Nouvelles Du Monde

AVIS : Non, les armes à feu tuent des gens. Et la solution saute aux yeux. | Ouvrir

AVIS : Non, les armes à feu tuent des gens.  Et la solution saute aux yeux.  |  Ouvrir

My Nhan, 65 ans, a immigré aux États-Unis depuis le Vietnam dans les années 1980 et s’est installée dans la vallée de San Gabriel en Californie, dans une communauté appelée Rosemead.

Sa nièce, Fonda Quan, a déclaré qu’elle était prête « à recommencer l’année » et à célébrer avec ses amis, selon la CBC.

Elle n’en a jamais eu l’occasion.

Nhan faisait partie des victimes identifiées par les forces de l’ordre lors du massacre du Nouvel An lunaire dans un salon de danse populaire à Monterey Park, en Californie, le week-end dernier.

Il n’y a pas une seule bonne raison pour que Nhan, ou les 10 autres personnes décédées à Monterey Park, ou les sept autres personnes décédées dans une éruption de violence à Half Moon Bay, en Californie, à peine 48 heures plus tard, aient perdu la vie.

Ils ont été victimes, à la fois des meurtriers cruels qui les ont abattus trop tôt, et de l’obsession pathologique de l’Amérique pour les armes à feu trop faciles à obtenir et trop faciles à utiliser comme instruments de carnage de masse.

La solution – rendre les armes à feu plus difficiles à obtenir et les garder hors des mains de personnes qui ne devraient pas en avoir – nous regarde en face depuis des années.

Mais confrontés à la définition classique de la folie – faire la même chose encore et encore, tout en espérant un résultat différent – ​​nous n’avons pas fait ce que la logique et la compassion exigent de nous.

Lire aussi  Les syndicats des chemins de fer divisés sur le contrat de travail

Des gens comme Nhan, qui a fui son pays déchiré par la guerre pour une vie meilleure aux États-Unis, finissent par être victimes d’une guerre d’usure où le nombre de morts ne fait qu’augmenter et rien ne change jamais.

Et le bilan est ahurissant.

Il y a eu plus de 600 fusillades de masse dans tout le pays depuis le 1er janvier 2022, a rapporté le Washington Post, citant des données compilées par Gun Violence Archive.

Rien qu’en janvier, il y a eu 39 fusillades de masse, faisant 70 morts et 167 blessés, a rapporté NBC News, citant également les données de Gun Violence Archive.

Le groupe de recherche définit les fusillades de masse comme des incidents au cours desquels quatre personnes, sans compter le tireur, sont blessées ou tuées.

Sur la base de ces critères, les États-Unis ont enregistré en moyenne plus d’une fusillade de masse par jour depuis janvier 2022, et pas une seule semaine ne s’est écoulée l’année dernière sans au moins quatre incidents de ce type, selon le Post.

En Pennsylvanie, deux législateurs démocrates tentent de mettre fin à la violence avec un projet de loi exigeant une licence obligatoire pour quiconque cherche à acheter une arme. Ils citent des données du Johns Hopkins Center on Gun Policy and Research, montrant que les États dotés de lois sur les licences avaient tendance à avoir des taux de décès liés aux armes à feu inférieurs à ceux qui n’en avaient pas.

Lire aussi  Macron au Cameroun au début d'une tournée africaine dans 3 pays

“Cette législation n’est pas destinée à punir les propriétaires d’armes responsables”, ont écrit les deux législateurs, cherchant à court-circuiter les critiques réflexives de la faction pro-armes. “En fait, le New England Journal of Medicine rapporte que la plupart des propriétaires d’armes à feu américains sont favorables à passer par les forces de l’ordre pour recevoir un permis.”

Encore une fois, une réponse si évidente – nous délivrons des permis aux chauffeurs, aux chasseurs, aux pêcheurs, aux plaisanciers, aux barbiers et tant d’autres – qu’il est ridicule et tragique que nous ne l’ayons pas déjà fait.

Ce sentiment est étayé par les données des sondages, une écrasante majorité de propriétaires d’armes à feu se disant favorables à des vérifications universelles des antécédents, soutenant l’augmentation de l’âge minimum pour acheter des armes à 21 ans, et le retour et les lois dites «drapeau rouge» pour retirer les armes à feu de des personnes potentiellement dangereuses, selon une enquête NPR/Ipsos publiée en novembre dernier.

Mais le fait pur et simple de la question est que, jusqu’à ce que nous embrassions les solutions qui nous regardent en face, il y aura plus de My Nhans, et des milliers d’autres que nous pleurerons, dont les familles mettront une place vide au dîner pour toujours, et dont les décès se transformeront en un chiffre de plus empilé sur une montagne engourdissante de statistiques.

Lire aussi  La photo de la famille royale britannique PO Queen Qingxiu annonce la fin de la période de deuil-International-Liberty Times Newsletter

Mais il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi, comme Adam Garber, le directeur exécutif du groupe de réduction de la violence armée CeaseFirePA, basé à Philadelphie, l’a dit au Capital-Star dans un e-mail.

« Il est plus facile de continuer le travail pour sauver des vies que de consoler une autre mère en deuil. Il est plus facile de se battre pour un avenir plus sûr que de se demander si la prochaine fusillade de masse aura lieu à l’école de mon enfant », a écrit Garber.

Le changement est là si nous sommes assez courageux pour l’embrasser, assez durs pour faire le travail acharné pour le réaliser et assez compatissants pour jurer qu’aucune famille n’aura plus jamais à subir une perte aussi lourde.

Si nous voulons vraiment honorer les morts, c’est là que le voyage commence.

Journaliste politique primé, John L. Micek est rédacteur en chef du Pennsylvania Capital-Star à Harrisburg, en Pennsylvanie. Envoyez-lui un e-mail à [email protected] et suivez-le sur Twitter @ByJohnLMicek.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT