatre) que de touchés (trois) et une sombre note de passeurs de 67,7 (selon TruMedia).

La semaine prochaine doit être meilleure, non ? Les Bears affronteront les Broncos dans une bataille d’équipes sans victoire.

Les Jets restent avec Zach Wilson, mais pour combien de temps ?

Il est de plus en plus difficile de voir Zach Wilson être la réponse à New York cette saison.

La question cependant : combien de temps les Jets continueront-ils à essayer de se convaincre qu’il l’est ? Parce que cela ne fonctionne pas et que le quart-arrière de troisième année n’a pas montré suffisamment de choses au cours de trois matchs pour convaincre quiconque que cela allait changer.

“En ce moment, c’est lui qui nous donne la meilleure chance de gagner”, a déclaré l’entraîneur Robert Saleh après une autre défaite décourageante, 15-10 contre les Patriots. Étonnamment, il s’agit de la 15e défaite consécutive des Jets contre la Nouvelle-Angleterre, un rival de division qu’ils n’ont pas battu depuis 2015.

Pressé davantage par les journalistes sur les effets résiduels du fait de rester avec Wilson, Saleh a déclaré qu’il n’était pas “inquiet pour le vestiaire”.

Lire aussi  Tyrod Taylor des Giants « endolori » après avoir été durement touché contre les Jets

Bien sûr, les Jets n’ont qu’un doublé, et Wilson n’est pas la principale raison pour laquelle l’équipe a perdu à Dallas la semaine dernière, mais les preuves s’accumulent. Wilson n’a lancé que deux touchés en trois matchs – et un n’est survenu que parce que Garrett Wilson a réussi une saisie spectaculaire sur une mauvaise balle dans la zone des buts contre les Bills.

Les Jets ont une fiche de 3 en 24 au troisième essai lors de leurs deux derniers matchs. Le pourcentage d’achèvement de Wilson est de 52, sa note de passeur est de 57,0 et les Jets ont marqué un total de 20 points lors de ses deux départs. Comme on pouvait s’y attendre, les huées ont commencé à pleuvoir dimanche de la part des fans du MetLife Stadium. Cela deviendra probablement un phénomène courant cet automne dans la région des Meadowlands.

De plus, les frustrations bouillonnantes au sein du bâtiment commencent à se manifester. Lors de la défaite contre les Patriots, le porteur de ballon Michael Carter a mis en lumière sa position d’entraîneur sur la touche, et même Garrett Wilson a été vu élever la voix vers son quart-arrière.

Il n’est pas exagéré de dire que la saison des Jets s’est terminée en quatre instants, lorsqu’Aaron Rodgers s’est déchiré le tendon d’Achille. Pourtant, avec l’intérêt signalé par deux quarts-arrières vétérans disponibles (Carson Wentz et Matt Ryan), de quelle longueur de laisse Wilson a-t-il ?

Dites ceci pour lui : depuis qu’il a remplacé Rodgers, il a affronté trois excellentes défenses à Buffalo, Dallas et en Nouvelle-Angleterre. Malheureusement pour Wilson et les Jets, les Chiefs, champions en titre du Super Bowl, sont les prochains.

aller plus loin

ALLER PLUS LOIN

Points à retenir de la semaine 3 de la NFL : les Jets et Zach Wilson luttent à nouveau ; Les Dolphins explosent pour 70 contre les Broncos

Surprendre premier leader de l’AFC Sud

Le feuilleton orageux qui a fait la une des journaux à Indianapolis tout au long du camp d’entraînement – ​​les va-et-vient amers entre l’équipe et son porteur de ballon vedette, Jonathan Taylor – a éclipsé le défi auquel était confronté Shane Steichen, l’entraîneur de première année qui a été embauché pour relancer un la franchise encore sous le choc d’une 2022 embarrassante.

Après trois matchs, les Colts sont dans une position que personne n’avait prédit : au sommet de l’AFC Sud. Avec des victoires consécutives, Indianapolis a une fiche de 2-1, un match devant tous les autres membres de la division (les Jaguars, les Texans et les Titans ont tous une fiche de 1-2).

Ce qui est le plus impressionnant, c’est la façon dont Steichen l’a fait – sans Taylor (qui sera absent pendant au moins le match de la semaine prochaine contre les Rams) et en grande partie sans le quatrième choix du repêchage, Anthony Richardson, qui n’est sur le terrain que depuis cinq quarts et n’a pas été sélectionné. terminé l’un ou l’autre de ses deux départs. En plus de ces absences dimanche à Baltimore, les Colts étaient également privés du centre partant Ryan Kelly.

Mais derrière les performances courageuses du quart-arrière Gardner Minshew, du porteur de ballon Zack Moss et du joueur large Michael Pittman Jr. – ainsi qu’un après-midi historique du botteur Matt Gay – les Colts se sont échappés avec une victoire de 22-19 en prolongation. Gay a réussi une paire de 53 verges au quatrième quart, puis un autre 53 verges en période supplémentaire pour le gagner. Il a terminé 5 en 5 et est devenu le premier botteur de l’histoire de la ligue à marquer quatre buts sur plus de 50 verges dans le même match.

“Il était en feu”, a déclaré Steichen.

Lire aussi  Marché des transferts de Naples, offre de l'Arabie Saoudite. Vente en janvier ?

Lamar Jackson a réussi deux touchés au sol pour les Ravens 2-1, qui manquaient eux-mêmes sept partants (Ronnie Stanley, Tyler Linderbaum et Odell Beckham Jr. parmi eux). Baltimore a craché deux échappés et n’a pas pu donner à Justin Tucker une chance sur un coup de pied gagnant en prolongation, malgré le début d’un entraînement sur le 47 des Colts.

Ne dormez pas…

La défense de Jim Schwartz à Cleveland : Les Browns accordent moins de 11 points par match cette saison. Dimanche, ils ont dominé les Titans 27-3 – le Tennessee n’a récolté que six premiers essais et 94 verges au total. En trois matchs, si l’on omet les mises à genoux en fin de mi-temps, la défense de Schwartz a limité ses adversaires à un seul touché sur 34 drives. C’est incroyable.

Jordan Love et les Packers : Face à un trou de 17-0 au quatrième quart, Love a aidé les Packers à revenir en force pour assommer les Saints 18-17. Pas mal pour votre premier départ au Lambeau Field, surtout si l’on considère les éléments clés sans lesquels jouaient les Packers (RB Aaron Jones, plaqueur gauche David Bakhtiari et Christian Watson, entre autres).

Derek Carr a poussé les Saints devant avant de repartir avec une blessure à l’épaule ; il a été remplacé par Jameis Winston. Mais les Packers ne sont entrés au tableau qu’à 11 minutes de la fin. Rien qu’au quatrième quart-temps, Love a mené trois buts, converti un essai de deux points et inscrit un touché.

« Jamais aucun doute, n’est-ce pas ? a déclaré l’entraîneur Matt LeFleur. “C’était comme un cauchemar qui se transformait en rêve.”

aller plus loin

ALLER PLUS LOIN

Comment les Packers, menés 17-0 au quatrième quart, ont réussi un retour miraculeux

La prise de décision discutable de l’entraîneur des Chargers Brandon Staley : Staley a fait une décision tout à fait bizarre à la fin de la victoire de Los Angeles contre les Vikings. Menant 28-24 avec 1:51 à jouer, face à un quatrième et un sur ses 24, Staley a choisi de… foncer. Il s’agissait d’une décision extrêmement agressive, même à l’ère de l’analyse. Le transfert n’a abouti à rien et les Vikings ont pris le relais – déjà à 4 mètres de la zone rouge.

Staley et les Chargers ont cependant évité le désastre. Malgré huit jeux et une progression jusqu’à la ligne des 6 verges de Los Angeles, le Minnesota n’a pas pu se convertir.

Les Chargers ont remporté leur première victoire tandis que les Vikings ont chuté à 0-3. Après avoir obtenu une fiche de 11-0 lors de matchs sur un seul score la saison dernière, le Minnesota a perdu trois matchs de suite pour ouvrir l’année.

Les invaincus restants : Les Dolphins, 49ers, Eagles et Bucs (Tampa accueille Philadelphie lundi soir).

Ceux qui n’ont toujours pas gagné ? Les Bears, les Broncos, les Vikings, les Panthers et les Bengals (Cincinnati accueille les Rams lundi soir).

(Photo de Tua Tagovailoa : Carmen Mandato / Getty Images)


Le football 100, le classement définitif des 100 meilleurs joueurs de tous les temps de la NFL, sera mis en vente cet automne. Pré-commandez-le ici.


2023-09-25 16:41:12
1695653452


#nous #avons #appris #lors #semaine #NFL #les #dauphins #continuent #cuisiner #les #surprenants #Colts #les #sont #désordre

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT