Nouvelles Du Monde

Violence et burn-out à l’école : objectif d’apprentissage de l’empathie

Violence et burn-out à l’école : objectif d’apprentissage de l’empathie

2024-04-24 19:21:00

Pour traverser les crises à l’école, on n’a plus besoin de cours spécialisés. Les professionnels de la psychologie doivent plutôt soutenir les enseignants.

Le comportement empathique est différent. Les bagarres pendant les récréations et sur le chemin de l’école font partie du quotidien de beaucoup Photo : Gerhard Leber/imago

Le « Baromètre scolaire » annuel constitue un bon système d’alerte précoce. L’enquête représentative auprès des enseignants montre exactement, bien que de manière très subjective, où se situe le problème dans la vie scolaire quotidienne. Mais cette année, même les experts sont alarmés. Un enseignant sur deux reconnaît un problème de violence dans son école. Ce qui n’est pas surprenant, c’est que les écoles situées dans des zones socialement défavorisées soient à nouveau beaucoup plus touchées.

En plus de la violence quotidienne dans les écoles, il existe une évolution qui préoccupe les écoles depuis longtemps : de plus en plus d’élèves présentent des problèmes de comportement, souffrent de problèmes psychologiques et n’arrivent pas à se concentrer. Une séquelle de la pandémie dont on parle encore beaucoup trop peu, comme le critiquent à juste titre les représentants étudiants.

Lire aussi  Après le tremblement de terre au Japon : l'armée doit aider aux secours

Mais si les enseignants considèrent « l’empathie » comme la compétence d’avenir la plus importante pour leurs élèves, cela en dit long sur les conditions dans lesquelles se déroulent les cours aujourd’hui. Le baromètre est un indicateur pour les pays responsables. Jusqu’à présent, ils ont surtout tenté de résoudre le défi de « l’hétérogénéité », qu’ils aiment décrire comme un mal social, en utilisant des moyens conventionnels. Concrètement, cela signifie des cours plus spécialisés.

L’exemple le plus récent : la décision de la Conférence des ministres de l’Éducation il y a environ un mois. Afin de contrecarrer la baisse des performances dans les écoles primaires, les Länder ont convenu de davantage de cours d’allemand et de mathématiques. Mais on peut se demander dans quelle mesure cela est utile lorsque les enseignants n’ont pratiquement pas de temps pour enseigner réellement. Pour lutter contre la cause des mauvaises performances – des niveaux constamment élevés d’inégalités sociales – d’autres moyens sont nécessaires.

Lire aussi  « Un enfant de 12 ans n'est pas prêt » : pourquoi des milliers de parents s'unissent pour retarder l'arrivée du premier téléphone portable | Technologie
Équipes multiprofessionnelles

Surtout, des spécialistes qui accompagnent les enseignants dans tout ce qu’ils font aujourd’hui en plus de leur travail réel. Il est absurde que les enseignants réservent eux-mêmes des foyers pour les voyages scolaires, mais ne peuvent bien sûr pas se tourner vers un psychologue ou un assistant d’intégration en cas de conflits en classe ou à la maison. De nombreuses écoles situées dans des zones socialement défavorisées espèrent désormais bénéficier du « programme d’opportunités de départ » des feux de circulation, grâce auquel elles sont censées obtenir des postes supplémentaires dans le travail social scolaire.

Ce serait une première étape. Cependant, il s’agit là d’un développement cohérent d’équipes multiprofessionnelles. Mais ce serait important. Les données de la police montrent également que la violence dans les écoles augmente. C’est d’autant plus surprenant que les ministères ne semblent pas vouloir en savoir grand-chose. À ce jour, les écoles ne sont pas tenues de signaler les violences ou les brimades.

Lire aussi  La coalition planifie une Journée des anciens combattants : coup d'envoi, médaille en marche



#Violence #burnout #lécole #objectif #dapprentissage #lempathie
1713991648

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT