Nouvelles Du Monde

Cancer du sein, en Italie plus de 3 800 nouveaux cas par an chez les femmes de moins de 35 ans

Cancer du sein, en Italie plus de 3 800 nouveaux cas par an chez les femmes de moins de 35 ans

1970-01-01 03:00:00

Il y a une incidence inquiétante chez les jeunes cancer du sein en Italie. Chaque année, 11 % des nouveaux cas sont diagnostiqués chez des patients de moins de 45 ans.. 7 %, soit 3 800 nouveaux diagnostics par an, sont identifiés avant l’âge de 35 ans. Des maladies souvent insidieuses dont il est pourtant possible de se remettre, en conservant une bonne qualité de vie pendant et après le traitement. Tels sont quelques-uns des thèmes au centre du 41e Congrès national d’Andos, l’Association nationale des femmes opérées du sein, organisé ces derniers jours à Barletta.

Tumeurs : en Italie, plus de 3 800 nouveaux cas de cancer du sein par an chez les femmes de moins de 35 ans

L’événement représente un moment d’échange entre tous les acteurs impliqués dans la gestion de maladie oncologique la plus fréquente dans notre pays : patients, oncologues, radio-oncologues, infirmières, physiothérapeutes et psycho-oncologues. Des contributions d’artistes et d’historiens de l’art sont également attendues. «Au cours des dernières décennies – souligne Flori Degrassi, président national d’Andos – les traitements contre le cancer du sein ont connu une grande évolution. En particulier, dans le passé, les interventions chirurgicales étaient très destructrices et invalidantes, tant du point de vue physique que psychologique. Les traitements ont évolué et sont désormais moins invasifs. Cependant, la découverte et l’expérience ultérieure du cancer restent des moments très difficiles pour une femme, surtout si elle est encore jeune. »

Lire aussi  Études présentées à l'AHA 2023 sur le traitement antithrombotique de la fibrillation atriale

«Nous devons pouvoir garantir une bonne qualité de vie à nos patients – continue Saverio Cinieri, président de la Fondation Aiom – Association italienne d’oncologie médicale. «Le cancer du sein – souligne-t-il – est le cancer le plus fréquent chez les jeunes femmes et représente 40% de tous les cancers survenant chez les femmes jusqu’à 49 ans. Aujourd’hui, nous sommes en mesure de traiter avec succès presque tous les cas de pathologie, même les cas métastatiques qui touchent plus de 37 000 femmes dans notre pays. Des médicaments plus ciblés et plus efficaces, des progrès diagnostiques et thérapeutiques notables, une meilleure intégration entre les différentes thérapies et une meilleure connaissance des caractéristiques individuelles des différents carcinomes sont autant de facteurs qui ont conduit à des progrès indéniables. La survie globale a augmenté et s’élève désormais à 88 %».

Lire aussi  Le faricimab peut allonger les intervalles de traitement dans l'OMD tout en maintenant son efficacité

En outre, ajoute Cinieri, «au cours de la dernière décennie la mortalité a diminué dans tous les groupes d’âge mais surtout chez les femmes de moins de 50 ans. Une réduction également déterminée grâce à une plus grande diffusion des programmes de dépistage par mammographie pour un diagnostic précoce et une plus grande approche multidisciplinaire de la maladie. Le choix même des traitements à administrer doit tenir compte de nombreux paramètres, notamment de la situation psycho-physique du patient. »

«Une bonne qualité de vie pendant et après le traitement ne signifie pas seulement limiter au maximum les effets secondaires des thérapies – affirme Flori Degrassi -. Cela signifie aussi protéger et défendre l’image extérieure d’une femme, car le cancer peut provoquer dépression et méfiance envers l’avenir et donc des problèmes relationnels, sociaux et professionnels. Ces réactions sont très fréquentes chez un patient de moins de 35 ans qui, pour des raisons d’âge, ne s’attend pas à devoir affronter une maladie qui, dans la perception commune, affecte un âge plus avancé. Les données épidémiologiques réfutent cette fausse croyance et un soutien psychologique qualifié pour les patients et leurs familles peut également être nécessaire. » Comme Andos, conclut le président, «nous avons déjà activé des initiatives d’assistance psychologique dans divers endroits d’Italie. Parler avec un psychologue ou avec les bénévoles de l’association peut aider à surmonter les difficultés communicationnelles et relationnelles et faciliter un plein retour à la vie. Pour une patiente, surtout après une intervention chirurgicale, il est essentiel de retrouver une perception positive d’elle-même, de sa féminité mais aussi de sa sexualité. Même de cette manière, il est possible de vaincre définitivement une maladie oncologique. »



#Cancer #sein #Italie #nouveaux #cas #par #chez #les #femmes #moins #ans
1716588614

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT