Nouvelles Du Monde

Acheté et vendu des actions quand Erna Solberg était Premier ministre – E24

Acheté et vendu des actions quand Erna Solberg était Premier ministre – E24

– Les quelques achats et ventes réalisés au cours de cette période, j’ai essayé de les faire conformément au manuel de gestion politique, explique Sindre Finnes, l’épouse de Solberg.

Publié :

Alors qu’Erna Solberg (H) était Premier ministre, son épouse, Sindre Finnes, possédait, achetait et vendait des actions dans plusieurs grandes sociétés cotées.

Parmi la vingtaine de sociétés que Finnes possédait ou dans lesquelles elle échangeait des actions figuraient le géant du saumon Mowi et la société d’armement et de technologie Kongsberg Gruppen.

Le registre des actionnaires montre également qu’il a négocié des actions dans la société de puces explosives Q-Free, la compagnie maritime Wallenius Wilhelmsen et la compagnie maritime de marchandises sèches Western Bulk.

Au cours des deux mandats de Solberg au poste de Premier ministre, Finnes a également acheté de plus en plus d’actions dans le géant de l’aluminium Hydro :

Fin 2014, il détenait 1 660 actions d’Hydro, valant à l’époque un peu plus de 70 000 NOK. Fin 2021, quelques mois après la démission du gouvernement Solberg, Finnes détenait 6 000 actions Hydro d’une valeur de 417 000 NOK.

L’État est le plus grand propriétaire d’Hydro.

La plupart des sociétés dans lesquelles Finne détient des actions sont cotées en bourse ou l’étaient au moment où il détenait des actions dans la société. Certaines des transactions d’actions ont été discutées précédemment.

lire aussi

Rødt : – La commission de contrôle a maintenant un autre dossier sur la table

Trouvé : J’ai dû réduire mon activité

– Lorsqu’Erna est devenue Premier ministre en 2013, j’ai eu, en accord avec Erna, une discussion directe avec la conseillère du gouvernement de l’époque, Nina Frisak, et ses collègues de la fonction publique du bureau du Premier ministre au sujet de mes actions. J’ai ensuite vendu des actions de plusieurs sociétés et informé le bureau des actions que je conservais, raconte Finnes à E24.

Finnes explique qu’il a “dû réduire” son activité en bourse de manière “significative” à l’époque où Solberg était Premier ministre.

Néanmoins, en 2014, il détenait des actions dans 14 sociétés, en 2015, il détenait des actions dans 13 sociétés, tandis qu’en 2016, il détenait des actions dans 16 sociétés.

Lire aussi  Un retour en Pro D2 très compliqué pour les Damiers à Montauban (20-3)

En 2017, y compris après un Article du Dagbladetil a vendu la société de puces explosives Q-Free et plusieurs autres sociétés, et s’est retrouvé avec des actions dans sept sociétés.

lire aussi

Les quatre propositions de Høyre pour les hommes politiques : – Plus strictes et plus transparentes

Spectacles à Solberg

L’année suivante, en 2018, il achète, entre autres, plusieurs actions d’Hydro, une société qu’il a possédée tout au long du mandat de Solberg. Et il a également effectué des achats et des ventes jusqu’à ce qu’elle démissionne de son poste de Premier ministre.

– Les quelques achats et ventes effectués pendant cette période – par rapport à la période avant et après son mandat de Premier ministre -, j’ai essayé de les faire conformément au manuel de gestion politique, dit Finnes.

Finnes ne répond pas à la question d’E24 quant à savoir si Solberg a déjà partagé des informations privilégiées sur les sociétés qu’il possédait.

– Vous m’avez posé un certain nombre de questions qui concernent vraiment Erna et ses compétences. Il n’est pas approprié pour moi de répondre à ces questions et je dois donc vous demander de la contacter à ce sujet, déclare Finnes.

Voir la liste des actions de Finnes au bas du dossier.

Des règles strictes pour les conjoints

Sous le gouvernement Solberg, les ministres, secrétaires d’État et conseillers politiques avaient le devoir de signaler à leur ministère s’ils possédaient, achetaient ou vendaient des actions.

Lire aussi  Marathon des déchets : un zéro pointé dans le tri !

Concernant les échanges d’actions par des collaborateurs proches, ce qui suit a été indiqué dans le manuel de gestion politique, tout au long du gouvernement de Solberg :

“Le commerce d’instruments financiers ou la conclusion de relations de clientèle par le conjoint/partenaire enregistré/concubin du salarié peuvent, selon les cas, être assimilés à des dispositions prises par le salarié lui-même. Il appartiendra à chaque employé de décider s’il souhaite donner le préavis mentionné ci-dessus dans de tels cas”.

Dans ce cas, c’était à Solberg de décider même si elle voulait informer le bureau du Premier ministre des achats et des ventes d’actions de Finne.

Mercredi, la ministre des Affaires étrangères Anniken Huitfeldt (Ap) a admis qu’il y avait des raisons de croire qu’elle avait été incompétente dans plusieurs cas en raison des transactions sur les actions de son mari sur Oslo Børs.

lire aussi

E24 explique : Le débat sur les actions des politiques

Responsable de presse de Høyre : Pas familier avec les cas de compétence

E24 a également posé des questions à Solberg sur les transactions boursières de Finnes au cours des années où elle était Premier ministre. Solberg n’a pas répondu, mais E24 a reçu une réponse du conseiller de Solberg et responsable de la presse au sein du Parti conservateur, Cato Husabø Fossen.

– Comment Solberg, en tant que Premier ministre, a-t-il réagi à l’obligation de diligence requise dans le cadre du commerce des actions de Sindre Finne ?

– Lorsqu’Erna a pris ses fonctions de Premier ministre en 2013, Sindre Finnes a eu une réunion séparée avec la fonction publique au bureau du Premier ministre où il a été informé de ce sujet. L’objectif était, entre autres, que le bureau puisse contribuer à l’évaluation des compétences d’Erna Solberg.

– Solberg a-t-il été informé des participations de Finnes ?

– Oui. Elle sait très bien qu’il possède des actions. Lorsqu’elle a pris ses fonctions, elle souhaitait qu’il dialogue sur ces questions avec la fonction publique du cabinet du Premier ministre, afin qu’ils puissent à la fois fournir des informations sur la réglementation et l’aider à évaluer ses compétences.

MAIN DANS LA MAIN : Erna Solberg savait parfaitement que son épouse, Sindre Finnes, détenait des actions, explique le responsable de la presse de Høyre.

– Le ministre du Cabinet était-il informé des transactions boursières de Finnes à l’époque ?

– Dès son entrée en fonction en 2013 et plus tard, Sindre Finnes a informé la fonction publique du bureau du Premier ministre des actions qu’il possédait. Plus tard, lorsqu’il eut des doutes quant à sa capacité à effectuer un achat concret, il leur demanda conseil.

Lire aussi  Déclaration officielle de Rockstar sur la fuite de GTA 6

– Y a-t-il eu des questions sur la compétence de Solberg dans diverses questions concernant les sociétés dans lesquelles Finne détenait des actions ?

– Lorsqu’Erna Solberg était Premier ministre, elle s’est déclarée incompétente dans plusieurs affaires. Cela s’appliquait, par exemple, aux questions touchant à Marine Harvest (aujourd’hui Mowi, journal.anm.), car sa sœur travaillait à la direction de cette entreprise. Nous n’avons connaissance d’aucun cas où elle ait été disqualifiée en raison de l’actionnariat de Sindre Finne.

Solberg a déjà déclaré à E24 qu’elle avait finalement appliqué une règle selon laquelle les ministres de son gouvernement avaient le choix de geler ou de vendre leurs actions.

– Comment a-t-elle réagi à l’actionnariat de son conjoint ?

– Le mari d’Erna Solberg n’était pas membre du gouvernement et n’avait pas accès aux informations internes du gouvernement. Une telle règle ne serait donc pas naturelle pour lui. La considération de la confiance dans les décisions qu’elle, en tant que Premier ministre, a contribué à prendre, et la possibilité que son bureau puisse l’aider à évaluer ses compétences, ont néanmoins dicté à Sindre de limiter son activité en bourse et de respecter les exigences de soins, pendant les années où elle était Premier ministre.

A été averti par le Conseil de l’Europe

À l’automne 2014, des questions ont été soulevées sur le manque de transparence autour des parts des conjoints ou concubins des ministres.

Finnes a refusé de le dire à l’époque NRK sur leurs investissements en actions.

Car si les ministres ont le devoir – à l’époque comme aujourd’hui – de déclarer leurs actions dans le registre accessible au public du Storting, leurs proches n’ont pas le même devoir.

Ceci a prévenu Le Conseil de l’Europe parle d’un rapport anti-corruption qui a été préparé pour le Storting en 2014, et il a été estimé qu’il faudrait également envisager d’inclure les investissements en actions des conjoints et des concubins dans le registre du Storting.

A l’époque, la présidence du Storting avait pris en compte les recommandations du Conseil de l’Europe pour plus de transparence et de clarté dans le registre du Storting. Les participations des conjoints et des concubins ne sont toujours pas inscrites au registre du Storting.

Le registre est encore déficient et il existe des lacunes dans la réglementation, montre une étude réalisée par E24.

2023-08-31 21:52:24
1693512491


#Acheté #vendu #des #actions #quand #Erna #Solberg #était #Premier #ministre #E24

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT