Nouvelles Du Monde

Vote par correspondance également depuis la Papouasie-Nouvelle-Guinée

Vote par correspondance également depuis la Papouasie-Nouvelle-Guinée

Un désastre s’est produit avec la première de la plateforme électronique de vote par correspondance, au point que le système a failli « coincer ». Pour comprendre, seulement deux vingt-quatre heures après l’ouverture, environ 8 000 candidatures ont été déposées par des électeurs souhaitant voter par correspondance pour les prochaines élections européennes, tant de Grèce que de l’étranger. Comme l’a révélé Niki Kerameos, la plupart des candidatures proviennent de Grecs vivant dans le pays. Un fait qui s’explique également par le grand nombre de Grecs qui travaillent (surtout pendant la saison estivale) loin de leur lieu d’origine ou de résidence. “Cependant”, comme l’a déclaré le ministre de l’Intérieur, “il est très important qu’il y ait aussi des candidatures de Grecs de l’étranger qui, autrement, je pense, ne voteraient pas aux élections européennes”. Et ils ont été déposés aux quatre coins de la planète. Et comme la Papouasie-Nouvelle-Guinée et la Côte d’Ivoire.

Des précisions pour les indécis

Pour tous ceux qui y réfléchissent encore, permettez-moi de vous informer que la plateforme acceptera les candidatures jusqu’au 29 avril, ainsi que les modifications ou corrections de données. “Si quelqu’un s’est inscrit au vote par correspondance et change d’avis même au dernier moment lorsqu’il reçoit l’enveloppe, il peut voter par correspondance”, a précisé Kerameos, “à condition toutefois qu’il n’ait pas envoyé l’enveloppe”. On apprend également du ministère que des listes électorales supplémentaires seront établies, qui seront envoyées par voie électronique aux communes. Ainsi, “même ceux qui avaient déclaré vouloir voter par correspondance mais qui ont changé d’avis pourront se rendre dans un bureau de vote par téléphone après 11 heures le dimanche 9 juin 2024”.

Lire aussi  MotoGP, résultats et temps d'essais : Bagnaia établit un record au Qatar, Bastianini 2e et Espargaró 3e

Le but transcende Rama

Au palais Maximos, on s’est demandé si Kyriakos Mitsotakis se rendrait à Tirana la semaine prochaine, après les développements dans le cas de Freddy Beleris et les déclarations provocatrices d’Edi Rama sur le soutien grec au maire élu de Chimarras. Mais le but supérieur de la visite a prévalu. Et cela parce que nous parlons du sommet sur l’Ukraine et l’Europe du Sud-Est qui aura lieu dans la capitale albanaise. Le Premier ministre a pesé la question et a décidé que la nécessité de soutenir l’Ukraine et d’être attentif aux conséquences de la guerre étaient des questions trop importantes pour l’éloigner de la conférence. Après tout, il pourra y exprimer lui-même son point de vue à l’hôte.

Soutien conditionnel

Cependant, hier, l’occasion a été donnée de faire les références nécessaires au cas Beleri lors de la réunion tenue au Parlement par son vice-président, Yiannis Plakiotakis, avec son homologue albanais, Argon Giekmarkai. “La Grèce soutient le processus d’adhésion de l’Albanie à l’UE, qui doit cependant être fondé sur les principes communautaires fondamentaux”, a souligné Plakiotakis, exprimant l’inquiétude de la Grèce quant à l’évolution du cas du maire de Kheimarra, soulignant “son droit inaliénable à un procès équitable”. procès respectueux de la présomption d’innocence”.

Lire aussi  Qui est Paola Di Benedetto

Les eaux territoriales de la Somalie sont sous contrôle turc !

L’accord de « sécurité maritime » annoncé hier avec la Somalie, avec lequel Ankara entreprend plus ou moins la protection de ses eaux territoriales et la formation de sa marine, est révélateur de la volonté de la Turquie d’étendre son influence en Afrique également. Et avec compensation puisque, en échange, elle recevra 30% des revenus des activités (sous)marines dans sa ZEE. Selon l’annonce d’hier, outre ce qui précède, la Turquie fournira également à la Somalie des équipements pour la marine, afin de renforcer sa défense contre les menaces telles que le terrorisme, la piraterie et « l’ingérence étrangère ». Pour comprendre à quel point cette expansion de leur coopération en matière de défense est impressionnante, il suffit de regarder les cartes : le littoral somalien est le plus long d’Afrique, sa ZEE s’étend sur 830 000 kilomètres carrés et est située dans le golfe d’Aden. A la sortie de la Mer Rouge.

Dernières nouvelles
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT