Nouvelles Du Monde

Voyager en train : Une déclaration d’amour pour la voiture-restaurant

Voyager en train : Une déclaration d’amour pour la voiture-restaurant

2023-12-10 09:27:41

« Où est le wagon-restaurant ? » C’est la question la plus importante que l’on se pose lorsque le train arrive sur le quai. Si vous avez de la chance, il y a un wagon-restaurant. Et si vous êtes encore plus chanceux, quelqu’un comme M. Popović ou M. Peterka sera là. M. Peterka est une légende sur la route entre Prague, Berlin et Hambourg, parfois même jusqu’à Kiel. M. Popović est aussi une légende : dans l’Eurocity « Emona » entre Vienne et Ljubljana, il est un spécialiste du chemin de fer du sud.

Les deux hommes ne se connaissent pas. Et pourtant, ils s’entendraient bien. Parce qu’ils ont tellement de points communs. Depuis plus de 20 ans, M. Popović emprunte la route du Semmering, l’une des plus belles voies ferroviaires du monde. Lorsqu’il n’est pas au comptoir, son fils, le jeune M. Popović, est là. Parce que ce wagon-restaurant est une entreprise familiale, une taverne proposant une cuisine familiale qui fait la navette exclusivement à travers les montagnes entre les capitales slovène et autrichienne. Il s’agit de la seule liaison régulière avec une voiture-restaurant slovène.

M. Popović doit s’occuper de tout à bord. Cuisiner, torréfier, préparer le café et servir. M. Peterka, quant à lui, a un cuisinier à sa disposition. Et un deuxième serveur qui voyage avec le tramway dans le train. En été, son Eurocity se transforme en une liaison intercontinentale qui amène de nombreux invités d’Amérique du Nord et du Sud ou d’Asie à travers l’Europe. Grâce à ses invités, M. Peterka a également appris plusieurs langues dans le train. Allemand, russe et anglais, mais aussi un peu de français, italien, japonais et coréen.

M. Peterka est une star, sa voiture-restaurant est la scène du théâtre

Quelle: Jaroslav Rudis

Il propose à ses hôtes les meilleurs plats de la cuisine bohème. Au premier plan se trouve le Svíčková, un surlonge dans une sauce crémeuse aux légumes-racines, servi avec six raviolis. Svíčková est un succès absolu ici, tout comme l’escalope ou le veau braisé lentement avec une salade de lentilles.

Il y a toujours un théâtre dans le train

En fait, M. Peterka voulait devenir conducteur de train, comme moi. Puis, comme moi, il a acheté des lunettes, a suivi une formation de cuisinier et de serveur et est monté dans le wagon-restaurant. Mais il aime aussi le théâtre et le cinéma. Mais il n’a pas quitté son auberge. Parce que c’est son théâtre. Ce n’est pas un hasard s’il considère ses couches comme des idées.

Le wagon-restaurant est sa scène. Le paysage derrière les fenêtres est son décor. Le train fait entendre sa musique. Il en est le réalisateur et les voyageurs sont ses spectateurs. Mais aussi des acteurs qui participent à ses pièces. Rien ne se répète, chaque pièce est à la fois une première et une première. Parce que c’est comme ça quand on voyage en train. De nouvelles personnes se rencontrent toujours. Avec toujours de nouvelles histoires qu’ils racontent.

Manger avec vue : à bord du Railjet autrichien de Zurich à Vienne

Manger avec vue : à bord du Railjet autrichien de Zurich à Vienne

Quelle: Jaroslav Rudis

Grâce au théâtre, M. Peterka voyage également en train pendant son temps libre, par exemple à Venise. Un jour, il voulut voir La Traviata de Verdi au Teatro La Fenice, le même endroit où l’opéra eut une première misérable en mars 1853. Et ainsi, après son service à Prague, il a continué sa route. À Vienne. Villach. Udine. Venise. Et retour le lendemain.

Lire aussi  Casse-Noisette : du sketch à la marionnette - Événements à venir en Slovénie et à l'étranger - Si21

M. Popović et M. Peterka devraient se rencontrer un jour et faire du théâtre ensemble. Parce que M. Popović, toujours sympathique, a aussi quelque chose d’un grand acteur de théâtre. Lors d’un voyage sur le chemin de fer sinueux du Semmering, il se transforme parfois en maître de ballet avec son plateau, tout comme M. Peterka sur les aiguillages de Dresde-Neustadt. Tous deux connaissent leurs itinéraires par cœur. Chaque tunnel, chaque pont, chaque interrupteur.

Au cours de sa carrière, M. Peterka a vu la moitié de l’Europe depuis son auberge. Il s’est rendu en Bulgarie et en Roumanie, ainsi qu’à plusieurs reprises à Vienne, Graz, Ljubljana et Budapest. Il a servi du goulasch lors d’un défilé de locomotives à vapeur sur la ligne du Saint-Gothard en Suisse. Il a servi des escalopes et de la bière à l’Eurocity d’Aarhus et c’est seulement là, dans le nord, qu’il a compris pourquoi les Tchèques disent « boire comme un Danois ». Cependant, il a également appris d’un passager danois qu’au Danemark, on dit « boire comme un Suédois ».

Mieux dans la voiture-restaurant qu’en première classe

Les voitures-restaurants sont mes voitures préférées. Si le train dispose d’une voiture-restaurant, vous aurez encore plus hâte de voyager et vous pourrez renoncer à un billet en première classe. Il est préférable de demander immédiatement le wagon-restaurant, de s’y asseoir, de se faire apporter le menu et de profiter un peu de la vie avec l’argent économisé. Les voitures-restaurants représentent la diversité ferroviaire en Europe centrale.

J’ai même ma place habituelle avec M. Peterka, juste derrière la porte. J’aime voyager ici, j’écris ici, je peux même faire une petite sieste ici. Je ne suis pas le seul invité régulier de M. Peterka. Lui et M. Popović en possèdent plusieurs. Ils la reconnaissent sur le quai et connaissent, aha, l’omelette, un cola puis un expresso. Ou, aha, une escalope et trois bières.

Des amis viennois rencontrent souvent M. Popović pour le petit-déjeuner. Vous quittez Vienne avec l’« Emona » peu avant huit heures, mangez une omelette, buvez deux cafés et une bouteille d’eau minérale et descendez à la gare de Semmering. Là, ils font une courte plutôt que longue marche de santé et remontent dans le train, car c’est alors l’heure du déjeuner. Celui-ci est servi dans le train autrichien ou tchèque, avec entrée, plat et dessert, comme il se doit. Ensuite, il y aura du café et des gâteaux à bord du train allemand ICE. Pour le dîner, la table est mise dans la calèche polonaise ou hongroise.

Les avis diffèrent en ce qui concerne les escalopes : chaque voyageur a sa façon préférée de les préparer.

Les avis diffèrent en ce qui concerne les escalopes : chaque voyageur a sa façon préférée de les préparer.

Quelle: Jaroslav Rudis

J’attends toujours avec impatience le voyage dans l’auberge ÖBB de Munich à Bologne, où je me souviens de ce que m’a dit un ami qui emprunte souvent cette route vers l’Italie : « Depuis le Brenner, le café et surtout le vin s’améliorent de plus en plus. C’est toujours le même café et le même vin qu’avant à Innsbruck, mais vient ensuite le col du Brenner, puis Bolzano, Trente et Vérone, et tout est bien meilleur d’une gare à l’autre qu’avant. Et puis quand on descend à Bologne, on se sent si bien et si heureux. Comme toujours en Italie.

Lire aussi  Maninho a surpris les animateurs du RFM Café da Manhã avec des paroles de chansons

Le train de nuit d’Italie propose le meilleur expresso

Je comprends la petite amie. L’ambiance générale dans le train est très bonne et joyeuse. Du moins lorsque vous voyagez de l’Allemagne vers l’Italie. Au retour, de gare en gare, de nombreux passagers deviennent de plus en plus mélancoliques et se taisent peu à peu. Même le Grüner Veltliner n’aide pas. Lorsqu’ils descendent du train à Munich et qu’à la place des grandes machines à expresso dans le hall, ils ne voient que des machines à café entièrement automatiques comme celles d’une station-service, ils veulent immédiatement reprendre le train pour l’Italie.

Ou cachez-vous de la réalité de la vie en Suisse, où vous pouvez désormais conduire rapidement depuis Munich via Brégence et Saint-Gall. En Suisse, on peut aussi très bien manger dans le train, même si c’est bien sûr un peu cher. Mais les classiques suisses comme le bœuf haché avec croissants ou le risotto tessinois sont tout simplement délicieux dans le wagon-restaurant. Et le café est bon aussi.

Mais le meilleur expresso dans le train se trouve en réalité en Italie, dans le train de nuit de Palerme à Rome. Fort, court et noir comme la nuit lors de la traversée en ferry du détroit de Messine. Un simple petit-déjeuner italien est ensuite servi dans le compartiment, comme c’est généralement le cas dans les autres trains de nuit. Mais ce n’est pas une question de nourriture. Tout tourne autour de ce délicieux café.

Plus d’expériences à bord des trains de nuit :

Était utilisée par la DB avant 2016 : une ancienne voiture-couchette suédoise

Les trains de nuit font leur grand retour – les chemins de fer fédéraux autrichiens sont pionniers à l'échelle européenne

L’offre culinaire en Italie est, comme en France, par ailleurs très modeste. Dans l’élégant train express Frecciarossa entre Bologne, Rome et Naples, vous trouverez un petit bistrot à bord et vous pourrez également déguster un bon café, comme dans le TGV français. Mais dans les trains interurbains italiens, si silencieux et si confortables, il n’y a malheureusement plus de voitures-restaurants. Il faudra y penser lorsque vous monterez dans le train de jour pour Palerme à Rome peu avant sept heures et demie. Vous avez besoin de beaucoup de provisions de voyage. Mais il y en a beaucoup à acheter à Rome Termini. Par exemple des tramezzini frais.

Lire aussi  Presse sur la MÉ : « L'Allemagne, enfin ! Le coup de chance dans le groupe A”

Un trajet en train – juste pour la soupe

Pour moi, l’Europe centrale, ce n’est pas seulement la bière, le vin et les saucisses ou les vieux châteaux ou les trains, mais aussi les soupes que l’on peut manger dans le wagon-restaurant de ces mêmes trains. Comme le Źurek polonais, par exemple. Une soupe à base de farine aigre que j’aime tellement que parfois je prends l’Eurocity pour Varsovie à Berlin, je mange la soupe et je redescends à Francfort-sur-l’Oder et je prends le express régional pour rentrer à Berlin.

Je mangeais rarement de la soupe au goulasch dans le wagon-restaurant polonais. Ceci est typique des autres voitures-restaurants. Vous pouvez débattre pendant des heures pour savoir quelle soupe de goulasch est la meilleure. Le tchèque de M. Peterka ? Le Slovaque ? L’autrichien ? Ou celui slovène de M. Popović ? C’est difficile, chacun a un goût unique. En entrée. Plat principal. Dessert.

Comme tant de choses dans les wagons-restaurants européens, c'est excellent : des boulettes de viande avec de la purée de pommes de terre dans un train finlandais

Comme tant de choses dans les wagons-restaurants européens, c’est excellent : des boulettes de viande avec de la purée de pommes de terre dans un train finlandais

Quelle: Jaroslav Rudis

La meilleure option est probablement celle du train hongrois, l’Eurocity « Hongrie ». Les autres soupes de goulasch sont trop épaisses et copieuses pour les standards hongrois. Dans le wagon-restaurant hongrois, il est servi beaucoup plus fin et avec beaucoup de légumes, presque comme un bouillon de viande avec du paprika, du bœuf et d’autres éléments de goulasch. En hongrois, la soupe s’appelle gulyáslev. Ce que nous appelons goulasch en République tchèque, en Autriche ou en Allemagne se retrouve au menu du train hongrois sous le nom de pörkölt. C’est aussi un bon choix.

Plus de conseils pour voyager en train :

Chaque voiture-restaurant sert également des saucisses différentes. M. Popović propose la Krainerwurst, très charnue. Toujours deux pièces. Si vous les commandez avant Semmering, vous n’aurez rien à manger avant Trieste. À la Deutsche Bahn, la bière classique servie avec de la bière est la saucisse au curry avec des frites et parfois la bratwurst de Nuremberg. J’aime manger les délicates saucisses Sacher à bord de l’ÖBB Railjet, qui rappellent les longues lignes ferroviaires. Dans le wagon-restaurant polonais WARS, vous pourrez vous procurer des saucisses de la marque Sokołów, très appréciée dans le pays, pour votre petit-déjeuner anglais.

Et M. Peterka sert du Spišské párky chez un petit boucher de la banlieue de Prague dans le wagon-restaurant tchèque. Ils portent le nom de Spiš, la région peuplée d’Allemands de Spiš, dans l’est de la Slovaquie. Ils ont le goût des Debrecziners hongrois que nous connaissons en Autriche. Toute l’Europe centrale sent alors bon dans la petite assiette.

Le texte est un chapitre abrégé du livre grand format « Ticket to Ride through Europe » de Jaroslav Rudiš, Piper Verlag, publié en 2023, 256 pages, plus de 160 photos, 30 euros.

« Un ticket pour voyager à travers l'Europe » de Jaroslav Rudiš, Piper Verlag, 256 pages, plus de 160 photos, 30 euros

Source : Éditions Piper

Vous trouverez ici du contenu de tiers

Afin d’afficher le contenu intégré, votre consentement révocable à la transmission et au traitement des données personnelles est nécessaire, car les fournisseurs du contenu intégré exigent ce consentement en tant que fournisseurs tiers. [In diesem Zusammenhang können auch Nutzungsprofile (u.a. auf Basis von Cookie-IDs) gebildet und angereichert werden, auch außerhalb des EWR]. En plaçant l’interrupteur sur « on », vous acceptez cela (révocable à tout moment). Cela inclut également votre consentement au transfert de certaines données personnelles vers des pays tiers, y compris les États-Unis, conformément à l’article 49, paragraphe 1, point a) du RGPD. Vous pouvez trouver plus d’informations à ce sujet. Vous pouvez révoquer votre consentement à tout moment en utilisant le commutateur et la confidentialité en bas de la page.



#Voyager #train #Une #déclaration #damour #pour #voiturerestaurant
1702196609

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT