Nouvelles Du Monde

Une nouvelle étude révèle les dangers hérités des pères

Une nouvelle étude révèle les dangers hérités des pères

Dans une revue récente publiée dans la revue Nutriments, les chercheurs ont étudié la littérature disponible sur les impacts de l’obésité et du surpoids sur le cancer de la prostate. De plus, ils discutent de la question de savoir si la progéniture d’un père peut hériter de la maladie. Leur examen de plus de 280 publications révèle que l’obésité contribue effectivement au risque de carcinogenèse et que les modifications épigénétiques associées à l’obésité peuvent favoriser la viabilité et la prolifération des cellules cancéreuses. De manière alarmante, des traits liés à l’obésité se sont révélés héréditaires, ce qui fait que la progéniture de pères obèses présente un risque plus élevé d’obésité et, par conséquent, de cancer de la prostate.

Revoir: Décoder l’influence de l’obésité sur le cancer de la prostate et son impact transgénérationnel. Crédit d’image : Kateryna Kon/Shutterstock

Le fardeau mondial des troubles métaboliques

Les troubles métaboliques, caractérisés par la capacité partiellement supprimée du traitement et de la distribution des macronutriments par l’organisme, notamment les protéines, les glucides et les graisses, ont dépeint une tendance alarmante de prévalence croissante à l’échelle mondiale au cours des dernières décennies. Les niveaux croissants de pollution mondiale, l’urbanisation, les mauvais choix alimentaires et les modes de vie sédentaires ont été identifiés comme les principaux contributeurs à cette tendance, les prévisions estimant que la morbidité et la mortalité associées aux troubles métaboliques augmenteront encore au cours des décennies à venir.

L’obésité et le surpoids sont aujourd’hui deux des troubles métaboliques les plus répandus et les plus débilitants dans le monde. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé ces affections comme des indices de masse corporelle (IMC) supérieurs à 30 et 25, respectivement, avec plus de 1,9 milliard d’adultes souffrant de cette affection. On estime que l’incidence mondiale de l’obésité a augmenté de 50 % et de 80 % celle du surpoids, les modèles de prévision prévoyant des résultats futurs encore pires.

Les conditions associées à une prise de poids anormale sont le plus souvent dues à des changements dans le mode de vie et les comportements liés à la santé, notamment à des fluctuations marquées des niveaux d’activité physique, à des régimes alimentaires de type occidental et à des modes de vie sédentaires. Des recherches récentes suggèrent qu’en outre, la génétique pourrait jouer un rôle important dans la manifestation du surpoids et de l’obésité, tout comme la dynamique hormonale, les interactions pharmaceutiques, les polluants environnementaux et les perturbateurs endocriniens.

“…L’obésité monogénique décrit un trouble favorisé par des mutations monogéniques, généralement dans les gènes associés à la régulation endocrinienne, qui aboutit à un phénotype obèse. En parallèle, des marqueurs épigénétiques comme la méthylation de l’ADN et les modifications des histones exercent leur influence sur les gènes liés à la croissance et au métabolisme. processus.”

Les conséquences de l’obésité sont tout aussi alarmantes : cette maladie a été associée à une multitude de comorbidités, notamment le diabète de type 2 (DT2), les maladies cardiovasculaires, les troubles de santé mentale et un risque accru de mortalité. Des études récentes ont identifié un lien entre l’obésité et certains cancers, avec des estimations selon lesquelles 20 % de tous les cas de cancer sont liés à l’obésité. Aux États-Unis, l’obésité a supplanté le tabagisme en tant que principale cause de cancer dans le pays. L’identification du rôle et des mécanismes de l’obésité dans le développement du cancer permettra de nouvelles interventions thérapeutiques ciblant ces deux affections, ce qui entraînera une amélioration significative de la qualité de vie des patients et de leurs familles.

Lire aussi  L'employé d'Applebee a reçu deux balles dans le torse à sa sortie de l'hôpital

À propos de l’étude

La revue examine plus de 280 publications étudiant les associations et les mécanismes liant l’obésité et le cancer. Il tente de déchiffrer comment l’obésité déclenche les cancers et leur permet de persister et de progresser, les impacts et les mécanismes d’action de l’obésité sur le risque de cancer de la prostate chez l’homme, ainsi que les contributeurs génétiques et épigénétiques inhérents à la transmission de l’obésité des pères à leur progéniture.

Obésité, inflammation et cancer

L’OMS définit l’obésité comme l’accumulation anormale et excessive de graisse. Cette escalade graisseuse impacte profondément les processus physiologiques normaux, notamment concernant le tissu adipeux. Une accumulation excessive de graisse dans le tissu adipeux provoque une hypertrophie et une hyperplasie des adipocytes, la première favorisant davantage le dépôt de graisse, et la seconde favorisant une augmentation du nombre d’adipocytes. Ensemble, ces conditions bloquent le flux sanguin vers le tissu adipeux, induisant un état d’hypoxie qui, à son tour, stimule la nécrose et la surexpression de facteurs pro-inflammatoires (principalement les chimiokines). Au fil du temps, ces facteurs favorisent une inflammation localisée et systémique, une rupture des adipocytes et la mort qui en résulte.

Représentation schématique de l'inflammation, de la dérégulation hormonale et de la SG dans le tissu adipeux dues à l'obésité.  Chez les individus obèses, une expansion notable du tissu adipeux déclenche une production et une sécrétion aberrantes de cytokines, accompagnées d'une perturbation de la régulation de l'adipokine.  Cette cascade déclenche une série d'événements interconnectés : les cytokines favorisent une production accrue de ROS, incitant à l'apoptose, qui exacerbe ensuite la libération de cytokines, perpétuant ainsi un cycle auto-entretenu.  Cette orchestration des cytokines contribue non seulement à la perpétuation d’une inflammation chronique de bas grade, mais augmente également de manière significative le paysage du développement tumoral.  Parallèlement, les taux élevés de leptine dans l’obésité sont en corrélation avec des taux accrus de cytokines inflammatoires, favorisant ainsi un environnement propice à la fois à l’initiation et à la progression des tumeurs.  En revanche, la présence diminuée d’adiponectine aggrave le scénario, offrant un milieu propice au développement de tumeurs.  En résumé, l’interaction complexe entre l’obésité, la dynamique des cytokines et la régulation de l’adipokine dévoile un processus à multiples facettes qui contribue de manière complexe à l’inflammation chronique ainsi qu’à l’initiation et à l’avancement de la tumorigenèse.  (↓) régulation négative ;  (↑) régulation positive ;  (+) promotion.Représentation schématique de l’inflammation, de la dérégulation hormonale et de la SG dans le tissu adipeux dues à l’obésité. Chez les individus obèses, une expansion notable du tissu adipeux déclenche une production et une sécrétion aberrantes de cytokines, accompagnées d’une perturbation de la régulation de l’adipokine. Cette cascade déclenche une série d’événements interconnectés : les cytokines favorisent une production accrue de ROS, incitant à l’apoptose, qui exacerbe ensuite la libération de cytokines, perpétuant ainsi un cycle auto-entretenu. Cette orchestration des cytokines contribue non seulement à la perpétuation d’une inflammation chronique de bas grade, mais augmente également de manière significative le paysage du développement tumoral. Parallèlement, les taux élevés de leptine dans l’obésité sont en corrélation avec des taux accrus de cytokines inflammatoires, favorisant ainsi un environnement propice à la fois à l’initiation et à la progression des tumeurs. En revanche, la présence diminuée d’adiponectine aggrave le scénario, offrant un milieu propice au développement de tumeurs. En résumé, l’interaction complexe entre l’obésité, la dynamique des cytokines et la régulation de l’adipokine dévoile un processus à multiples facettes qui contribue de manière complexe à l’inflammation chronique ainsi qu’à l’initiation et à l’avancement de la tumorigenèse. (↓) régulation négative ; (↑) régulation positive ; (+) promotion.

Deux chimiokines clés impliquées dans ce cycle sont l’interleukine-6 ​​(IL-6) et le facteur de nécrose tumorale alpha (TNF-α), qui ont été impliqués dans la carcinogenèse. Ces chimiokines amènent les adipocytes endommagés à entrer dans un état de stress oxydatif (OS) et à libérer des espèces réactives d’oxygène et d’azote, peroxydant ainsi les lipides environnants et déclenchant l’apoptose cellulaire. L’apoptose initie une boucle de rétroaction positive dans laquelle des chimiokines pro-inflammatoires supplémentaires sont produites, perpétuant ainsi le processus.

” Parallèlement, l’oxydation des bases de l’ADN favorise l’apparition de mutations et de modèles de méthylation altérés de l’ADN, qui peuvent favoriser l’expression anormale d’oncogènes. Cela souligne l’inflammation comme une caractéristique essentielle du cancer, qui est encore renforcée par l’obésité. Par conséquent, elle devient un point focal stratégique pour lutter contre la maladie.

Cancer de la prostate

La prostate est un organe composite constitué de tissu glandulaire et musculaire et sert de glande accessoire dans le système reproducteur masculin. Histologiquement, la prostate est divisée en trois zones principales : les zones périphérique, centrale et de transition. Parmi ceux-ci, le périphérique sert de point d’origine à plus de 70 % des cancers de la prostate actuellement décrits et constitue donc la cible de la plupart des recherches dans le domaine.

Lire aussi  Une molécule stimule la combustion des graisses | Worldhealth.net Anti-Aging News

Le récepteur aux androgènes (AR) est le principal contrôleur du fonctionnement normal de la prostate. Notamment, la recherche a identifié la RA comme étant cruciale dans le développement et la prolifération du cancer de la prostate (PCa). Les connaissances conventionnelles suggèrent que des niveaux élevés de testostérone, une hormone sexuelle masculine, perturbent le récepteur des androgènes, entraînant l’initiation du PCa. Par conséquent, la plupart des interventions thérapeutiques visaient à réduire les niveaux d’androgènes et de testostérone et impliquaient des méthodes telles que la castration et la thérapie de privation androgénique (ADT). Cependant, des recherches récentes indiquent que le rôle des hormones androgènes dans l’ACP est plus nuancé qu’on ne le pensait : de faibles niveaux de testostérone ont été impliqués dans le développement initial des APC, tandis que des niveaux supraphysiologiques entravent leur progression.

“L’efficacité thérapeutique des niveaux de testostérone supraphysiologique dans le traitement du PCa peut être attribuée à l’expression élevée de l’AR observée dans les cas de PCa. Il est suggéré que cette régulation positive de l’expression de l’AR dans le PCa soit un mécanisme compensatoire visant à contrebalancer les niveaux réduits de testostérone nécessaires à l’initiation de la tumeur. croissance”

L’obésité joue un rôle crucial dans le fonctionnement de l’AR et dans le développement du PCa, car elle réduit considérablement les taux sériques de testostérone. Semblable à ses effets sur le tissu adipeux, l’obésité favorise les réponses inflammatoires de la prostate, créant ainsi un environnement propice à la production d’espèces réactives, qui augmentent les taux de mutation cellulaire, déclenchant ainsi des cancers.

« … une étude de méta-analyse a associé l’obésité à un risque plus élevé de développer des phénotypes agressifs de CaP, résistants aux traitements traditionnels. [107]. Néanmoins, l’excès de poids ne semble pas être un facteur de risque clé de PCa, à moins qu’il ne soit associé à une altération des taux de testostérone ou d’autres androgènes.

Le rôle de la génétique

La sagesse conventionnelle supposait que les marques épigénétiques étaient uniquement héritées du parent féminin en raison de l’hypothèse selon laquelle le processus de protamination protégeait les spermatozoïdes des effets des modifications épigénétiques paternelles. Des recherches récentes ont réfuté cette théorie et ont montré qu’entre 5 et 15 % du génome masculin est exposé à des changements épigénétiques malgré la protamination. En outre, des recherches sur l’obésité et d’autres recherches axées sur le métabolisme ont révélé que les régions exposées sont des points chauds de modifications épigénétiques et contiennent des informations associées à des troubles métaboliques, notamment une prise de poids anormale.

Lire aussi  La revue évalue les thérapies actuelles et émergentes pour les manifestations rénales dans la drépanocytose

Des études réalisées sur des souris mâles ont montré que l’obésité est effectivement héréditaire. Des souris mâles obèses ont été croisées avec des femelles en bonne santé et leur progéniture a été évaluée pour détecter les marqueurs physiologiques et génétiques d’un métabolisme anormal. Il a été constaté que la progéniture femelle présentait une adiposité accrue et une tolérance au glucose altérée, et que la progéniture femelle et mâle présentait une prédisposition génétique à l’obésité malgré sa manifestation chez les souris femelles uniquement. De manière alarmante, même lorsque des descendants phénotypiquement sains étaient croisés, la génération F2 conservait les marques épigénétiques de l’ancêtre obèse mâle initial et, dans la génération F2, les femelles et les mâles exprimaient une obésité phénotypique.

La recherche a déjà identifié l’héritabilité des cancers. Alors qu’un nombre croissant d’études reconnaissent l’héritabilité épigénétique de l’obésité, la crainte la plus répandue est que ces facteurs pourraient s’additionner, ce qui entraînerait une progéniture en surpoids ou obèse malgré l’observation d’un mode de vie sain.

Référence du journal :

  • Santos-Pereira, M. ; Pereira, Caroline du Sud ; Rebelo, moi.; Spadella, MA; Oliveira, PF; Alves, MG Décoder l’influence de l’obésité sur le cancer de la prostate et son impact transgénérationnel. Nutriments 2023, 154858, DOI – https://doi.org/10.3390/nu15234858,

2023-11-24 05:06:00
1700792848


#Une #nouvelle #étude #révèle #les #dangers #hérités #des #pères

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT