Nouvelles Du Monde

accusations de « profanation » pour transport de cendres humaines

accusations de « profanation » pour transport de cendres humaines

2024-01-06 19:56:41

Le 11 décembre 1972 fut la dernière fois que la NASA réussit à atterrir sur notre satellite. Aujourd’hui, un demi-siècle plus tard, l’agence spatiale américaine va à nouveau tenter d’y faire atterrir sa technologie, mais cette fois grâce à une initiative privée. Car plusieurs instruments clés du programme Artemis, l’effort de l’agence spatiale américaine visant à ramener des astronautes sur la Lune, voyageront à bord de la sonde Peregrine, un navire conçu par la société privée Astrobotic. C’est le premier pas vers la « reconquête » d’un monde qui, petit à petit, commence à avoir de plus en plus d’acteurs en jeu.

Si tout se passe comme prévu, Atterrisseur lunaire pèlerin, un navire sans équipage de deux mètres de haut sur deux mètres et demi de large, prendra son envol tôt lundi matin à Cap Canaveral (plus précisément à 2h18 heure locale, 8h18 heure espagnole). Il le fera sur une fusée Vulcan Centaur, de United Launch Alliance, lors de ce qui sera également son vol inaugural. Un pari risqué pour un premier lancement, puisque pour ses débuts est prévu un voyage au cours duquel la fusée doit non seulement atteindre l’orbite, mais ensuite démarrer et exécuter une injection translunaire avec son étage supérieur Centaur.

Lire aussi  Votre horoscope du jour : 17 juillet

Si tout se passe comme prévu, 12 jours plus tard, Peregrine atteindra l’orbite lunaire, où le vaisseau spatial attendra que les conditions nécessaires soient remplies pour un atterrissage en douceur dans Sinus Viscositatis (ce qui peut être traduit par quelque chose comme « Baie de viscosité »), moment qui se produira, si tout se passe selon le calendrier, le 23 février.

Des instruments clés pour la « reconquête »

A bord, plusieurs instruments, dont cinq dépendant directement de la NASA : plusieurs spectromètres pour comprendre les conditions et l’environnement de la Lune pour les futurs séjours sur place ; ainsi que des réflecteurs lunaires, sortes de « miroirs » sur une structure en aluminium qui, lorsqu’ils sont pointés avec un laser, permettent de déterminer la distance exacte de tout vaisseau spatial en orbite ou lors de l’alunissage.

En outre, 15 objets supplémentaires seront envoyés : non seulement des instruments scientifiques, comme un détecteur de rayonnement du Centre aérospatial allemand ; mais aussi d’autres types de téléchargements, comme une capsule temporelle japonaise avec les messages de plus de 80 000 enfants du monde entier ; les cendres des défunts pour créer des cimetières lunaires ; et même un bitcoin.

Lire aussi  La Chine a offert à d’autres pays la possibilité d’étudier des échantillons provenant de la face cachée de la Lune, à l’exception des États-Unis.

“Nous allons emmener sept nations sur la surface de la Lune, dont six n’ont pas posé de logiciel sur la surface de la Lune, dont le Royaume-Uni, le Mexique, l’Allemagne, la Hongrie, le Japon et les Seychelles”, a-t-il déclaré lors de la précédente conférence. conférence de presse lors du lancement John Thornton, PDG d’Astrobiotic. «En 2014, nous avons réalisé notre première vente commerciale de charges utiles, peut-être l’une des premières au monde ; Et depuis, nous collectons des clients et créons le manifeste de cette mission.

Recréation de la sonde Peregrine Lunar Lander

Astrobiotique

Parce que ce voyage est le premier dans le cadre de l’initiative Commercial Lunar Payload Services (CLPS) de la NASA, créée comme une forme de « sous-traitance » dans laquelle des entreprises privées conçoivent des cargos lunaires avec l’investissement de l’agence spatiale américaine, bien que ce soient les entreprises qui opèrent les vols. . C’est, à petite échelle, ce qui arrive avec des géants comme SpaceX, dont le vaisseau Crew Dragon sert de moyen de transport aux astronautes de la NASA vers la Station spatiale internationale (ISS), en plus des vols pour d’autres agences et entreprises privées.

“Si vous êtes un scientifique lunaire, vous devrez peut-être attendre toute votre carrière pour avoir l’opportunité de piloter un instrument dans le cadre d’une mission planétaire”, a déclaré Thornton. “CLPS et ce partenariat avec la NASA offrent l’opportunité aux scientifiques américains de toucher régulièrement la surface de la Lune, voire plusieurs fois au cours de leur carrière.”

La nouvelle course à l’espace

Ces derniers temps, les États-Unis ont été témoins des succès d’une Chine de plus en plus compétitive, qui a par exemple réussi à atterrir sur la face cachée de la Lune pour la première fois de l’histoire ; ainsi que la chute de son rival historique, la Russie, qui a écrasé son navire lors de sa dernière tentative cet été ; Par ailleurs, elle a également vu l’émergence de nouveaux protagonistes, comme l’Inde. En effet, en chemin, vous rencontrerez la sonde japonaise Moon Sniper (qui bénéficie d’une collaboration européenne), qui a été envoyée sur la Lune en septembre dernier et qui est déjà insérée sur l’orbite de notre satellite, en préparation pour fin janvier son atterrissage. .

“À ce jour, aucune entreprise privée n’a réussi à atterrir sur la Lune”, a déclaré Chris Culbert, chef de projet CLPS au Johnson Space Center de la NASA à Houston. “Atterrir sur la Lune est un défi technique de taille, notamment parce que les moteurs des véhicules robotiques, les systèmes de navigation, les radios et de nombreux autres systèmes doivent fonctionner ensemble pour permettre un atterrissage en douceur.”

Ainsi, le prochain lancement semble être un apéritif passionnant à une année au cours de laquelle, si les délais sont respectés, nous verrons la première femme et le premier homme noir orbiter autour de notre satellite. Un test qui nous rapprochera du retour de l’Humanité sur la Lune, à partir de 2025 – même si les dernières nouvelles placent 2027 comme un scénario plus plausible. Hormis les dates et les retards, nul doute que des années très intéressantes nous attendent dans l’exploration spatiale.



#accusations #profanation #pour #transport #cendres #humaines
1704574211

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT